27/09/2009

M comme Maudit

 

Par Pierre Béguin

 

Tout le monde sait que l’appellation «poètes maudits» vient de la brève étude de Paul Verlaine publiée en 1884. On sait moins en revanche que cette étude regroupe cinq poètes classés dans un ordre apparemment alphabétique: Tristan Corbière, Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Marceline Desbordes-Valmore et Philippe Auguste Villiers de l’Isle-Adam. Le plus maudit de tous est aussi – et il y a là une certaine logique – le moins connu, hors sa Bretagne natale du moins. Tristan Corbière, fils tardif d’Edouard Corbière célèbre comme écrivain, journaliste, publiciste et homme d’affaire, ne vit pas seulement sa brève existence dans l’ombre et l’indifférence de son père, il accumule les revers du sort dès sa naissance: santé pour le moins fragile, probable surdité et laideur repoussante. Il est vrai qu’à cette époque tout spécialement, les poètes avaient l’art de cultiver leur malédiction. Mais il en est un plus maudit encore que Tristan Corbière. D’abord parce qu’il n’a même pas eu l’ultime chance de figurer dans l’étude de Verlaine, ce qui aurait pu le sortir de l’oubli comme ce fmoreau_OK[1].jpgut le cas pour Rimbaud. Ensuite, parce que, durant les 28 misérables années de son existence, il connut tous les déboires, toutes les humiliations, toutes les détresses. Les hommes qui se croient forts lui ont jeté toutes les pierres (incapable, instable, illuminé, dévoyé, paresseux), les critiques (à part peut-être Sainte-Beuve) les regards de commisération les plus amers, les plus injustes, les plus partiaux. Hégésippe Moreau est né en 1810, pauvre et presque sans nom. On le retrouve plus tard inscrit à la mairie du Xe arrondissement parisien sous le nom de Pierre-Jacques Roulliot (Hégésippe est un pseudonyme pris à vingt ans, Moreau – avec un M comme Maudit – le nom du «mari de sa mère»). Probablement ne fut-il pas reconnu par son père qui mourut en 1814. Sa mère, pauvre domestique, le suivit 9 ans plus tard, laissant Hégésippe orphelin à 13 ans. Il est envoyé au petit séminaire de Meaux: «Je grandis, captif, parmi ces écoliers / Noirs frelons que Montrouge essaime par milliers… / Je suais à trainer les plis du noir manteau / Le camail me brûlait comme un san-benito; /Regrettant mon enfance et ma libre misère…». Comme tous les poètes maudits, Hégésippe Moreau sait particulièrement bien cultiver la malédiction. Car les sourires du destin ne lui manquèrent pas, à commencer par ceux de Mme Favier qui lui paya le séminaire et lui ouvrit grand son cœur et sa maison pendant les vacances, puis ceux de Louise Lebeau, jeune fille charmante tout droit sortie d’une chanson de Brassens  et dont le cœur tendre ne battit que pour lui jusqu’à sa mort: «Mon cœur, ivre à seize ans de volupté céleste / S’emplit d’un chaste amour dont le parfum lui reste / J’ai rêvé le bonheur, mais le rêve fut court». Très court. Auprès de son arbre, il aurait pu vivre heureux. Grisé par sa toute petite gloire naissante – Charles X et Lafayette s’intéressent même à lui – comme tant d’autres, et pour son malheur, il croit Paris seule à la mesure de son talent. Grisé encore par la révolution de 1830 et les vers de Béranger, Hégésippe, fou de jeunesse ardente, d’idéaux, de poésie, chante la liberté, le peuple. Mais le pain et le travail manquent. Commence alors la bohème noire, la misère cruelle et la santé qui décline. Il sent pour la première fois le dégoût de la vie et de soi-même, ses poésies deviennent brutales, haineuses, il rêve de suicide et connaît l’hôpital. Epuisé par les veilles et la famine, il quitte Paris pour Provins et crée Diogène, une revue littéraire de 16 pages dont la parution irrégulière connut pourtant un succès inattendu. C’est l’ultime chance de Moreau qu’il va gâcher, comme il se doit, avec art et talent. Il se venge de la suspicion gouvernementale entourant sa revue, raille procureur et magistrats, maire et adjoints et chante les journées révolutionnaires de 1832: «Je veux des ennemis que je puisse, en chemin / Ecarter d’un soufflet sans me salir la main, / Venez gens de pouvoir, dans son nouveau refuge / Relancer et traquer l’insolent qui vous juge, / Comme un épouvantail, dressez-vous devant moi! / Je suis plus fort que vous, c’est pour vous qu’est l’effroi…» Au neuvième numéro, Moreau, vaincu, épuisé, rebuté de chacun, abandonne. Il retourne à Paris, seul, chassé de partout, incompris, humilié, traînant de bouge en bouge, dormant «à la Grande-Ourse» et mangeant à la table du hasard, pleurant ses souffrances et appelant de ses vœux une mort qui ne daignera lui répondre que 5 ans plus tard…

