13/09/2009

Grosse fatigue

Par Pierre Béguin

 tintincongo[1].jpg

Oui, grosse fatigue face à la quantité de sottises quotidiennes qu’il nous faut affronter. Comme par exemple, la semaine dernière, cette énième plainte contre Hergé et son Tintin au Congo pour atteinte à la dignité du peuple africain. A ce rythme, Hergé n’en a pas fini. A quand une plainte des Japonais pour avoir été présentés comme des fourbes cruels? A quand une plainte des Américains décrits comme des affairistes sans scrupules? A quand une plainte des Juifs…ah non! ça c’est déjà fait… Alors des latino-américains limités à des bandes de révolutionnaires sanguinaires et avinés? Des Grecs réduits au profil disgracieux de méchants armateurs? Et puis, tant qu’à faire, allons-y: pourquoi pas une plainte d’un soviet nostalgique malmené au point qu’Hergé lui-même ne souhaitait pas la réédition de Tintin au pays des soviets? D’un vieux nazi (ou d’un néo nazi) parce que notre auteur a osé dessiner un avion Heinkel, avec tous les sous-entendus que cela comporte, dans Le Sceptre d’Ottokar? Du chef des FARC, atteint dans sa dignité de mâle et de révolutionnaire, au motif qu’on pourrait l’identifier sous les traits d’Alcazar terrorisé par bobonne dans Tintin et les Picaros? Et pourquoi pas aussi du lobby des assureurs – particulièrement puissant en Suisse – présentés systématiquement dans Tintin sous les traits d’un beauf’ sangsue et emmerdeur? Des enfants arabes (espérons que cela ne donne pas des idées à qui vous savez) réduits au rôle d’enfants gâtés malpolis, insupportables et au-dessus des lois domestiques? Des féministes au motif que les femmes sont pratiquement absentes de l’œuvre d’Hergé, et très négativement présentées lors de leurs rares apparitions? (Il est d’ailleurs étonnant qu’une telle plainte, à ma connaissance du moins, n’ait pas été déposée – j’en connais que cela a dû furieusement démanger). Et j’en passe. A part le yéti, qui ne devrait pas s’offusquer de son portrait plutôt flatteur, je ne vois au fond que des motifs de plaintes. Et que des raisons de retirer tous les livres de Tintin des rayons de librairie. Et bien d’autres bandes dessinées encore qui, au même titre que Tintin au Congo, (Spirou par exemple) caricaturaient les Africains sous les traits réducteurs d’affreux sorciers ou de gentils naïfs et soumis «y a bon missié blanc». Et dans la même logique, de retirer d’un coup d’un seul toutes les caricatures, par essence politiquement incorrectes. (Et les films aussi par la même occasion: à quand une plainte contre Gone with the wind?)

Une bonne intention n’est pas à l’abri de la stupidité. Elle dessert alors la cause même qu’elle est censée soutenir. Bien entendu, il est des causes à la mode de chez nous. Sincères ou opportunistes, on ne peut empêcher certains de vouloir surfer sur leurs vagues. Rappelons tout de même à notre plaignant bien intentionné que la souffrance d’un peuple ne lui confère pas de facto un brevet de vertu et de moralité au nom duquel il fonderait ses exigences de justice, voire de dommages et intérêts. Que lorsqu’il s’agit d’écorner sa propre image, personne ne sert plus efficacement cet objectif que le principal intéressé. Et les pays africains n’échappent pas à cette règle…

Une fois n’est pas coutume, en guise de prolongement et de conclusion à ces propos, je renvoie le lecteur qui me fait l’honneur de me lire à un article intitulé Hergé antisémite? écrit par mes soins sur ce même blog il y a bientôt deux ans. Il suffit de cliquer ici

Commentaires

Cette campagne contre Hergé est une dérive mise sur pied par des gens connaissant les relations entre Hergé et Degrelle et les prétentions de ce dernier qui n’hésite pas à écrire qu’Hergé s’était inspiré de lui pour décrire Tintin.
Ces fabulations furent publiées dans le brûlot de Degrelle portant le titre de

Tintin, mon copain

Tintin mon copain (Editions du Pélican d'or, 1992) est un ouvrage de Léon Degrelle, paru après son décès, qui évoque de manière détaillée la vie et les influences d'Hergé. Il ne s'agit pas d'une BD mais d'une véritable encyclopédie de 231 pages avec des photos, de nombreuses reproductions de planches et écrits d'Hergé. Léon Degrelle y affirme, avoir inspiré le personnage de Tintin à Hergé .

