30/09/2008

Le livre est plus passionnant que le film.

Par Antonin Moeri



begaudeau1.jpg




On connaît l’antienne: l’école publique, en Europe, est un vaste chantier où les expériences les plus saugrenues sont encouragées au nom de... Les responsables sont fébriles. Après le laxisme, retour à l’autoritarisme. On crée des commissions pour rédiger des règlements: si la casquette n’est pas autorisée, le bandana le sera-t-il? Perplexité des intervenants. Si le mot clitoris est régulièrement tracé au feutre indélébile sur les pupitres, quelle stratégie adopter pour éradiquer cette mauvaise habitude? Y a des profs qui s’en foutent! hurle une débutante. Le principal la rassure: S’ils ne jouent pas le jeu, tu nous les signales, on leur fera comprendre!
C’est exactement ce que pourrait raconter François Bégaudeau dans son livre Entre les murs. Mais le pessimisme et le regard désabusé ne sont plus de mise. Le créneau a été pris trop souvent: Altschull, Barrot, Capel, Boutonnet, Kuntz, Milner, Michéa, Lurçat, Goyet... Tout le monde est au courant: on a cassé l’école républicaine, l’enseignement a été vidé de sa substance, l’horreur pédagogique a triomphé. Et pourtant, les ados continuent de fréquenter ces étranges lieux de vie, certains parents continuent d’assister à des réunions et de signer des carnets scolaires, les profs continuent d’évaluer le comportement des jeunes, d’écouter l’Autre, d’élever la voix, de corriger des textes argumentatifs. Des profs au crâne rasé, percings dans les sourcils et au bord des oreilles, jean déchiré, qui tombent en extase devant Matrix et Les Simpson, écoutent le même rap que leurs élèves, portent le même sweat que leurs élèves, sur lequel un vampire décrète Apocalypse now! Des profs qui, malgré la platitude de leurs propos et leur orthographe déficiente, se prennent très au sérieux. Voyons! Leur mission est d’éduquer!
Souleymane, Youssouf, Djibril et Hadia ne savent pas pourquoi ils vont à l’école. Après que... suivi du subjonctif ou de l’indicatif? Peu leur chaut. Et pourtant... Quand Aïcha décide d’y aller, c’est toujours avec une heure de retard... Or Ming se prend au jeu: les temps du récit au passé, ça l’intéresse... Et dans la salle dite des maîtres, Gilles avale son second Lexomil, Elodie lit son horoscope dans un journal. Le principal affirme qu’il faut rentabiliser les heures de français. Il ouvre des pistes de réflexion. Il propose de changer les horaires fixés par son prédécesseur... On se croirait dans une farce... On imagine Céline mettant en scène cette bande de guignols: le perpétuel boudeur qui refuse de tomber sa capuche, celle qui va se plaindre de la dureté d’un prof auprès de la nouvelle psy, l’enseignante d’histoire bien fringuée qui fait la morale “avec une miette de pepito collée à la lèvre inférieure”. Le vacarme, la gabegie, la difficile transmission du sens des mots, les acrobaties chaplinesques du pion se contorsionnant entre les cultures, les règles de grammaire, les races, les règles de vie, les droits de l’homme et les montagnes d’emmerdements, la componction compatissante du conseiller social faisant la collecte pour payer les frais d’enterrement du père de Salimata, les coups de pied de l’intendant dans la photocopieuse, le racisme anti-Blanc des enfants de victimes du colonialisme français, la “pétasse” qui lit La République offrent un matériau idéal pour écrire un roman.
Viens, on va regarder la télé! dit un père à sa fille qui se sent obligée de voir avec lui les tétons énormes, les cuisses qui s’ouvrent, le membre turgescent. Quant à Soumaya, elle préfère regarder la télé en Egypte, parce que là-bas,”on est tranquille, on n’a pas toujours la main sur la télécommande des fois qu’y aurait du sexe”. Excellent sujet pour débattre, exprimer un désaccord, écouter l’Autre, transmettre des valeurs et produire, in fine, un texte argumentatif. Mais un récalcitrant casse l’ambiance. Il trouve que, le onze septembre, les terroristes ont eu raison de planter les avions dans les tours. Alors là, trop c’est trop! Carnet de correspondance! Il est convoqué chez la psy. Elle aurait passé un contrat avec lui. Il ne devra plus dire des choses pareilles. Et voilà que le sang a pissé. Souleymane a frappé un camarade. L’encapuchonné doit comparaître devant un conseil de discipline. L’éducatrice lui trouve des circonstances atténuantes: le père vient de... !
Vous l’aurez compris, ce qui intéresse Bégaudeau, ce sont surtout les chaînes sonores qui se croisent dans ce lieu déterritorialisé qu’est l’école publique actuelle. Il scrute attentivement et passionnément une langue vivante qui s’articule au plus près des pulsions. Pour capter les ondes émotives, il transcrit les tics langagiers, les éructations et les mélodies dans son laboratoire, chambre d’échos où le lecteur perçoit les voix claires ou enrouées de Khoumba, Gibran et Jiajia, toutes ces affirmations maladroites, ces phrases syncopées et ces hoquets de rage voués à l’oubli, ce non-dit où prolifèrent les germes de ressentiment, d’aigreur, de haine et de violence... La meilleure posture à adopter devant ce sidérant lieu de vie ou hôpital de jour que les décideurs politiques nomment Ecole-Santé (sic) est sans doute celle de l’écrivain: montrer les choses avec précision et légèreté, ne pas les commenter. En cela, l’entreprise de Bégaudeau est réussie.
Son travail sur la langue me semble beaucoup plus intéressant que la vague racoleuse sur laquelle surfe le film de Cantet.


