02/10/2009

Tard pour bar: édifiant et lamentable

Par Alain Bagnoud

tsr_tard-pour-bar_logo.jpgTard pour Bar. Programme culturel de la TSR. 24 septembre (voir ici).

Il faut voir l'émission. Elle est édifiante. Le spectacle lamentable qu'y donne un animateur arrogant, inculte et paresseux démontre à ceux qui en douteraient encore que la télévision n'est pas compatible avec la littérature.

Un éditeur romand y est censé présenter sa rentrée littéraire. Mais de rentrée littéraire, il n'est pas question. L'animateur, Michel Zendali, embraye sur les journaux intimes. Il se trouve que Michel Moret, l'éditeur, en a sorti trois cette année, le sien, celui de Gérard Delaloye et celui de Raphaël Aubert.

L'animateur passe vite sur les deux premiers, qui tournent l'un autour de l'activité d'éditeur, l'autre autour de la littérature. C'est le dernier qui va faire l'essentiel de l'émission.

Il apparaît que Zendali ne l'a pas aimé, l'a trouvé narcissique et satisfait. Les attaques fusent. Qui est-ce que ça intéresse? Combien l'éditeur a-t-il touché de subvention pour publier ça? Zendali coupe la parole, cite des passages. Puis, finalement, il avoue qu'il n'a pas lu le livre!

A posteriori, tout est clair. Faute de faire son travail, M. Zendali connaît ses clichés. La littérature romande, lui a-t-on dit, est nombrilique, narcissique. Alors, pour préparer son émission, M. Zendali a feuilleté un peu quelques bouquins jusqu'à ce qu'il soit tombé sur un ou deux passages qui ont conforté ses poncifs.

Quant à la rentrée littéraire annoncée...

- Je vais arrêter de vous étriller, maintenant, je vais vous laisser juste une minute pour dire parmi les livres que vous avez sortis, il y en a beaucoup... Dites votre coup de cœur. Un coup de cœur que vous voulez absolument défendre.

- Eh bien, j'en ai deux.

Le grand inquisiteur:

- Je vous donne qu'un!

De quoi dresser un large panorama, non?

Commentaires

Zendali n'est pas inculte du tout. Il a lu pas mal de choses mais peut-être pas les livres dont il parle ici. C'est une erreur sans doute.

Mais il se heurte à la volonté (monomaniaque à la TV) de faire vif, dynamique, plaisant; alors il est un peu agressif, coupe la parole et cela donne ce lamentable (je suis d'accord avec ce mot) entretien.

Moret, pataud, ne parvient pas à entrer dans le rythme, s'enterre dans les lieux communs sur la Suisse, et Zendali l'étrille. Il lui fallait poser le statut littéraire du journal comme genre et non pas le poser comme un antidote à un prétendu matérialisme helvétique. Ce qui est un lancinant préjugé de gauche.

Au-delà de cette émission que je ne regarde jamais, la question de la littérature et la télévision reste entière, et tu as raison, Alain (même si tu es ici un peu juge et partie puisque tu édites à l'Aire) d'en soulever le problème.

Sache que nous sommes nombreux à l'avoir fait déjà... J'ai déjà rencontré à ce propos les responsables des programmes.

Résultat ? Nul.

Écrit par : Jean Romain | 02/10/2009

Zendali reste ce qu'il est : un animateur de débat. Il ne lit qu'un livre par année - et encore pas jusqu'au bout. Mais il essaie de faire de Tard pour Bar une sorte d'Infrarouge culturel. Pourquoi pas? Il n'empêche que la littérature (objet d'un mépris souverain sur la TSR) n'en sort pas grandie! Ceux qui aiment les livres regardent La Grande Librairie le jeudi sur France 5. L'animateur, François Busnel, est jeune, brillant, drôle, il a lu tous les livres et surtout son plaisir de recevoir des auteurs se voit à chaque instant. Tandis que sur le visage de Zendali, on lit plutôt la rage, la jalousie, le rictus d'un clown triste, la grimace d'un homme désabusé...

