03/09/2008

Les sirènes des Grisons

 desarzens.jpgUn régal, cette réédition des Sirènes d’Engadine par Corinne Desarzens ! C’est à New York qu’elle entendit le mot Grisons pour la première fois, de la bouche d’un sculpteur qui provenait de là-bas. Dès la première page, le lecteur, à qui semble s’adresser l’auteure par un « tu » de confidence, est embarqué dans la découverte. Franchis les tunnels, les cols et les villages : l’Engadine ! « Quelque chose de festif se répand. La neige sent la pastèque. Les maisons te sautent contre et chaque plante, chaque marche, chaque éclat de granit, chaque couleur est très là. » Avec le talent d’aventurière qu’on lui connaît, Corinne Desarzens plonge corps et âme – elle apprend même le romanche – au cœur de l’étrange vallée où toilettes se dit secret. Avec des accents de malicieuse curiosité qui ne vont pas sans rappeler Bruce Chatwin, l’écrivaine nous présente avec une rare poésie à ces sirènes qui ne se montrent qu’à ceux qui sont prêts à partir avec elles.
Serge Bimpage
Sirènes d’Engadine, par Corinne Desarzens. CamPoche, éditions Campiche, 79 pages.

 

Commentaires

Bonjour Idriss, peux-tu m’expliquer les différentes missions du métier de formateur et comment le service de formation fonctionne au quotidien.

Écrit par : moncler jackets | 14/09/2010

Les commentaires sont fermés.