05/02/2008

Le Rendez-vous d'Ellen, de Pierluigi Fachinotti

Par Alain Bagnoud

Pierluigi Fachinotti, médecin à Genève, avait comme projet de « tenter de raconter une histoire qui dise le parcours d’hommes et de femmes qui se débattent dans les liens invisibles du passé. »
Il a suivi pour cela la branche mâle d’une famille. Trois hommes. Taddeo, Biagio qui prendra l’identité d’un mort de passage, et Enrico. Le grand-père, le père, le fils, ballottés entre le nord de l’Italie, l’Ethiopie, la Suisse, entre le fascisme mussolinien, l’immigration des travailleurs et la vie des secondos.
Le Rendez-vous d’Ellen montre effectivement le poids que portent les personnages et, parfois, « la nostalgie de cet ailleurs inaccessible qui hante toute relation humaine ».
Un premier roman maîtrisé, donc, surtout dans la restitution du passé. Les récits à la première personne d’Ellen et d’Enrico m’ont paru en effet un peu moins intéressant. Un récit bien construit, même si le coup de théâtre final semble artificiel.
Mais le résultat est manifestement inférieur à l’ambition proclamée de Fachinotti, qui voulait rien de moins que communiquer sa conviction sur « l’existence d’un lieu secret dans chaque être, une part d’ombre et de lumière [qui] donne son éclat à chacun », et parler de « ce lieu intime [qui] est la part la plus belle de l’homme ».
Noble ambition. Le texte se lit en général agréablement, c’est déjà ça.
 
Pierluigi Fachinotti, Le Rendez-vous d’Ellen, L’Aire
 
(Publié aussi dans Le blog d'Alain Bagnoud.)

Commentaires

Du début à la fin, j'ai lu une grande histoire d'amour dans sa forme la plus complète.Le rendez-vous d'Ellen est pour moi, un CHEF D'OEUVRE, un livre remarquable,exemplaire. Il est l'expérience dont nous pouvons assimiler la leçon,illustrant le déréglement auquel des conditions anormales d'existence pendant une période prolongée soumettent l'esprit.Son originalité résulte de la façon dont les événements sont combinés entre-eux. Elle se place au niveau du résultat de l'oeuvre achevée dans une parfaite symétrie de l'asymétrie.Le livre nous permet d'accéder à cette noblesse de la pensée qui consiste par delà toutes les redites à donner pour point de départ à nos réflexions,la grandeur des commencements.
Oui, La Terre est un oeuf.
Bien que les paroles ne soient pas les miennes proprement dites, elles ne restent pas moins pour moi, une possibilité de comuniquer.
Françoise Di Gregorio.

Écrit par : Françoise Di Gregorio | 23/01/2009

Wow, nice post,there are many person searching about that now they will find enough resources by your post.Thank you for sharing to us.Please one more post about that..

Écrit par : tempurpedic cloud luxe | 18/04/2011

This is a great blog posting and very useful. I really appreciate the research you put into it..

Écrit par : tempurpedic cloud luxe | 18/04/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.