François Bégaudeau: “Entre les murs”, Folio 2007

Commentaires

L'école de la République, l'horreur pédagogique, la rentabilité des heures, tous ces principes, qu'on les aime ou pas, cela tend à brouiller la réalité d'une pratique concrète d'un enseignement fait d'un être humain à un autre être humain. Dès qu'on saisit cette pratique dans sa réalité, on comprend que le rapport entre les deux parties doit forcément trouver un équilibre, et que l'initiative en revient à l'enseignant. Or, l'équilibre ne doit pas s'appuyer sur de gros principes, sinon il n'est qu'écrasement : l'équilibre est ici à faire dans le vide, de l'un à l'autre.

Écrit par : R.M. | 30/09/2008

J'ai vu le film hier soir avec ma fille de 16 ans, nous avions toutes les deux lu le livre à sa sortie. Je suis d'accord avec toi, Antonin, le livre est mieux que le film. Mais je ne dirais pas que le film est mauvais, et s'il surfe sur une vague racoleuse, ce n'est pas de la faute à Cantet. Ce qui m'a frappée, c'est que le point de vue de Cantet semble épouser celui du lecteur du roman: en lisant le livre en effet, je m'étais dis que ce prof était quelque peu méprisant, bien que la narrateur se donne de la peine pour nous le montrer philosophe et humaniste. Le cinéaste montre plutôt qu'avant la philosophie et le respect de l'autre, il y a chez ce prof un regard distant non dépourvu d'axiologie, du détachement vaguement cynique et un certain narcissime mal maitrisé: les escalades verbales entre le prof et les élèves proviennent surtout du fait que ce dernier est une véritable mitraillette qui semble davantage s'écouter parler plutôt que d'honorer le contrat pédagogique.
Cantet et Begaudeau ont aussi choisi de mettre en avant quelques scènes du roman (l'exclusion de Souleymane et l'histoire de "pétasses") pour en faire une histoire, ce qui affaiblit le côté "ethnographie de la communication dans une classe de collège en France" que j'ai beaucoup aimé dans le roman, notamment en raison du traitement (littéraire? ça m'intéresserait de savoir ce qu'en pense Alain Bagnoud!) de la langue.
Quant à ma fille, elle a trouvé un peu long mais elle n'est pas vraiment d'accord avec moi quand je dis que ce prof parle trop "il fait quand même participer les élèves" me dit elle sur un ton qui semble dire "c'est déjà ça".

Écrit par : marinette | 04/10/2008

j'ai beaucoup aimé votre article....mieux que le livre en tout cas!!! j'ai trouvé le roman d'une pauvreté affolante. Le traitement de la langue justement est répétitif et peu intéressant à mon sens. Tout est mis sur le même plan de sorte qu'il n'y a plus de niveaux qui permettraient de voir ce traitement. Une fois "le côté ethnographique de la communication dans une classe" saisi (un chapitre!), le livre traîne en longueur. Je n'ai pas encore vu le film mais s'il est moins bon que le livre, ciel!

Écrit par : isabelle | 05/10/2008

Marinette, que signifie le mot axiologie?
Donne-moi une définition svp.
Me réjouis d'utiliser ce terme.

Écrit par : antonin | 06/10/2008

Axiologie: "jugements de valeur". C'est en tout cas dans le sens que je donne à ce terme! Dans le PL, je lis "théorie des valeurs morales".

Écrit par : marinette | 13/10/2008

Les commentaires sont fermés.