30/01/2009

Anne ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir?

Par Alain Bagnoud

Dark_City_by_DaStafiZ.jpgIl y a certains matins comme ça où le monde nous parle. On a feuilleté les journaux, on a eu les nouvelles.

Un nouveau World Economic Forum à Davos décortique a posteriori la crise de la finance mondiale. Tout était prévisible : les "subprimes", la consommation excessive, l'endettement trop élevé, des analyses des risques trop lâches et des réglementations trop médiocres conduisaient forcément à la débâcle, explique-t-on aujourd'hui. Mais, bon, étrangement, on n'a rien vu venir.

De l'autre côté, en France, des millions de manifestants préviennent le président du pouvoir d'achat, lui signalent qu'ils trouvent tout de même un peu gonflé, après toutes ses promesses et ses slogans, que les revenus du capital soient plus valorisés que ceux du travail et qu'ils vivent moins bien, avec moins d'argent et moins de liberté individuelle. Bon, vous me direz, c'est bizarre qu'ils n'aient rien vu venir. Tout était prévisible: quand on élit un président de cet acabit...

Ici en Suisse, un sondage parle des intentions des citoyens. On va bientôt voter pour savoir si le peuple est d'accord d'étendre la libre circulation des personnes entre la Suisse et l'Union européenne à la Bulgarie et à la Roumanie. Les enjeux sont expliqués, les conséquences annoncées, les spécialistes font le point (ici). Il semble que les suites soient prévisibles.

Et pourtant, selon l'étude de l'Institut gfs.berne, si la moitié (50%) des sondés est favorable à la reconduction et à l'extension de l'accord, 43% des Suisses sont prêts à dire non le 8 février et il reste 7% d'indécis.

Faisons l'hypothèse que les citoyens refusent la libre circulation. Ça peut arriver. On sait en gros ce qui va alors se passer.

Eh bien je fais le pari que dans ce cas, on expliquera bientôt partout qu'on n'a rien vu venir.

 

(Publié aussi dans Le blog d'Alain Bagnoud.)

Commentaires

Effectivement, c'est prévisible... Mais même à 54 % de partisans, on se sent floués par la "démocratie"... Lors des grandes grèves des transports en commun, alors que les gens, écrasés dans le métro, pestaient contre les chauffeurs, un grand Noir qui dépassait tout le monde a dit à tous, sardonique : fallait pas voter Sarkosy ! Mais je t'assure, Alain, quand on n'a pas voté pour lui, c'est duuuur...

Écrit par : Emily | 31/01/2009

D'accord avec Emily. Surtout qu'ils sont nombreux à avoir retourné leur veste. http://anthropia.blogg.org

Écrit par : anthropia | 31/01/2009

nous le savons bien, il ne suffit pas de dire, d'expliquer, de rationaliser, il ne suffit pas toujours d'avoir été à l'école ni même d'être intelligent, contrairement à ce que l'on veut toujours nous faire croire, on ne peut pas compter sur l'autre, sur son jugement sur sa sagesse, l'autre agit, pense exerce sont pouvoir pour des raisons qui lui sont intimes, tellement intimes qu'il les méconnait bien souvent. Je crois plutôt à cela : Rêver qu'on puisse encore monter en ligne pour des actions presque clandestines. Nous sommes un petit clan. Un clan ouvert. Vous pouvez venir.

Écrit par : Jean Chauma | 01/02/2009

Ce qui m'étonne encore et toujours c'est l'incompétence et la stupidité des dirigeants actuels élus "démocratiquement". C'est valable pratiquement à tous les niveaux. Ce n'est plus servir, mais se servir, pour sa gloire personnelle. La valeur monétaire a remplacé les valeurs morales.

Écrit par : Johann | 01/02/2009

Les commentaires sont fermés.