19/10/2007

La Preuve du contraire à Romans

 

Par Olivier Chiacchiari

 Mardi soir. J'arrive à Romans (petite ville à quelques kilomètres de Valence) pour assister à la première de ma pièce La Preuve du contraire au Théâtre de la Presle.
C'est toujours une grande émotion pour un dramaturge de vivre cet instant, mélange de bonheur, de curiosité et d'appréhension. Ce soir j'avoue ressentir quelques palpitations au moment d'entrer dans le théâtre, je n'ai assisté à aucune répétition et je ne sais absolument pas ce qui m'attend. Mais quand faut y aller, faut y aller !

Les quelques 150 places se remplissent rapidement, première victoire. Satisfaction entre toutes: plus de la moitié du public est constituée de jeunes lycéens. Non que je sois gérontophobe, mais j'ai toujours pensé que si la jeunesse appréciait mon travail, mon travail aurait peut-être une chance de me survivre. Ça ne vaut pas l'immortalité, mais c'est déjà pas mal.
Le spectacle débute, on rit de bon cœur dans les gradins, deuxième victoire. Lorsqu'on écrit des tragédies, le silence du public peut être interprété comme une concentration intense, mais lorsqu'on écrit des comédies, comme moi, le silence du public n'appelle qu'une seule interprétation possible... rien de tout cela ici, tout se passe à merveille, la nave va !
La dernière réplique tombe, le noir se fait, les applaudissements crépitent. Chapeau et merci à la Compagnie de l'Oeil nu ! Un couple m'accoste: «On a pris beaucoup de plaisir !» troisième et dernière victoire. «Ça tombe bien, j'adore en donner !»

Le spectacle sera en tournée au Théâtre Astrée à Villeurbanne les 23 et 24 octobre, et au Théâtre du Passage à Neuchâtel les 26, 27, 28 octobre.
http://www.ville-romans.com/article.php3?id_article=354

Commentaires

Olivier,

J'aime beaucoup vos "jeunes lycéens". J'imagine ce qu'aurait donné une assemblé de "vieux lycéens". Une foule de Grand Duduche et d'Amélie Nothomb se plongeant les doigts dans les narines tout en machant du chewing-gum? Un auditoire de birbes cacochymes éructant à chaque scène et secouant de longs mouchoirs douteux? Un aréopage de vieilles demoiselles portant Nike et piercing chahutées par d'authentiques vieillards arborant iPod?

Écrit par : Zorg | 19/10/2007

je fais partie des "jeunes lycéens" présents à la première de votre pièce.
J'avoue que j'étais obligée d'aller la voir : je fais l'option théâtre de mon lycée et je dois voir toutes les pièces de la saison (c'est le cas de beaucoups de jeunes lycéens qui étaient présents) mais j'ai beaucoup aimé cette pièce et à la sortie le peu de commentaires entendus étaient tous positifs et même élogieux! Bravo et merci!

Écrit par : ariane | 08/11/2007

Votre enthousiasme me flatte Ariane, merci.
Je serai à nouveau joué au théâtre de la Presle l'année prochaine, j'espère vous y voir, que vous y soyez "obligée ou non."

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 10/11/2007

Les commentaires sont fermés.