26/10/2007

Le silence des agneaux

Par Pierre Béguin


 

Dans la Tribune du 15 octobre, Marc Bretton, dans son éditorial sur l’affaire du salaire du Président des SIG, soulignait l’étonnante discrétion du monde politique, et tout spécialement des partis de droite qui tenaient là une occasion rêvée d’écorner le PS et Robert Cramer avant les élections. Et d’expliquer pertinemment les raisons de cette discrétion par la sur représentation généralisée des politiciens dans des conseils d’administration particulièrement bien rétribués qui rendent difficile la promiscuité des dénonciations.
Comment expliquer alors le silence politique le plus étonnant qui n’ait jamais enveloppé notre chère République, un silence qui recouvre le plus grand scandale de l’histoire genevoise qui n’en a pourtant pas manqué: le scandale de la BCG. Il y a quelques semaines, toujours dans la Tribune, un article annonçait comme une victoire une dette finalement inférieure aux trois milliards attendus. Et c’est tout! Pas de commentaires, silence radio! Plus d’1/7 de la dette du canton contractée par quelques individus en quelques années, et puis rien! Alors que la République se met dans tous ses états pour mille francs d’amendes indélicatement annulées par un magistrat, qu’elle est au bord de la Révolution pour quelques millions scandaleusement dilapidés à la Rue du Stand, elle reste de marbre pour plus de deux milliards évaporés dans sa Banque cantonale. Décidément, la politique genevoise n’a pas le sens des proportions.
Bien sûr, avant de se transformer miraculeusement en agneaux silencieux, certains loups ont hurlé. A commencer par A gauche toute ou SolidaritéS (il n’y a qu’eux qui parviennent à se reconnaître). Quelques hurlements, babines retroussées et dents acérées, et puis plus rien! Vint ensuite le MCG (Mouvement Citoyens Genevois) qui donnait l’impression de considérer la dénonciation de ce scandale comme un acte fondateur du parti. Quelques hurlements, babines retroussées et dents acérées, et puis plus rien! Et la justice bien entendu, volontaire, décidée à empoigner le dossier et à commettre quelques actions d’éclat sur la voie publique, babines retroussées et dents acérées, et puis plus rien! Comment expliquer ce silence? Marc Bretton, répondez-moi! Dans le canton de Vaud, pour le même scandale, on avance lentement, sans se presser, gentiment, mais on avance. On publie même des livres à succès sur le scandale de la BCV. A Genève, dans l’indifférence générale, tout ce beau monde est de retour aux affaires, à supposer qu’il ne les ait un jour quittées. Et pourtant, Marc Roger aura au moins servi à faire la preuve de la ténacité et de l’efficience de la justice genevoise, quand elle le veut.

Je me souviens des rumeurs d’Orléans, comme dit Romain Gary, qui entouraient l’élection du Procureur Zappelli. On prétendait alors, au Café du Commerce, que cette élection visait avant tout à couvrir les petits copains, politiciens ou autres, dans l’affaire de la BCG. Rumeurs infondées, honteuses, indignes de notre belle République, et contre lesquelles je m’insurge avec véhémence. Il serait tout de même regrettable, si d’aventure la justice venait à proclamer que cette affaire tombait sous le coup d’une prescription, de donner fondement à ces rumeurs mesquines. D’autant plus que Genève aurait alors des airs de République bananière, ce qui ne manquerait pas, encore une fois, de faire le lit de l’UDC.
Le silence des agneaux n’aurait-il rien d’innocent?

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour les Blogres,

pertinent à souhait votre billet...

Evidemment, là ça soulève bientôt trop de questions... et soyons en sûrs personne dans le canton n'a envie de mettre la main de ce nid de vipères.

On préfère l'esbrouffe à l'action réelle, sans doute est dû à une ensemble de facteurs qui une fois réuni, si on les agitaient...

Sans doute c'est ce qu'on nomme la collégialité ?

:o)

Bien à tous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/10/2007

Pouah! Les dessous de la République! Le pipi caca des pseudo notables! Qui voudrait remuer ces odeurs? Laissons leur leurs beaux habits et leur m. dans le pantalon, ça donne le change.

Écrit par : Martin | 26/10/2007

Des sinécures? A Genève? C'est dur à croire. Vous chercher à nous intoxquer monsieur Beguin.

Écrit par : Joël | 28/10/2007

Aïe...
Deux milliards pour cette dette !
Ca fait quand même 4500.- par habitant du canton.
Je suis sûr que les contribuables apprécient cette fine plaisanterie à sa juste valeur (surtout les familles nombreuses ;o)

A défaut d'un best-seller genevois sur le sujet, quelqu'un connaît-il un site expliquant les tenants et aboutissants de cette sombre histoire ?

Écrit par : JM | 30/10/2007

Tout a fait d'accord mais de qui se moque t'on ? d'une manière ou d'une autre c'est l'état donc le contribuable qui va payer .. bêêêêê^hhhhh... !!!
pas besoin de se rebeller !!!! y se passe jamais rien ici !!

Écrit par : le mouton blanc | 02/11/2007

De toute façon c’est le contribuable genevoise qui finit par payer tous les pots cassés….
Et comme personne ne bouge pas, nous nous trouvons dans une République bananière, où personne n’ose rien dire…..par peur? indifférence? pure hypocrisie?

Écrit par : Daniel | 13/11/2007

A Genève, on ne connait toujours pas les raisons pour lesquelles la Banque cantonale a accumulé autant de pertes. La procédure d'instruction n'est pas satisfaisante. Le citoyen devrait savoir depuis longtemps si les faits reprochés aux inculpés relèvent de la malhonnêteté ou de la conjoncture. Car, dans le même temps, l'Etat a accumulé les déficits sans que jamais on ait parlé de scandale!

Écrit par : Eugène | 10/12/2007

Les commentaires sont fermés.