02/12/2009

Un écrivain de l'au-delà a plagié Tomoto. De qui s'agit-il?

Par Tomoto

AngeGabriel_K376.jpg




Liquide âcre sous la langue impossible parler ouverture des yeux tout grands pour la voir trotter celle qui dans le rêve venait tout près en cas d’incendie dans le corps coeur couilles oui couilles vilain mot non pas tant que ça cerveau aussi qui bouillonne ou bouillonnait quand elle venait tout près visgage d’ange Fra Angelico dents écartées mèches blondes petite ride presque invisible à travers le front fuyant vers le ciel gris souris mais je voulais dire bouillonne à présent maintenant vient tout près avec des baisers sur le quoi sur le quoi de qui ce front bombé plein de rire sarcasmes admiration non pas du tout image usée ni cliché.



Un sang d’ailleurs apporte l’oxygène parois des poumons collées il nage tête pointée pieds recroquevillés pousse et la peau se distend eau chaude qui baigne ses joues à défaut de vent ou de brise quand elle ou il souffle sur la digue là-bas les cheveux se soulèvent trop belle pour toi dont la tête dans la marée narines pleines de sel bruit vacarme de carrefour new-yorkais oreilles pleines de ce vacarme et confusion dans le ventre le tien cette fois tuyau large et solide plein de sang et arômes senteurs et parfums cellules transportant vers la vie qui est besoin de vivre nécessité hasard le large t’appelle sortie de prison aux barreaux d’ossements crâne et orbites tibia et malléoles se croisant dans le mouvement de vélocipédiste ahanant soufflant devant lui un double brouillard conique et blanc mouvement qui provoquera ta sortie dans le monde sous un ciel bas et menaçant toi solitaire et nu sans défense ni ressources avec pour seule arme ce souffle qui en jaillissant du cri de tes entrailles fait les cordes vibrer dans la gorge du pourceau violet face crispée grimaçante de mucus.

 

 

Les commentaires sont fermés.