Écrit par : jmo | 02/10/2009

Tard pour bar ou tare pour barre ?
J'avais regardé la première émission de la série. Contrairement aux auteurs des commentaires ci-dessus je ne fais pas partie du monde du livre, je ne suis qu'une lectrice, assidue et dévoreuse de livres. Pour en revenir à cette première émission, le générique déjà m'a très fortement déplu. Quant à l'émission elle-même, je me souviens que la caméra s'attardait plus souvent sur l'animateur que sur l'invité et surtout nous montrait tout un bataillon de jeunes femmes qui servaient de décor. Etait-ce pour combler le vide intellectuel de l'émission ? Je n'ai pas eu la patience de regarder très longtemps cette montagne de lieux communs et de suffisance, j'ai zappé et plus jamais je n'ai regardé cette émission.

Écrit par : gamine | 02/10/2009

Tard pour Bar représente exactement l'image que la TSR se fait de la culture (et accessoirement de la littérature) : un grand bazar où on peut dire tout et n'importe quoi, qui mélange tout, les gens, les idées, les hommes, les femmes, les animaux, et où celui qui parle le plus fort a toujours raison. L'animateur goguenard compte les points de ce match de boxe lamentable. C'est bien suisse. C'est même une Idée Suisse. Et nous payons une redevance pour un service qui n'est même pas public et qui ne fait pas son boulot! Mais rassurez-vous : les gens de la TSR sont très contents de Tard pour Bar!

Écrit par : fédor | 02/10/2009

Bonjour Alain, salut les Blogres,

La question de fond, me semble-t-il, est de savoir pourquoi la TSR n'a jamais réussi à mettre sur pied une émission culturelle qui tienne la route, alors que l'offre en Suisse romande - toutes disciplines confondues - est considérable.
Zendali, Massimo Lorenzi, Florence Heinigger, tous se sont cassés les dents sur des concepts successifs aussi bancals que rédhibitoires... Pourquoi donc?

PS: Toujours heureux de vous lire, même si je ne me manifeste pas!

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 02/10/2009

@ fedor
Les mauvaises langues parlent même de "SuisseIdée"...

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 02/10/2009

"Zendali, Massimo Lorenzi, Florence Heinigger, tous se sont cassés les dents sur des concepts successifs aussi bancals que rédhibitoires... Pourquoi donc?"

Pour Zendali et Heinigger, je crois qu'on retrouve un point commun: La branchitude rédibitoire.

L'émission de Zendali mélange la littérature avec les fantaisies électroniques de dj Ellen, c'est déjà une faute de goût.

Et comme son nom l'indique, l'émission n'est pas particulièrement destinée aux amateurs de littérature, mais plutôt aux bobos cosmopolites qui finissent leurs soirées... dans les bars...

Pour Lorenzi: Qu'a donc t'il à voir avec la culture?

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 02/10/2009

En 2004, Massimo Lorenzi a animé une émission culturelle qui n'a pas duré longtemps et qui n'a pas marqué les esprits, comme en atteste votre interrogation...

PS:"Qu'a donc t'il à voir avec la culture?" Ça je garde, c'est exceptionnel, déjà culte!

Écrit par : Olivier Chiacchiari | 02/10/2009

@Olivier Chiacchiari: Vous m'ôtez les mots du clavier!

Écrit par : Azrael | 02/10/2009

"En 2004, Massimo Lorenzi a animé une émission culturelle qui n'a pas duré longtemps et qui n'a pas marqué les esprits, comme en atteste votre interrogation..."