En fait, cet ouvrage est surtout une auto-biographie apocryphe de Léon Degrelle.
Dans la notice du livre on peut lire le texte suivant : "Degrelle entreprend ici de démontrer que Tintin c'est lui ! Preuves à l'appui, il nous raconte quand et comment est né le jeune reporter intrépide, mais aussi le contexte culturel, social et politique de l'époque: la montée de Rex, la guerre, l'épuration (qui a touché également Hergé). Les versions censurées de Tintin (après la guerre) sont ici reproduites, ainsi que les nombreux clins d'oeil de Hergé à Léon Degrelle, plus de 400 illustrations et de nombreuses révélations". Il y a aussi de nombreuses reproductions des dessinateurs amis d'Hergé comme Jam qui sera sérieusement condamné à la libération.
Interdit de vente en Belgique et en France pour contrefaçon au droit d'auteur (après une plainte des ayant-droits, la Fondation Hergé), le livre a été imprimé à 1000 exemplaires dont 850 ont été saisis et brûlés. Il reste 150 exemplaires en circulation. Une grande partie se trouve chez des collectionneurs. De ce fait, l'ouvrage est devenu un objet de spéculation.

Écrit par : Hypolithe | 13/09/2009

Le yeti n'a rien à craindre, mais il faut dire que si Hergé avait montré constamment le même humanisme bon et profond que dans "Tintin au Tibet", le problème ne se poserait pas. Cela dit, personne n'est parfait. Il faut plutôt admirer la façon dont au cours de sa carrière, le coeur d'Hergé s'est élargi, je dirais.

Écrit par : rm | 13/09/2009

Le "coeur" d'Hergé s'est sans doute "élargi" après Tintin au Tibet, écrit après une psychanalyse jungienne consécutive à une très sévère dépression.

Mais son coeur a toujours été large. Même dans ses oeuvres anciennes, comme l'Oreille Cassée ou le Temple du Soleil, il prend la défense des colonisés contre le pouvoir colonisateur. Son oeil critique contre la néo-colonisation de l'Amérique du Sud est absolument novateur pour l'époque. Avec les Picaros, il affine cette vision critique, assimilant les guerilleros de gauche et de droite à la même engeance, dans un relativisme qui existait déjàà dans l'Oreille cassée, où Alcazar et Tapioca, c'était bonnet blanc et blanc bonnet.

Du grand art. Et Tintin au Congo, finalement, c'est l'Afrique, qu'il décrit avec une oeil qui n'autait pas changé sans doute aujourd'hui : l'Afrique, c'est l'Afrique, avec des Africains qui possèdent une culture propre, que l'on ne peut réduire avec nos yeux, qu'ils soient coloniaux du temps d'Hergé, ou baba aujourd'hui, répétant les mêmes manques dans la compréhension, ethnocentriques à souhait. Hergé dans Tintin au Congo est moins colonisateur que certains tiers-mondialistes d'aujourd'hui, ignorant la dimension charnelle de l'Afrique, rétive à toute occidentalisation, qu'elle soit coloniale ou BcBG Verts Baba cool.

Écrit par : j.nizard | 13/09/2009

Hergé avait certainement en lui les germes de l'humanisme dès l'origine, mais on ne peut quand même pas nier qu'il était sous l'influence intellectuelle d'un camp idéologique défini, au début de sa carrière. Or, l'humanisme, je pense, dépasse les clivages. D'ailleurs, tout cela, lui-même l'a admis.

Écrit par : rm | 14/09/2009

Qui peut dire qu'il ne changera pas , au cours de sa vie ? nous nous formons et nous changeons chaque jour ...c'est de nos erreurs que naît l'expérience!
Faut-il pour cela stigmatiser une personne quelle qu'elle soit, et par là même l'empêcher de progresser ?
Imaginez : Un HERGE que l'on aurait dissuadé d'écrire ?
Remettons les choses dans leur contexte et leur époque et pointons les progrès faits depuis ...
La censure trop sévère ne sert souvent qu'à envenimer les choses...à moins qu'on ne veuille faire détruire tous les "Tintin" , les raréfier ?(j'entends les anciens Tintin)
Il y aurait bien quelques collectionneurs pour s'en féliciter !

Écrit par : Anynome | 24/09/2009

je n'ai pas changé d'avis sur ce que j'avais écrit ...
Laissez-nous Tintin ! un peu de bon sens !

Écrit par : Zizany | 24/09/2009

Les commentaires sont fermés.