15/11/2007

Le substantif androgyne


Par Olivier Chiacchiari

 

Une obsession grammaticale, ça commence par une angoisse au détour d'un mot qui déconcerte. Et voilà que le doute s'installe, voilà que le savoir vacille, voilà qu'on s'acharne à interroger les limites de sa connaissance avant de se jeter à corps perdu sur le premier dictionnaire venu!
Ouf, une réponse claire, mais pour combien de temps? L'angoisse génère l'obsession, à moins que ce ne soit le contraire, c'est bien connu.
Au fil des ans, mes obsessions se sont focalisées sur la conjugaison du subjonctif imparfait (élégant bien qu'inutile), le pluriel des mots composés (nécessaire bien qu'improbable), les participes passés ne s'accordant pas avec le verbe être (ils se sont lavé les mains (sic))... enfin bref, tous les terrains qui relèvent de l'aventure grammaticale extrême!
Voici la dernière en date, j'ai nommé: le substantif androgyne. Ces mots dont on ne peut distinguer le sexe, qui oscillent entre masculin et féminin, à tel point qu'on voudrait parfois pouvoir les dévêtir...
J'ai dressé une liste que je vous invite à tester ici, et si en plus vous débusquez les trois exceptions qui s'y nichent, vous êtes vraiment incollable.

Abîme - Aérogare - Alluvion - Amalgame - Amarre - Amiante - Amorti - Amour - Antidote - Aparté - Apogée - Apostrophe - Argile - Armistice - Astérisque - Augure - Chasuble - Délice - Dithyrambe - Dividende - Echappatoire - Echauffourée - Ecritoire - Edelweiss - Effluve - Electrode - Eliminatoire - Eloge - Enzyme - Ephéméride - Epice - Epitaphe - Epître - Equinoxe - Equivoque - Escrime - Estime - Evangile - Exergue - Granule - Haltère - Hémisphère - Hémistiche - Interface - Intervalle - Interview - Métastase - Météore - Météorite - Minuit - Moufle - Oasis - Opprobre - Orgue - Orque - Pétale- Planisphère - Recel - Sémaphore - Sitcom - Tentacule

Pour obtenir les réponses, cliquez ici

Commentaires

J'ai adoré l'interactivité et l'exercice convient mieux à mes petites cellules grises que les casse-têtes chinois et autres sudokus. A propos, de casse-têtes, n'est-ce pas un pluriel de prétention (il en existe bien de majesté), car après tout ma tête -seule concernée- mérite-t-elle cette cerbérisation implicite? Quant à Sudoku, ma tête Eléonor comme de Guyenne.

Écrit par : Jacques Herman | 16/11/2007

Quelques mots m'ont surpris, c'était le but de l'exercice, mais pas d'accord pour certains, confirmée par le Littré ou le TLFI : icône, dans les 2 acceptions, féminin.Météorite, fém.
Prémisses n'existe pas au singulier, pas plus que prémices d'ailleurs.
Amorti peut être au féminin dans l'expression relevée comme très familière, une amortie...cf TLFI
C'était amusant. Merci

Écrit par : Claire PONCET | 16/11/2007

Il faudrait que les dictionnaires s'accordent, alors...
Je me suis basé sur le Petit Robert qui donne Prémices, en effet fém pl, mais renvoie aussi à son homonyme Prémisse f.
Pour météorite, il indique les deux possibilités, ça m'avait échappé, je vais m'empresser de corriger.
Mais comment faire si les dictionnaires sont contradictoires? Peut-être faudra-t-il que je retire les termes en question...
En tous les cas, merci de votre lecture attentive.

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 16/11/2007

Eh bien si le Robert le dit…cela devrait être vrai ! cela montre que les usages ne sont pas tous fixés et mythiser l’orthographe n’est pas très intelligent.
Il y a une dizaine d’années une réforme modeste a été proposée et adoptée en principe par le Robert et les écoles genevoises… bien pensée à mon avis mais elle n’est pas entrée dans les mœurs. Il s’agissait de régler la question des mots composés, dont vous parlez d’ailleurs…de certaines aberrations d’emploi des accents etc.
Il est vrai que sans souhaiter une « réform de l’ortograf » à la Alphonse Allais http://www.profsms.fr/traduc15.htmhttp://www.profsms.fr/traduc15.htm
on pourrait sans iconoclasme outré supprimer les difficultés inutiles de notre belle langue. Je dis bien inutiles, celles qui n’affectent pas la compréhension….Et pas question de tomber dans le « phonétisme ».
Pour une brève analyse de l’origine de certaines « curiosités » propres à notre langue.
http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2007/03/02/histoire-du-francais-la-longue-marche-des-reformes-de-l%E2%80%99orthographe-en-france/
N’en faites pas des cauchemars (ou cauchemards ? puisque cauchemardesque…) !
Bonsoir.

Écrit par : Claire PONCET | 17/11/2007

J'ai toutefois retiré les termes litigieux, considérant qu'il n'était pas nécessaire d'ajouter de l'ambiguïté à l'ambiguïté. Il en reste un nombre suffisant pour que l'exercice reste éloquent.
Je pense aussi que l'orthographe doit évoluer au rythme des sociétés, sans pour autant céder à la première tendance venue.

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 17/11/2007

merci pour cette gymnastique.....cérébrale d'un dimanche gris et venteux.
aïe..quelques lacunes accumulée depuis le départ des bancs d'école ...mais j'ai encore de bons restes.
autre exercice sympa : les exceptions concernant la règles du s entre 2 voyelles(se prononçant [S] et pas [Z]) perso j'en ai trouvé 60 et vous?
bonne recherche.

Écrit par : laetitia BONVIN | 20/11/2007

Voilà que vous m'embarquez dans une nouvelle obsession!
Et on recommence...

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 21/11/2007

Vous avez oublié "amour", "orgue", et un troisième transsexuel que je vous laisse le plaisir de chercher.

Écrit par : Foutriquet | 16/04/2009

Bel exercice , en effet ! je vais prendre le temps de tout vérifier : à trop regarder , on doute de soi !

mais ...je croyais qu'on écrivait :
- ils se sont lavés
et
- ils se sont lavé les mains

Est-ce que ça aurait changé ???

Écrit par : zizany | 29/06/2009

eh ! bien ce fût une amortie (balle de tennis résultant d'un amorti dit Larousse) Mon message est passé à la trappe ! pas compris comment !
en gros, je disais :
Que les dictionnaires devraient accorder leurs violons ; si cela fait débat sur ce blog , c'est qu'il y a problème en effet !
et pour des enfants ???

Casse-tête ...casse-tête ! c'en est un : mais après tout , c'est une arme et la makila cassait peut-être plusieurs têtes à la fois !!!
Ben , v'la-t-y pas que je n'savions plus écrire makila ...

De l'apogée à l'abîme , il n'y a qu'un pas!
Consolons-nous avec amours , délices et grandes orgues et signons un bel armistice

Écrit par : zizany | 29/06/2009

Les commentaires sont fermés.