17/01/2008

Un songe d’eau


 

par Pascal Rebetez

 

Hier j’ai vu une rivière, gonflée de neige fondue, qui m’a  fait résonner les mots « sourdre » et « jaillir ». D’un pont branlant, j’ai vu aussi un ancien moulin et sa roue désormais désaccordée et j’ai pensé au travail et au génie humain qui surent si bien négocier avec les forces de la nature. On empruntait alors un peu de force vive, en déviant une partie du courant, pour ensuite rendre l’eau à son lit, afin qu’elle se repose de tout le grain moulu.

Quand nous faisons l’amour, je me sens moulin, roue à aube, martinet pour forgeron et tu m’es rivière, eau vive, énergie liquide. Et quand je te rends à ton lit, toute pâte étalée, des truites fraient alors dans nos rêves qui vont jusqu’à l’embouchure de l’aube rendre à la mer ce qu’on doit au passé.

Commentaires

oh ! poète, avec ça ! merci!

Écrit par : zizany | 26/06/2009

Les commentaires sont fermés.