29/02/2008

Berne célèbre le théâtre contemporain

Par Olivier Chiacchiari

 

Dès samedi 1er mars, au Stadttheater Bern, coup d'envoi sera donné à onze pièces inédites de 30 minutes, commandées à des auteurs locaux sur le thème de «l'étranger». Vaste programme!
J'ai eu la chance d'être sollicité pour cette aventure alémanique. Avant de prendre mon train pour aller assister à la première, je vous livre ici un article que j'ai rédigé pour le quotidien Der Bund, qui a consacré un supplément entier à l'événement.

 

L'étranger d'un autre

 

Etre fils d'immigré, c'est vivre en étranger sur sa terre natale. D'où l'interrogation qui en découle: Chance, malheur ou destin ?
Comme la plupart des adolescents, je voulais ressembler à mes camarades, surtout ne pas me distinguer, mais malgré mes efforts mimétiques, je demeurais «l'Italien». En revanche, aussitôt débarqué en Italie, je devenais «lo Svizzero». Un lointain cousin qui fréquentait la péninsule en touriste et qui se révélait incapable de rouler les «r».
Dont acte: je ne serai jamais chez moi nulle part, même pas au Tessin !
Les années passant, ma soif de conformisme s'est estompée, j'ai commencé à m'affirmer et le malaise s'est mué en détermination. Mon origine me rendait combatif, mon combat me rendait attractif, et bientôt mon patronyme imprononçable s'imposait sans rougir.
Pour gagner sa place, l'étranger doit s'interroger sur son identité et celle des autres, sans jamais pouvoir se reposer sur ses acquis. Une condition presque philosophique, en somme. Qui peut intimider. Ou donner des ailes.
Gilles Deleuze a écrit qu'il faudrait avoir une langue étrangère dans sa propre langue pour trouver son style. J'ajoute qu'il faudrait être étranger dans son propre pays pour accepter le style du voisin.
En définitive, de tel ou tel côté de la frontière, ne sommes-nous pas tous l'étranger d'un autre, issus d'une seule et même souche ?

 

EN SAVOIR DAVANTAGE

Commentaires

Et si vous venez du nord de l'Italie, vous serez encore plus étranger au sud, et vice-versa. En Suisse, comme en France, on méconnait la force de ces différences régionales renforcés par l'idéologie et l'opportunisme politique. Si je compare la France avec la Suisse, l'avantage va indéniablement à cette dernière. Quel soulagement de ne plus entendre personne me raconter ses vacances en Espagne (comme si on était incapable de parler d'autre chose). En Suisse, j'ai toujours eu le sentiment qu'on est assez indifférent aux origines des gens, et c'est tant mieux.

Écrit par : Inma Abbet | 29/02/2008

Les commentaires sont fermés.