28/02/2008

Le prix des chiottes


 

par Pascal Rebetez

 

Sur plusieurs portes d’entrée de ma rue, une annonce a été apposée qui offre une place de garage souterrain pour voiture. Prix mensuel : 187.30 !  On admire la déclinaison des centimes, ce qui est supposé donner l’impression qu’un puissant calcul a permis de fixer le juste prix du havre automobile. Il semble d’ailleurs que cela soit les prix moyens du marché de l’habitat carrossier à Genève. La voiture mérite-t-elle autant ?

Je payais ce prix-là, il y a trente ans, pour un trois pièces, certes aux allures modestes, mais vivable et terriblement vivifiant pour les étudiants que nous étions alors.

187 francs, c’est aussi ce qu’on touche grosso modo en tant qu’allocation familiale pour un enfant.

187 francs, c’est ce que laissent en moyenne annuelle les cinq millions de clients des maisons de jeux en Suisse. Ça n’a aucun rapport, mais justement, le prix du parking aussi n’a plus aucun rapport avec la réalité et surtout avec la vie telle qu’elle devrait être.

Les voitures, gamins, on les appelait des chiottes. L’avenir nous a donné raison. Ce sont des chiottes, dorées peut-être, mais des sacs à merde et à problèmes quand même. En ville, c’est une catastrophe, une puanteur incroyable, sans parler du bruit. Je le sais, je roule à vélo, et pas que dans les beaux quartiers. Et de voir tous ces conducteurs en solo, aller et venir jour après jour, qui pour tenter de gagner sa vie et le droit à une plus belle cylindrée, qui pour dépenser et poser son véhicule dans une autre place de parking à 187 francs, ce qui fait 374 francs par mois rien que pour avoir le droit de poser sa bagnole chez soi et près de son lieu de travail, après avoir subi une bonne dose de bouchons et de stress et après avoir produit sa dose quotidienne de particules fines … quelle bêtise ! quel ridicule surtout. J’ai envie de leur dire aux automobilistes qui s’évertuent comme des lemmings à se fondre dans le courant, mais stop ! arrêtez ! laissez la place et l’air libre aux transports publics, aux vélos, aux taxis, aux piétons ! Ne soyez pas ridicules ni ringards avec vos chiottes à brosses. Laissez tomber ce mauvais goût, avant qu’on se moque de vous !

Donc 187 francs, disais-je, ce qui laisse bien supposer que les automobilistes seront toujours d’accord de payer. Ce qu’il faut pour réduire le trafic, c’est qu’une majorité désormais se paie leurs têtes. Qu’on se moque des chauffeurs ! Qu’on les ridiculise ! Qu’ils se sentent dépassés, plus à la mode, stupides : ils arrêteront d’eux-mêmes leur moteur.

Commentaires

100% d'accord, mais les insultes vont fuser, je vous préviens (cf. mon propre blog.)

Écrit par : Sandro Minimo | 28/02/2008

Non pas d'insultes, 187.- est un prix tout à fait raisonnable pour un parking en ville. C'est beaucoup moins cher que les parcomètres. Et il faut bien penser que le coût du parking correspond au rendement de l'investissement consenti par le propriétaire pour nous rendre service. De plus, avec un parking, on ne tourne plus en rond pour trouver une place.

Écrit par : Max | 28/02/2008

Mais pas de problème les Pascals et les Sandros. Payez moi un salaire pour rester a la maison, je le ferai avec plaisir. En attendant dites moi ou se trouve ce parking à 187 Frs, il m'intéresse car actuellement je paie le double.

AF

PS : Très responsable votre appel à s’en prendre aux conducteurs, si un jour je dois démonter la gueule d’un petit con qui vous aura pris a la lettre, je vous le ferai savoir.


Écrit par : Alain_Fernal | 28/02/2008

On n'insulte jamais s'il n'y a pas de raison ! par contre vous mon cher Alain Fernal faite attention à votre coeur car il va en prendre un coup avec tous ces blogs car ils ont l'air de vous mettre sous pression. J'aime bien vous lire ça me détend.

Écrit par : sofia | 28/02/2008

Pas de soucis chère Sofia,

Mes propos peuvent parfois paraître vifs, mais en réalité je prends tous ces thèmes forts sérieux avec humour et décontraction. Par contre il faut que je fasse attention au temps passé dessus, ça devient vite addictif…

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 28/02/2008

Pour Alain Fernal
J'ai bien compris votre réaction car, j'ai aussi la même chose suivant le sujet. Il est vrai que je commence à y passer beaucoup de temps, heureusement, je ne travaille plus ! et qu'il y a aussi des personnes comme vous pour faire rire un petit moment ce qui calme un peu. Si vous trouvez un con à qui démonter la gueule, je suis partante car j'adore faire ce genre de chose. Je vous préviens, j'ai 53 ans mais cogne encore très fort et de plus je pèse 90 kg en muscle alors je vous laisse immaginer muscule à outrance.

Écrit par : sofia | 28/02/2008

Et bien moi je suis aussi de la partie car la prison avec surci pendant 3 ans est terminée et de ce fait j'ai le droit de récidiver.

Écrit par : Max | 28/02/2008

"Mais pas de problème les Pascals et les Sandros. Payez moi un salaire pour rester a la maison, je le ferai avec plaisir."

C'est facile. Abandonnez votre voiture, vous pourrez sûrement réduire votre temps de travail et rester 1 jour par semaine à la maison sans changer votre train de vie.

Écrit par : PtitSuisse | 29/02/2008

Qu'en voilà une super suggestion Ptisuisse, et ça change quoi pour les 4 autres jours ?

Ceci dit ça par periode ça m'arrive de travailler à 80%, rien a voir avec la voiture, mais le taux d'imposition marginal est tellement degueulasse que ça change quasiment rien a mon train de vie.

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 29/02/2008

Les commentaires sont fermés.