20/01/2008

A Yvette Z'Graggen

Par Pierre Béguin

1721990137.jpg

De La Princesse de Clèves aux Fables de La Fontaine, on nous dit que, pour simplement survivre à la Cour, il faut respecter au moins trois règles élémentaires: 1. Ne jamais être sincère. 2. Ne jamais dire la vérité. 3. Toujours flatter. Dans un monde mené par les instincts, la vanité en tête, l’honnêteté et la vérité se révèlent systématiquement très dangereuses. Et puisqu’il faut mentir, autant mentir le plus agréablement possible pour le destinataire. D’où le rôle essentiel de la flatterie. Ces règles sont immuables pour évoluer aisément dans toute situation intra mondaine. Hier comme aujourd’hui et demain. L’avenir appartiendra toujours, non pas au plus méritant, mais à celui – ou à celle – qui sait au mieux, et dans les meilleures circonstances, appliquer ces règles. Force est de remarquer que, dans toute relation sociale – et dans le microcosme littéraire au moins autant qu’ailleurs – profession de foi, jugement à l’emporte-pièce, affirmation prétentieuse, position péremptoire, point de vue superficiel, phrase assassine défilent quelquefois à grand bruit de fanfare communale. C’est alors le règne du «Je» absolu de savoir divin, du jugement subjectif définitif et sûr de son verdict.
C’est dire si je rends hommage à Yvette Z’Graggen en lui avouant ici (et j’espère qu’elle aura finalement appris à ouvrir internet pour nous lire) qu’elle me paraît une exception: elle a suivi sa trajectoire – une trajectoire unique dans le monde littéraire romand – sans faire usage (ou alors très rarement?) des trois règles précitées, avec une constance et une humilité remarquables. J’entends ici par humilité non pas la tendance à se dévaloriser mais la capacité à concilier exactement ce qu’on fait avec les talents qu’on a reçus pour le faire. Jamais mauvaise langue, plus consciente de ses limites que de ses qualités – le propre de ceux qui savent se remettre en question et progresser –, fière mais nullement hautaine, d’une attitude toujours digne et volontaire qui ni ne s’élève dans la prétention ni ne s’abaisse dans la flatterie, elle a vite gagné mon estime et mon amitié. Comme celles ou ceux – et ils sont peu nombreux – qui savent dire quand il le faut, tel l’homme qui courait après la fortune: Adieu Messieurs de cour; Messieurs de cour adieu!
Alors à très bientôt, Yvette, pour une amicale discussion! Et, comme d’habitude, j’apporterai les pizzas…

Commentaires

Je cherche a contacter Yvette je suis de sa famille et aurai besoin de son avis.

Merci de m'aider à la contacter,

Floriane née Z'Graggen

Écrit par : z'graggen floriane | 12/10/2008

je cherche la référence d'un passage d'Yvette Z'Graggen décrivant une coutume de Suisse centrale qui consiste à allumer 3 bougies (rouge, bleue et verte) dans le temps de noël.

Écrit par : Evelyne Roland | 06/05/2009

bonjour.
écrivez-moi à mon adresse e-mail-.
je vous répondrai avec plaisir.
yvette

Écrit par : yvette z'graggen | 16/10/2009

Madame Z'Graggen,

Comme convenu cet après-midi, voici le site internet pour la location par correspondance de DVD:

www.netmovies.ch

Ce site est fribourgeois (Gruyère) et la location de films est bon marché.

Amitiés

Irène votre coiffeuse

Écrit par : Irène Christinet | 22/10/2009

Les commentaires sont fermés.