25/12/2007

Sur le silence des écrivains face à l'UDC (suite)

 

Pour prolonger la réflexion entamée il y a quelques semaines et qui avait déchaîné quelques passions en ligne (à lire ici) , nous présentons aujourd'hui un article de Michel Moret - en charge des éditions de l'Aire - à paraître ces jours dans 24 Heures. En définitive, tout ce silence commence à faire du bruit...
Les blogres


La chute de Christoph Blocher était inscrite dans le ciel

 

Par Michel Moret

Tout le monde le savait, Blocher tribun zurichois, pensionné AVS ne représentait pas l’avenir pour son parti politique et encore moins pour son pays. En fait, il est victime de l’esprit suisse qui consiste à couper tout ce qui dépasse – esprit qu’il cultiva avec ardeur et qui se retourna contre lui. Comment ne pas penser au bourgmestre de Zurich : H. Waldmann qui au 15e siècle fut condamné à mort par le peuple qui ne lui pardonnait pas certaines mesures autoritaires notamment celle d’avoir interdit les danses publiques. On pense aussi aux grandes tragédies et aux paraboles bibliques où l’on constate qu’un homme ne parvient jamais à satisfaire tous ses désirs. Blocher a connu la fortune, le pouvoir et il voulait parfumer sa gloire avec le titre de Président de la confédération. Ce rêve lui échappera. Heureusement. On imagine mal les députés de son parti qui lui obéissent aveuglément lui dire : « Christoph, ton ticket n’est plus valable. » Et pourtant, un jour, il faut tourner la page. Cette éviction va faire un tri intéressant parmi cette députation d’extrême droite où l’on compte plus que l’on ne pense. Espérons que les délégués de cette famille exprimeront leur propre pensée et ne limiteront pas leur activité à lancer sempiternellement des initiatives xénophobes.
Par ailleurs, quelque chose d’inconscient et d’oedipien a surgi parmi les parlementaires. Quelque chose d’animal aussi. Le besoin de changement de génération m’a fait songer à un troupeau de bouquetins qui éprouve à un certain moment la nécessité d’écarter l’ancêtre. La répétition des mots d’ordre et des discours unilatéraux finit par créer la lassitude. Reconnaissons néanmoins que Blocher, même s’il n’a pas confiance en l’homme, a marqué profondément sa génération. Pourtant, sa vie politique se termine par un double échec : sa non réélection au Conseil fédéral et sa non résolution du problème migratoire malgré l’étendue de ses pouvoirs. Dans sa biographie, ses échecs seront plus importants que ses victoires. Cela fait partie des mystères du destin.

Commentaires

Zorg, voyez à quel point on peut tomber bas quand on est un anti-blochérien primaire et avouez que c'est assez affligeant, pour rester euphémistique. Meilleurs voeux pour 2008.

Écrit par : Géo | 28/12/2007

Il est donc si difficile d'admettre que M. Blocher avait raison?
Mais actuellement, tous les partis reprennent des idées dudit Blocher, sur les questions de limitation de la main-d'oeuvre étrangère etc...
Trop en avance sur son temps?
Ou trop direct?
M. Blocher dérange souvent parce qu'il dit les choses comme elles sont, propose des solutions concrètes, demande des actions efficaces et ce n'est pas "politiquement correct"
Je cite:(le Matin )
"-Au vu de la progression du chômage, le Conseil fédéral décidera prochainement si oui ou non il limite le nombre de travailleurs étrangers. Les bases légales le permettent, affirme le chef de la direction du travail au Secrétariat d'Etat à l'économie Serge Gaillard.(secrétaire général de l'Union syndicale suisse.)
Par exemple.

Tellement facile de critiquer M. Blocher. Immonde car il a réussi! Crime de lèse-majesté en Suisse.

Écrit par : Mireille Luiset | 10/05/2009

@ Mireille Luiset

Savez-vous que votre idôle s'est prononcé en 1985 contre la réforme du mariage patriarcal? En avance sur son temps hein...c'est une question de point de vue dirons-nous!

Écrit par : Audrey | 10/05/2009

@Audrey, vous m'attribuez un sentiment qui m'est inconnu: l'idolâtrerie.

Simplement reconnaître la pertinence et l'intelligence des propos de M. Blocher, de certaines de ses propositions (reprises d'ailleurs aujourd'hui par de ses fervents opposants ^_^) n'est que signe de lucidité.

Bravo d'avoir creusé suffisamment loin pour trouver enfin un "reproche" à faire à l'encontre de M. Blocher, cela n'a que pu parfaire votre culture sur le sujet ;)

Écrit par : Mireille Luiset | 10/05/2009

P.S.
Vous remarquerez que je ne me cache pas derrière un pseudo ni un simple prénom ;)

Écrit par : Mireille Luiset | 10/05/2009

@ Mireille Luiset

C'est absolument noble de votre part. Une médaille peut-être?

Néanmoins je vous prierai de ne pas préjuger des gens que vous ne connaissez point. Pour ce qu'il est de cette affaire, pas besoin de creuser très loin, les positions de l'aile dure de l'UDC sur l'émancipation des femmes sont clairement connues et reconnues, mais je vous remercie de vous soucier de ma culture, contente d'avoir pu augmenter la vôtre.

Au passage, un petit tour sur l'histoire des politiques suisses d'immigration permettrait de nuancer votre croyance en un Christophe Blocher visionnaire. Quand on se rappelle des initiatives des années 60 et 70's visant à combattre la "surpopulation étrangère" lancées par Schwartzenbach et consorts, on ne voit plus très bien en quoi M. Blocher devrait être considéré comme "novateur".

En somme tout ce qui change aujourd'hui c'est qu'au lieu de vouloir renvoyer les Italiens et les Espagnoles, on s'en prend aux extras-communautaires...

Écrit par : Audrey | 10/05/2009

@Audrey,
Une médaille? Oh oui, mais en chocolat, svp ;)

Vous me priez gentiment de ne pas préjuger...ok. Idem.

Ai-je prétendu que M.Blocher était visionnaire?
Quant à M. Schwartzenbach, si ma mémoire est bonne, il demandait de ne pas remplacer le contingentement de travailleurs immigrés qui quittaient spontanément la Suisse, et cela pour une durée de 5 (6?) ans, afin d'éviter une crise...

Juste pour le fun:

http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/9592.shtml

Aïe, difficile de s'y retrouver, même une chatte aurait de la peine à retrouver ses descendants-ascendants etc...

Écrit par : Mireille Luiset | 10/05/2009

Au fait: pour rester dans l'actualité, c'est bien M.Serge Gaillard, ancien secrétaire général de l'Union syndicale suisse qui propose de limiter le nombre de travailleurs étrangers?
Oupssss, ce n'est pas ce vilain Blocher?

Écrit par : Mireille Luiset | 10/05/2009

Les commentaires sont fermés.