Celà je le sais, merci... C'était évidemment ironique...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 02/10/2009

Les émissions de télévision consacrées à la culture sont comme les pop-corns consommés dans les salles obscures devant un bon film. Elles irritent plus souvent qu'elles ne passionnent, elles souffrent de boulimie ou sont anémiques, se visionnent à des heures où seuls les artistes peuvent se le permettent, artistes qui s'en foutent d'ailleurs la plupart du temps. Il y avait une bonne émission culturelle. Elle s'appelait "le Cercle de Minuit" présentée par Laure Adler. Pour elle, je restais réveiller et devant mon poste plutôt qu'à glander dans un bar pour fêtards ou dans mon lit...

Écrit par : pachakmac | 02/10/2009

Tout à fait d'accord avec tout ce qui a déjà été dit précédemment, Zendali est nul de chez nul, toujours le doigt inquisiteur tendu, coupant sans cesse la parole, tout sauf classe ...J'ai regardé hier online la dernière émission pour voir comment ils ont "mal-traité" les sujets et je n'ai pas été déçue...et toujours avec ce stupide fond sonore sur les interviews, totalement incongru, que fait cette DJ dans cette émission...ils pensent peut-être que ça fait branchouille...Un jour c'était le pompon, il y avait Thierry Meury (Tard pour Bar, un nom rêvé pour lui !) et un autre gnolu du même acabit qui fumaient comme des pompiers en descendant leur verre de blanc..un grand moment de vulgarité qui a signé définitivement le label d'incultitude de cette émission. Maintenant pour ce qui est de la littérature à la télévision, c'est tout à fait possible, mais il faut des cracs, des Pivot, des Adler, des Taddei (pour ce dernier c'est la culture toute entière) pour élargir l'horizon etc...et bon, Florence H on l'aimait ou on la détestait, mais j'ai quand même regretté la disparition de Faxculture, histoire de "rester en Suisse". La culture, à la TSR-Idée Suisse c'est le vide sidéral...on préfère les Scènes de Ménage :)

Écrit par : oniriq | 03/10/2009

Mais pourquoi pas des animateurs plus riches et plus compétents culturellement ? Zendali aurait dû commenter des matchs de foot, il en a indubitablement le niveau. Pourquoi ne pas aller les chercher là où ils sont : RSR2, Couleur 3 ...

Écrit par : Géo | 03/10/2009

  مواضيع مثيرة  
اخبار ساخنه وجرائم  
سيارات 
صدام حسين  
بلوتوث 
منتديات 
العاب 
يوتيوب 
دليل 
النصر 
كاميرا الخفيه 
افلام كرتون 
تحميل 
اعلانات مواقع  
الحياه الزوجيه 
تصميم وديكور 
صور مجنونه
 تطبيقات 
كمبيوتر وبرامج 
نواعم

Écrit par : AAFDFFG | 04/10/2009

Ceux qui le veulent peuvent potcaster l'émission Forum de RSR La 1ère. Le triste Zendali y est mis à son tour sur le grill. Et il n'aime pas ça…

Écrit par : fédor | 05/10/2009

Eh bien moi je lui ai trouvé de la grandeur à Moret. Primo parce qu'il ne s'est pas démonté et a subi sans broncher l'invraisemblable démonstration vaniteuse prétentieuse et franchement vulgaire du peu professionnel Zendali. Tard pour Bar a définitivement perdu un téléspectateur. Deuxio, Moret a répondu à la question qui était censée lui faire perdre pied et patience, la fameuse question "subventions". Moret a répondu; 4 misérables millers de francs. Combien de minutes de tard pour bar fait-on avec 4'000.-?
Bref Zendali a beau se répandre sur les ondes (où il a cru élégant de rajouter que Moret avait été mauvais), je propose la création d'un prix Zendali qui récompensera chaque année le plus lamentable des animateurs médiatique de l'année. Le prix sera versé en nature, devant les caméras et consistera en une tonne de surplus agricoles de toutes natures. Lait, tomates, œufs, etc. Le jury 2009 est unanime pour déclaré Zendali premier lauréat de ce prix.
Et la meilleure des réponses sera bien de ne plus regarder tard pour bar, jusqu'à sa prochaine déprogrammation.

