06/12/2007

Char et Guitry

par Pascal Rebetez

 

A côté de son lit, il y a deux ouvrages : un très beau livre de chez Skira, La Nuit talismanique édité en 1972 et signé René Char et, en Poche, Les mémoires d’un tricheur de Sacha Guitry. Celui-là est né il y a cent ans, celui-ci est mort il y en a cinquante. Je les lis tous les deux en l’attendant, elle, pour de nouvelles fiançailles, parce que nous nous sommes un peu froissés, pour des histoires de feuilles mortes. C’est ainsi parfois dans les couples : la chair répare les mauvaises humeurs. J’attends donc et je lis. Bon, c’est vrai qu’elle tarde un peu. C’est vrai aussi que les deux livres sont courts. Avec le Char, j’ai failli m’endormir, tant tout ceci, a priori très beau, très fort, très « commune présence » me barbe littéralement. Il y a des textes dont je n’arrive à comprendre ni le sens ni à découvrir le mystère de leur articulation. Et puis, le poète, dans ce livre, met en scène ses propres œuvres plastiques, il fait son peintre et c’est d’une prétention calamiteuse et d’un intérêt à peu près nul. La grandeur ici m’ennuie, tant je n’y vois que prétention et vanité jusque dans le titre, vraiment gonflant. Mais m’endormir en bâillant ne serait pas du plus élégant.

Alors je prends l’autre titre au chevet et lire Guitry me réveille. C’est décapant, bellement ironique, rafraîchissant et parfaitement anticonformiste, comme on disait autrefois quand le conforme était la norme. Guitry savait tout faire, du théâtre, du cinéma, il fut cinq fois marié, et cette multitude d’activités l’avait aguerri contre l’ennui : il en a oublié de pontifier. Je lui en suis  reconnaissant, surtout quand elle se glisse enfin sous les draps et que débute, cavalièrement, un roman partagé. Mais c’est une autre lecture…

Les commentaires sont fermés.