Si Verlaine et tous les autres ont oublié Hégésippe Moreau, Georges Brassens, lui, ne s’y est pas trompé. Il mit en musique un de ses poèmes Sur la mort d’une cousine de sept ans. Mais, ultime malédiction, il n’interpréta ni n’enregistra cette chanson qui resta donc inconnue (elle fut, je crois, enregistrée par Les Compagnons de la chanson). J’ai cherché sur internet Le Myosotis, son recueil de poèmes au titre révélateur, évidemment introuvable en librairie et en bibliothèque. Deux exemplaires d’occasion étaient encore disponibles (édition de 1870 avec préface de Sainte-Beuve). J’en ai commandé un que je vais partiellement photocopier. Dans le langage des fleurs, le myosotis est surnommé «Ne m’oubliez pas», un sens populaire sur lequel Georges Brassens – encore lui – avait joué dans sa chanson très controversée Les deux Oncles (la seule chanson de son répertoire que certains de ses admirateurs, et même de ses amis proches, comme Pierre Louki par exemple, détestaient ouvertement): «Quand vous rencontrerez mes deux oncles, là-bas,/ Offrez-leur de ma part ces «Ne m’oubliez pas»,/ Ces deux myosotis fleuris dans mon jardin;/ Un p’tit forget me not pour mon oncle Martin,/ Un p’tit vergiss mein nicht pour mon oncle Gaston,/ Pauvre ami des Tommi’s, pauvre ami des Teutons…» Il aurait certes mieux valu cueillir Le Myosotis d’Hégésippe du vivant de son auteur. Puisque ce ne fut pas le cas, puisque, malgré l’injonction du myosotis, Hégésippe fut oublié, modestement j’offre à mon tour à notre poète maudit ce petit «ne m’oubliez pas» que tous les autres, Verlaine en tête, lui ont a refusé. Et cette année scolaire, en prime, quelques dizaines de potaches du Collège Calvin étudieront des poèmes de Moreau. Comme dit Alain Souchon, c’est déjà ça

 

Commentaires

Très beau. Merci.

Écrit par : Mère | 27/09/2009

La postérité semble soumise presque aux mêmes lois que la célébrité aujourd'hui: le hasard et les réseaux (qui connaîtraît Mallarmé s'il n'y avait eu Valéry, qui connaîtraît Rimbaud si Verlaine ne l'avait pas prôné?)

Écrit par : ab | 27/09/2009

C'est très intéressant, et d'Hégésippe Moreau, fut proche le poète savoyard Jean-Pierre Veyrat, qui, à Paris, l'accompagna dans ses années de misère, puis revint en Savoie, y connut une brève gloire énorme, avant de mourir lui aussi dans la solitude et l'abandon, malgré son revirement politique et son retour dans le giron du catholicisme et comme fidèle sujet du roi de Sardaigne. Sainte-Beuve a fait son éloge, Lamartine aussi.

Mais vous faites une erreur d'appréciation, je pense, Pierre Béguin: les poètes maudits dont parle Verlaine sont pour lui des contemporains, et ne sont pas de la même génération qu'Hégésippe Moreau. Je ne pense pas que Verlaine ait voulu parler des poètes maudits depuis l'aube des temps. Vigny, dans "Stello", avait déjà parlé de certains poètes maudits du XVIIIe siècle, tel Gilbert. Chaque époque a en réalité ses poètes maudits. Peut-être qu'ils sont plus nombreux dans un temps dominé par le positivisme et l'industrialisation, la machinerie, mais on trouve toujours des poètes, même dans des époques plus "spiritualistes", qui sont en marge, parce qu'ils dévient du courant principal. Actuellement, Bonnefoy ne peut pas être dit un poète maudit, mais par exemple, Robert Marteau est un peu maudit. Même Haldas est volontiers rejeté par les intellectuels de Paris.

Écrit par : rm | 27/09/2009

Désolé rm mais je ne souscris pas vraiment à votre postulat: Marceline Desbordes-Valmore est née en 1786, 24 ans avant Hégésippe Moreau, soit une pleine génération d'écart. Et elle est morte quand Verlaine combattait ses premiers boutons d'acnée. Ce qui nuance fortement vos propos. Merci tout de même de vos commentaires.

Écrit par : Pierre Béguin | 27/09/2009

Peut-être que Verlaine ne voulait pas parler de poètes dont avait parlé Sainte-Beuve. Mais je devrais vérifier que ce ne fut pas le cas de Marceline. La génération de Moreau a quand même eu d'autres poètes maudits, outre Veyrat: Pétrus Borel, qui était athée, et A. Bertrand, qui fut loué par Baudelaire et Mallarmé. Est-ce que Verlaine ne voulait pas faire oeuvre de découvreur? Hégésippe Moreau est très lié à la vie parisienne (mais pas parisienne au sens aristocratique), et il est abondamment cité dans le guide du Paris mystérieux: il est connu localement, pour ainsi dire. On trouve parfois ses vers dans des manuels.

Écrit par : rm | 28/09/2009

Il est difficile de justifier le choix de Verlaine. Pour Mallarmé et Rimbaud, on comprend. Pour Villiers, considéré par le clan mallarméen comme l’emblème du génie maudit, on imagine qu’il était incontournable dans une telle étude. Mais les deux autres… Et pourquoi pas, en effet, Aloysus Bertrand ou Henry Murger, etc.
En revanche, vous avez raison de souligner que chaque siècle accouche de son lot de poètes maudits. On ne doit à Verlaine que l’appellation AOC. Au 18e siècle, la figure la plus emblématique reste Jacques Clinchamps de Malfilâtre (1732 – 1767), pauvre et pratiquement aveugle de naissance, et mort à 34 ans dans des souffrances aggravées par des opérations cruelles autant qu’inutiles. Villiers de l’Isle-Adam ne manque d’ailleurs pas d’établir la filiation entre Malfilâtre et lui, et par extension les poètes maudits du 19e siècle, en détournant son nom dans le sens du positivisme bourgeois qu’il haïssait dans le titre de la première nouvelles des Contes cruels: Les Demoiselles de Bienfilâtre.
Bien à vous.

Écrit par : Pierre Béguin | 28/09/2009

Les commentaires sont fermés.