20/05/2008

Jour du Seigneur

416699206.jpg
PAR ANTONIN MOERI


Le dimanche est un jour épatant. Tout le monde, ou presque, partage cet avis. En effet, c’est le jour de la détente. Les uns montent sur leur Kawasaki pour traverser la Suisse, d’autres vont cueillir des narcisses dans le Jura. Il sont de plus en plus nombreux ceux qui enfourchent leur bicyclette pour s’échapper sur les routes de campagne. Je fais partie de cette dernière catégorie. Les cyclistes forment une communauté fort sympathique. Si vous stationnez au bord de la route et que votre présence à cet endroit signale un quelconque incident, un cycliste s’arrêtera et vous offrira ses services, voire une chambre à air en cas de besoin. Et si, dans votre élan enthousiaste, vous croisez un autre vélocipédiste, il vous adressera un « tchô » joyeux, auquel vous répondrez par un « tchô » jubilant.
Et quand vous vous reposerez au bord du lac, sur un banc muni d’un enregistreur que l’Office du Tourisme a discrètement installé sous un accoudoir, vous écouterez la voix grave d’un comédien lisant un texte de Jean-Jacques Rousseau, un texte d’un pathétique à couper le souffle qui vous reste dans la poitrine, et dont vous retiendrez ces quelques bribes. « L’instant où je découvris le lac de Genève fut un instant d’extase et de ravissement. Ce paysage unique, le plus beau dont l’œil humain fut jamais frappé, l’air des Alpes si salutaire et si pur, l’aspect d’un peuple heureux et libre, tout cela me jetait dans des transports que je ne puis décrire ». Alors un grand-père s’arrêtera devant votre bécane pour la montrer à son petit-fils. « Tu vois, Kevin, c’est une pédale, tu peux la toucher ». « Oh ben non, elle est au môssieur ». « Mais tu peux la toucher, ça lui fera plaisir, au môssieur, que tu la touches ». Le gamin au regard effarouché hésitera, puis tendra un doigt tremblant vers la pédale qu’il fera tourner en surveillant votre réaction. Et quand ils s’en iront, le gosse et son pépé, vous adresserez au moutard un petit signe de la main. Sur quoi, l’enfant vous dira timidement : « Tchô ! »

Les commentaires sont fermés.