15/06/2008

A l'hôtel avec Ornella Muti

 Par Pierre Béguin

 948690661.jpg

J’étais jeune, j’étais fou, je ne doutais de rien, je n’étais qu’un foyer de possibles. C’était mon premier jour à Los Angeles. Un jour qui contenait encore intact ma soif d’existence brûlante, ma curiosité de notre merveilleux enfer, mon impatience d’entrer dans ce monde de flammes, de plaisirs, de libertés, d’oubli. Moi qui ai toujours cru que la nature n’a jamais rien produit de plus beau qu’une belle femme, je n’imaginais pas terre plus prometteuse que Hollywood Boulevard et ses incessants défilés d’actrices, de starlettes, dont la plupart, c’est sûr, n’attendait que mon arrivée. Donc, j’étais jeune, j’étais fou, je ne doutais de rien, je n’étais qu’un foyer de possibles. Comme Rastignac, il me fallait prendre de la hauteur pour défier cette ville où j’allais m’installer pour une longue période…

Direction downtown. Hôtel Bonaventure. Au dernier étage, un restaurant tournant me permettra de jauger mon nouveau territoire…

En traversant le hall d’entrée, je reste figé. Une superbe créature, seule, assise à une table du café bar. Seule? Impossible! L’autre doit s’être absenté quelques secondes. J’observe la table. Un verre, uniquement. Pas de doute! Elle est seule. Une telle apparition pour mon premier jour dans la cité des anges! Je ne peux pas laisser passer l’occasion. Sans même réfléchir à la manière dont j’allais l’aborder, je me dirige résolument vers elle. A quelques mètres de la table, je flaire quelque chose d’anormal. Un projecteur. Des caméras. Une scène de film! Encore quelques pas et, comme Tintin, j’allais faire irruption dans une scène de film…

Alors je reconnais la femme: c’est Ornella Muti. Je le savais! Une telle beauté seule à une table de café, dans la vraie vie, ce n’est pas possible. Au cinéma non plus, d’ailleurs. Le serveur lui apporte un téléphone. Elle parle avec un sourire enchanteur et des yeux qui s’illuminent. Et puis, rapidement, comme si le temps n’existait plus, il arrive. Il peut bien s’appeler Klaus Kinski, je le trouve vieux, moche, peu apte à faire se pâmer d’amour Ornella Muti. Erreur de casting! Sincèrement, j’aurais mieux fait l’affaire. Il s’assied. Elle le regarde langoureusement. Ils s’embrassent longuement. Et la scène s’arrête…

Je décide de rester. Je ne renonce pas. Je suis jeune, je suis fou, je suis un foyer de possibles. C’est l’Amérique, Hollywood. Tout est permis! Je trouverai l’occasion d’aborder la belle italienne. Je dois essayer. Certains pourront bien, plus tard, être au lit avec Madonna, moi je préfère de loin l’hôtel avec Ornella! Déjà, la même scène reprend. Téléphone. Sourire. Il s’assied. Elle le regarde langoureusement. Ils s’embrassent longuement…

Toute l’après-midi, attendant vainement l’opportunité, j’ai regardé Klaus Kinski embrasser longuement Ornella Muti. Et dire qu’on le paie pour ça! Toujours les mêmes qui ont de la chance! Time and money, ça s’appelait, le film. Je ne l’ai jamais vu, je n’en ai même jamais entendu parler. Time and money! Tout était dit. Du temps, je n’en avais plus; de l’argent, je n’en avais pas. Résigné, j’ai pris l’ascenseur pour le dernier étage avant que l’obscurité ne recouvrît la ville. Au sommet de l’hôtel Bonaventure, celui qui contemple Los Angeles au coucher du soleil, ce n’est plus Eugène de Rastignac sur la butte Montmartre, c’est Lucien de Rubempré de retour à Angoulême. Des illusions perdues…

Retour de nuit au quartier mexicain, où j’habite. Je me sens déjà moins fou, moins jeune. Y’a pas à dire, l’Amérique, ça fait mûrir rapidement…

Montage d’extraits de la nouvelle éponyme parue dans Rencontre, Ed de l’Aire, 2008

Commentaires

rââââââââh... l'horreur ! La mort des illusions dans d'indicibles souffrances.
"Le héros se ressaisit, invente Rocky et assomme Klaus Kinsky, puis se transforme en Superman et emmène Ornella Muti au sommet de l'hôtel Bonaventure où il lui fait tourner la tête jusqu'à la pâmoison finale."
J'aurais mieux aimé la fin comme ça, tiens...

Écrit par : Blondesen | 15/06/2008

Pourquoi ne pas se rapprocher d elle maintenant, puisqu elle permet à ces fans de faire des affaires avec elle directement en lançant sa propre collection. Visite le site offociel d'Ornella.
www.ornella- href="mailto:muti@hotmail.com">muti@hotmail.com et dit lui que tu viens de ma part anamay128@hotmail.com

Écrit par : anamay | 03/07/2008

http://www.ornellamuti.it/

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/07/2008

Merci pour votre article. Je m'irteresse beaucoup a ce sujet. Je pense que cette information peut etre utile pour moi. Si vous avez encore queque chose, ecrivez-vous.

Écrit par : Raymundo | 01/09/2008

Oh, Ornella Muti. Oui, bien sur, il a eu la chance de voir, de regarder cette belle femme. Elle a quelque chose extraordinaire dans ses yeux dans ses levres. Pourquoi il ne s'est pas approcher vers elle. Je crois que la reponse est evidente. Elle n'est pas reelle, meme pour moi, un grand reveur. Et le film je ne l'ai jamais vu.

Écrit par : Riley | 05/09/2008

Je sais pas comment on peut considerer cette histoire. C'est comme une petite nouvelle ou le fait de la vie reelle, en tout cas merci. Je voudrais lire encore quelques choses comme ca et surtout si on parle de telle femme comme Ornella Muti.

Écrit par : Kade | 19/09/2008

Remarquablement! C'est l'information réellement admirable. Merci pour les instructions précieuses. J'espère que vous continuez à écrire aussi d'une manière intéressante.

Écrit par : Donovan | 02/10/2008

J'aime tout ce qui est lie avec Ornella, son visage, sa voix, son corps et vous savez j'imagine Klaus Kinski qui l'embrasse avec une passion. Que je l'envie. Vous savez en meme je sais pas les dernieres nouvelles.

Écrit par : Judah | 07/10/2008

Bon jou!Merci pour votre article.Très bien vu. cette histoire me rappelle une nouvelle romantique et tendre. je veux la continuation... Si vous avez encore queque chose, ecrivez-vous. encore merci

Écrit par : Jonah - Hoodiagordonii | 05/11/2008

j'aime votre style de narriture. il est vraiment charmant!!! je le lis comme une nouvelle! bravo

Écrit par : Mr. Acne | 13/11/2008

This is my first time I have visited here. I found a lot of interesting information in your blog. From the volume of comments on your articles, I guess I am not the only one! keep up the impressive work.

Écrit par : adjustable bed | 20/04/2011

Il semble que vous êtes un heureux cher go personne chanceuse. Mais vous êtes toujours en s'amusant. Thats l'esprit de la vie.

private dentist london

Écrit par : The Vivienne | 03/06/2011

Les commentaires sont fermés.