11/07/2008

Foot et identité

Par Alain Bagnoud

1196279758.jpgEurofoot encore. C'est fini et bien fini, certes. Mais il me reste quelques questions, pour avoir observé tous ces fans de foot, tous ces adultes enroulés dans des drapeaux, portant le maillot de leur équipe, roulant dans des voitures qui arborent les emblèmes d'un pays. Le phénomène était d'une telle ampleur qu'il y avait de quoi s'interroger.

Un retour au nationalisme ? Evidemment non. Ce n'étaient pas les vertus d'un pays que proclamaient tous ces gens, c'était leur identité. Identité dans le sens identique, et pas singulier.

C'est que, dans cette société post-moderne qui impose l'individualisme, qui détruit le lien social, qui impose à cause du marché une masse d'éléments constitutifs à chacun, liés à ce qu'il croit être ses goûts et sa personnalité, et qui sont en fait les caractéristiques du consommateur qu'il est et que le marché suscite, il est impossible désormais que les gens se sentent liés profondément, qu'ils considèrent qu'ils appartiennent à un groupe homogène avec sa culture propre, comme c'était le cas jadis. (« Jadis » que d'ailleurs je ne regrette aucunement, croyez-moi !)

Aussi, perdus dans une masse de ces caractères qui les constituent hétérogènes, différents malgré eux, isolés, et ayant la nostalgie du lien, les supporters de foot sélectionnent une caractéristique simple dans l'ensemble de ce qui les constitue. Une origine, un drapeau, une nostalgie ou un exotisme. Ils retrouvent grâce à ça la fusion, le lien social, l'agglomération. Rassemblement, essai de transe, vibration commune, sentiment d'être fondu dans un groupe symbolisé par l'équipe.

Un petit moment collectif. Et le lendemain, on retourne à son gentil rôle d'individu consommateur !

 

Commentaires

Les idée simples vont avec les sentiments simples, par exemple : l'amour, la bande, le couple, la nation. La nation, l'appartenance à une nation et tout ce qui va avec : les emblèmes, les chants, les traditions, est, à mon sens le concept le plus compliqué que peu comprendre un esprit simple, comme le mien par exemple, contrairement à vous je regrette un peu l'époque des idées simples, des frontières, des communautés, des compatriotes, appréhender la vie et les autres était plus facile. Sans ces choses simples on se perd, on ne sait plus, d'où on est où on va qu'est ce que l'on fait là. La différence avec nos footballeux c'est que nos anciens étaient prêt à s'échanger contre ces idées simples, aujourd'hui on consomme de l'ensemble, mais plus personne ne veut se sacrifier pour une quelconque montagne ou village.

Écrit par : JC | 11/07/2008

Donc, plus la société entraine à l'individualisme, plus le besoin de ce genre de grand messe fusionnelle et aveugle se fait sentir. Une simple réaction. C'est une thèse assez logique. A des degrés divers, on a tous besoin à la fois de lien social et de solitude. Les excès de l'un entraine des excès de l'autre pour compenser. Pas bon les excès!!

Écrit par : Joel | 14/07/2008

Les commentaires sont fermés.