08/09/2009

Le meilleur des mondes

Par ANTONIN MOERI

nestlehq.jpg







L’autre jour, en compagnie de ma fille, je suis allé à Vevey, petite ville proprette sise entre Lausanne et Montreux. C’est la ville où j’ai grandi. Mon père fut le premier cardiologue à y installer un cabinet de consultation. Il recevait chez lui des peintres, des écrivains, des marginaux, en tout cas des gens souvent drôles qui avaient des choses à raconter. En bas, dans la petite ville, régnait un ordre qui était celui des années soixante-septante. On croisait sur les trottoirs des bourgeoises avec ou sans enfants, des messieurs habillés avec une certaine élégance, des demoiselles hardies, charmantes et rieuses. Les ouvriers étaient relégués dans un quartier derrière la gare. Ils n’aimaient pas se mêler à la vie commerçante du centre-ville.
Lorsque je marchais, en compagnie de ma fille, dans les rues de cette ville que la modernité a transformée dans le bon sens, quelle ne fut ma surprise en constatant le phénomène suivant: tous les hommes en âge de travailler dans un bureau ou une entreprise arboraient, fixé à leur chemise, à une bretelle ou à une veste, un insigne plastifié qui oscillait gracieusement sur le ventre en indiquant le prénom, le nom, l’affectation de son propriétaire et le nom de l’entreprise qui l’emploie. Après avoir croisé une vingtaine de ces individus clairement identifiables, j’ai dit à ma fille:”Tu vois, ce sont des employés de Nestlé, ils vont manger une pizza dans un restaurant bon marché”. Plus loin, les petits écriteaux plastifiés continuaient d’osciller au bout de leur chaînette. “Ça, dis-je à ma fille, ce sont des employés de l’UBS”. Et puis, il y eut ceux du gigantesque centre commercial, ceux de la marbrerie, ceux de Philip Morris et tous ceux dont nous n’avons pu identifier le nom de l’entreprise qui les emploie.
Cette lisibilité quant à l’identité de chacun m’a beaucoup surpris. Pourquoi est-elle devenue nécessaire? Serait-ce la crainte des dérapages, des viols, des folies meurtrières, des attentats islamistes? L’obsession sécuritaire permettra-t-elle de retrouver la confiance? Il ne resterait à nos responsables politiques qu’à soutenir l’origine génétique de la pédophilie, de l’homosexualité et de la tendance suicidaire chez l’adolescent pour parfaire l’édification de ce meilleur des mondes dont on peut voir un début de réalisation à Vevey, petite ville proprette sise au bord d’un lac aux couleurs chatoyantes.

Les commentaires sont fermés.