10/04/2008

L’embarras citoyen

 

 

par Pascal Rebetez

 

 

Outre le temps calamiteux, il y a plusieurs raisons de voir la vie du monde dégoulinante d’ennui en ces temps qui ne courrent pas beaucoup, sinon après une flamme olympique dont l'invention est due à un certain chancelier allemand en 1936.

On célèbre ici et là les quarantièmes du rugissement de 68 et je ne peux m’empêcher d’aller, avec le cœur, avec reconnaissance et sympathie vers le bel élan mondial de ces années-là. Mais bon, c’est de l’histoire : il n’y a que certains frustrés des cours de récréation de l’époque qui veulent encore se venger des gauchistes trop libertins de l'époque. Alors ils taillent dans le vif et découpent des costumes de marionnettes pour un procès grotesque : accusés, levez-vous et avouez que vous avez bandé et joui et dérangé l'ordre immuable des bonnes choses!

Pendant ce temps, la seule révolution présentable pour laquelle il faudrait souscrire est la défense d’un ordre monastique tibétain, avec cloches, gongs et lamas égarés. Il faudrait que le libre penseur se batte pour que certains continuent d’être enfermés dans les geôles des croyances religieuses, non merci !

Et en Suisse ? On me soumet des pétitions à signer en faveur d’une dame grisonne, conseillère fédérale par opportunisme, qu’il faudrait protéger des attaques menées par sa propre famille politique : j’irais me fendre d'une gauche pour défendre une telle droite ? Non merci !

Et à Genève ? On me demande de choisir, à grand renfort de slogans, entre deux sales bobines, entre la carpe et le lapin,  pour savoir lequel exercera le rôle de procureur, ce fameux gardien du droit, celui qui requiert les peines et envoie en prison. J’écoute Brassens et préférerai toujours faire un croche-patte au gendarme que dénoncer un gueux.

Non, décidément, les affaires de la cité n'ont rien de sémillant.

Et pendant ce temps-là, la pluie continue à tomber…

Commentaires

Signer une pétition en faveur d’une dame grisonne, conseillère fédérale par opportunisme, qu’il faudrait protéger des attaques menées par sa propre famille politique est absolument débile, surtout quand on sait que c'est le camp adverse qui l' a soutenue. Débile! N'importe quoi! La cause des femmes n'en est même pas servie!

Vous avez raison: devant la chienlit généralisée et la défense des postes de carrière qui ne le méritent pas est absurde. En plus pour une poste inutile. La Suisse, c'est la honte, depuis longtemps...

Une initiative a été gagnée largement pour l'école et le mesquin chef d'état n'a même pas respecté la démocratie! Virons ce monde et faisons-leur payer les arriérér pour leur opportunisme déloyal! Ce ronron ne mène nullepart et nous coûte cher...

Écrit par : Osiris | 10/04/2008

Tout juste.

Écrit par : Zorg | 17/04/2008

Les commentaires sont fermés.