Écrit par : MGJ | 07/10/2009

La mode, qui commence d'ailleurs à passer, ayant été à l'impertinence à la télévision française, le grand modèle de la TSR, et le temps qu'il faut pour réussir une imitation étant de plusieurs années, nous avons encore droit chez nous à toutes ces interventions vulgaires, agressives et généralement hostiles à la qualité que nos journalistes pratiquent dans les débats et les face à face de toutes sortes.
Après la télévision, c'est la politique qui s'en inspire également. Les Français, grands amateurs de spectacles, n'ont jamais compris qu'il pouvait y avoir de la qualité dans un système politique qui ne les privilégie pas le sang à la une, et ont toujours jugé que les étrippements, les trahisons et les confessions coquines permettaient de juger de la qualité de la politique d'un pays, et je ne suis pas certain que nous en verrons un jour la fin.
Dans le domaine culturel (?) dont il est question, il faudra attendre que TF1 et autres chaînes à succès aient fait une véritable révolution pour que nous puissions à notre tour retrouver la qualité qui prévalait à l'époque des grandes enquêtes de Temps Présent. Pour le moment il ne semble y avoir que le goût pour l'agression qui émoustille certains spectateurs et ne coûte aucun effort supplémentaire aux journalistes, et l'argent pour racheter certaines grosses franchouillardises du genre des "Grosses têtes" et du "Plus grand cabaret du monde".
Que viendrait donc faire une véritable émission littéraire ou plus généralement culturelle dans tout cela?

Écrit par : Mère | 09/10/2009

"Un éditeur romand y est censé présenter sa rentrée littéraire".
Ah oui? Et qui a dit celà?

ls

Écrit par : Luca | 10/10/2009

""Un éditeur romand y est censé présenter sa rentrée littéraire".
Ah oui? Et qui a dit celà?"
Mais la TSR, Luca:
"...Immigré lui-même, Alvaro Bizzari a filmé, fictionné cette réalité. Son ?uvre d'amateur éclairé est désormais disponible en DVD.
Et, la rentrée littéraire de Michel Moret des éditions de l'Aire
Invités musique: Glam and rock! C'est les Josef of the Fountain....

(http://209.85.129.132/search?q=cache:SATzvi6NQk8J:www.tsr.ch/tsr/www.obsan.ch/f/index.html%3FsiteSect%3D370150+tard+pour+bar+moret+rentr%C3%A9e&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=ch&client=firefox-a)

Écrit par : ab | 15/10/2009

"Et, la rentrée littéraire de Michel Moret des éditions de l'Aire"
ce n'est pas: "Michel Moret présente sa rentrée littéraire"
La rentrée littéraire de Michel Moret. Dont les livres ont été montrés plutôt que passer sous-silence.
Vous n'aimez pas le bruit?

Écrit par : Luca | 16/10/2009

L’émission du 3 mars 2011 sur la politique en gros et c'est nul nul nul. le débat est inexistant, l’émission n'avance pas, le présentateur est ennuyant à mourir ne pose pas les bonnes questions et ne sait pas mener la conversation. Ca passe du coq à l’âne. Je ne veux pas être méchant mais on dirait que les mecs ne savent pourquoi ils sont invités, je vous jure le discours passe d'un sujet à l'autre à chaque phrase. effarant! Comment peut on diffuser une telle émission. et pour clore, la musique d'ambiance et répétitive, résonne et agace après 2 minutes.La télé et la presse suisse va mal est c'est bien la seule conclusion de l'émmision.

Écrit par : a | 03/03/2011

Je peux voir la plus grande venger de l'homme derrière son masque. Il est exactement le genre de personne à personne devrait défier. Il est en effet nervewracking.

Écrit par : The Vivienne | 03/06/2011

Je peux voir la plus grande venger de l'homme derrière son masque. Il est exactement le genre de personne à personne devrait défier. Il est en effet nervewracking.

Écrit par : Vivienne ARyolla | 03/06/2011

Les commentaires sont fermés.