02/12/2008

Adolescence d'un écrivain


bagnoud.jpgPar Antonin Moeri






J’adore le présent de narration. C’est un temps qui fait ressurgir des faits comme s’ils se déroulaient sous les yeux du lecteur. Un auteur français l’utilise pour mettre en scène des moments d’une rare intensité : évasion du protagoniste, recherche d’un sentier perdu, découverte du cadavre de la femme adorée. Alain Bagnoud en use pour dire ou raconter ce que voit, entend, touche, ressent, mange l’adolescent qu’il fut. Cependant, quand le narrateur prend la parole trente ans après les faits, c’est au passé qu’il parle, tissant sa toile d’images et de réflexions sur le boulevard de la remémoration. Ce mouvement de va-et-vient entre ici et là-bas, entre maintenant et jadis, déclenche chez le lecteur une voluptueuse sensation qui n’est pas sans rappeler les effets de la caféine.
Ainsi est-on convié à éprouver les émotions d’un garçon qui, un jour de fête catholique, marche au pas dans une fanfare villageoise, tape sur son tambour, tombe en pâmoison devant trois princesses, écoute le somptueux curé parler du dragon terrassé par Saint-Georges, sent les effets du premier vin (« magie du vin qui rend le monde plus beau, plus brillant, plus intéressant »), découvre une autre vision du monde, celle d’un jeune prof marxiste dont le discours l’époustoufle, se trouve médiocre, peu séduisant devant la fille qui disparaît avec un copain derrière les granges…
Ce que raconte Bagnoud dans ce livre, c’est la transformation d’un regard, la construction d’une identité, celle d’un sujet que les modèles de comportement, la mentalité, les coutumes, les rôles et les projets des villageois ne sauraient contenter. Le doute, le désir, l’ennui, la révolte habitent cet adolescent qui rêve de conquérir une langue (territoire qui n’a rien à voir avec le sol des campagnards, la terre des pères et des aïeux), celle de la peinture, celle du roman qui permet de mieux comprendre ses sentiments et ceux des autres, d’expliquer la jalousie, l’envie ou la rage, qui « crée un écart par rapport aux croyances et aux parlers des entourages ».
Le tour de force d’Alain Bagnoud est de concentrer en un seul jour (la Saint-Georges au début des années septante) un grand nombre de scènes, de dialogues, de souvenirs, d’arguments, de considérations sur l’amour, les classes sociales, la mort, les idées reçues, les normes, le langage, l’argent, la vérité, le progrès, la honte des origines, la drogue, la musique, les lois du capital, l’art, la spiritualité, les valeurs, la liberté sexuelle, la solitude, la violence, l’innocence, la culpabilité. C’est avec ces ingrédients et en s’adressant à l’imaginaire du lecteur que l’auteur réussit sa plongée dans une des périodes les plus belles et les plus déroutantes de la vie.


Alain Bagnoud : « Le Jour du dragon » L’Aire, 2008

L’auteur signera son livre jeudi 4 décembre à la Librairie du Parnasse, Rue de la Terrassière, dès 18 heures trente. Le comédien Cyril Kaiser lira des extraits de l’œuvre.
A ne pas manquer !

Commentaires

Une photo d'un graphiti qui pourrait illustre vos propos
http://www.webinapage.com/2010/01/19-and-bored/

Écrit par : Président du web | 08/01/2010

Les commentaires sont fermés.