25/06/2009

Pascal Rebetez, Je t'écris pour voir

 

Par Alain Bagnoud

 

S6301737%20-%20Volvograd%20-%20Monument%20aux%20Morts%20Stalingrad.JPGAvec Je t'écris pour voir, Pascal Rebetez poursuit l'œuvre entreprise par Un voyage central (L'Hèbe 2006). Le principe de ces deux recueils est simple: l'auteur écrit des lettres à ses proches depuis les pays lointains où il séjourne. La forme ainsi trouvée permet d'unir notes de voyage, autobiographie, souvenirs personnels, considérations générales, réflexions, choses vues.

Rédigées en des lieux divers, ou les évoquant (Hanoi, Locarno, Cadaquès, New York, Volvograd...) ces missives sont adressées à l'ex, au petit-fils, à la fille danseuse, à la mère, au père, à un voleur. On y apprend quelques anecdotes croustillantes.

Un exemple, pour vous donner envie: saviez-vous que notre auteur a volé un Warhol dans une galerie de New York, qu'il l'a fait sortir clandestinement des Etats-Unis, avant de se le faire piquer 30 ans plus tard par un monte-en-l'air historien de l'art?

Quelques autres souvenirs sont entrelacés dans ces textes, et un peu de nostalgie. Celle d'un espoir passé où l'on pouvait croire encore à la fusion des êtres et à l'harmonie du monde.

Elle donne sa nécessité au recueil, qu'on lit comme la description d'un être seul, seul parmi les autres, seul malgré les autres. Rebetez démontre la difficulté de la relation en exposant un processus de communication qui vise à créer un lien, mais qui ne parvient pas tout à fait à ouvrir entièrement l'individu à ses semblables.

Mais ce n'est pas un livre amer. On y trouve aussi une célébration de l'amitié, des liens choisis, une tendresse pour les autres, un amour de la vie, un plaisir jouissif de la découverte, du vagabondage, de l'aventure, et pas mal d'exotisme qui confronte l'ailleurs et l'ici et leur donne du relief.

 

Pascal Rebetez, Je t'écris pour voir, L'Hèbe

Publié aussi dans Le blog d'Alain Bagnoud

Commentaires

Né en 1955, Serge Marignan est originaire de Nîmes. Bien que comptable de formation, l’auteur est un amoureux des mots, les voyages constituent sa deuxième passion. “Aux Rêves Assoupis” est son premier ouvrage publié.

Les mots sortent du silence; espiègles mais prudents ils vont flirter sur nos connivences; parfois, apeurés, ils nous échappent; c’est là qu’il faut les surprendre, tapis au bord de l’imaginaire, savoir les dominer et les forcer à franchir les frontières du sens. Alors, rassurés, ils divaguent et s’éparpillent parmi les plus folles de nos envies et s’en retournent au silence. “Aux Rêves Assoupis” est un recueil de brèves de blog et de poésies modernes volées à l’instant présent.

Réf: 978-2-7480-4475-1
Auteur: MARIGNAN Serge
Prix TTC: EUR8,90

Société des écrivains
147-149 rue Saint-Honoré, 75001 Paris
Tél. 0 820 04 03 10 (appel local)
http://www.societedesecrivains.com


Pour passer votre commande :

Tel 0 820 04 03 10
Fax 05 56 47 30 16

Écrit par : serge | 25/06/2009

le voleur volé ? un écrivain , un monte-en-l'air historien ? Que du beau monde ! Quel est le prochain amateur d'art ?

Écrit par : Anynome | 24/09/2009

Il est plus facile de plaisanter que de s'ouvrir à l'autre ...
Mais , cela peut y aider !
"Seul parmi les autres , seul malgré les autres " ..........

Écrit par : Anynome | 24/09/2009

Le colosse image dans la ville de Volgograd, a dédié la victoire sur l'Allemagne nazie. J'étais près de ce monument et le complexe à côté. Une expérience très excitante. Dans votre article pour une raison quelconque, pas un mot sur ce grand monument.

Écrit par : Israelite / phone cards | 06/10/2009

Les commentaires sont fermés.