21/05/2008

La rage des ados

par Pascal Rebetez

On parle ici et là de la violence des jeunes, de leur propension à la castagne. Et on tord le cou des statistiques. Et on en fait une raison de partir en guerre contre quelques ethnies à la lame facile.
Plus rare, me semble-t-il, est d’aller à l’intérieur du malaise adolescent. C’est ce que réalise magistralement l’écrivain neuchâtelois Thomas Sandoz. J’ai lu d’une traite son livre La Fanée qui vient de paraître aux éditions G d’Encre et, caramba, me sens tout remué. Tant son portrait par l’acte de son adolescente des montagnes est criant de vérité autant que de douleur.
Désolation de la famille monoparentale, premier flirt obligatoire, bal de village glauque et alcoolisé, détresse villageoise au cul du monde, on est loin du charme bucolique que les citadins sur le retour trouvent à nos vertes et flamboyantes montagnes. Sapin. Ça pine. Ça sent le sapin, la mort lente, ça poisse l’ennui et le mal-être.
C’est terriblement efficace et rendu dans une langue riche et rythmée.
A noter aussi que des illustrations signées Catherine Louis parsèment le chemin de croix du texte, en des stations hypnotiques, elles désignent les lieux mais aussi l’absence. Ce que l’ado en rupture de ban craint le plus : l’ignorance du monde à son égard.

Un livre qui vaut bien quelques dossiers sur le malaise. Déconseillé par l'office du tourisme des montagnes neuchâteloises.

14:27 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.