02/10/2008

Pour tant de maux…

par Pascal Rebetez

 

 

En guise d’épitaphe pour les flambeurs banqueroutiers, ce petit poème d'autrefois :

 

 

Pour tant de maux,

Pour tant de larmes, assez de mots :

Des armes.

 

 

Une balle vous tue ;

Une balle vous sauve.

C’est à vous de choisir

La balle qu’il vous faut

Pour vivre ou pour mourir.

 

 

Robert Ganzo, Tracts, 1942

Commentaires

Bien cordialement à vous
Manuel Vich-Ganzo
(Petit fils du poète)

Écrit par : Vich-Ganzo | 06/10/2008

Les commentaires sont fermés.