09/02/2010

Génie comique

Par Monsieur Antonin

Céline.jpg




“Normance” s’étant très mal vendu, Gallimard demanda à Céline de rompre le silence, de jouer le jeu, de faire reconnaître son génie en expliquant sa démarche par écrit. Ce que fera un Céline jubileur, au sommet de sa forme, dans un de ses textes les plus hilarants. C’est le cri de joie du sarcasme. Il y met en scène un auteur en quête d’un interviouweur. Comme l’État-Major de Gaston est overbooké, il se rabat sur un quidam sournois méfiant qui lui donne rendez-vous dans un square. On dirait du Beckett.
Le prof chargé de poser des questions est mutique. Or l’agrégé à lunettes a un manuce en lecture chez Gallimard, un petit Goncourt qui marine, un ”pensum proustique ou antiraciste”. Le lui rappeler va le stimuler. Cette fois, on ne parlera pas de politique, on ne parlera que d’art, c’est-à-dire de style. L’auteur, pressé par son éditeur de rompre le silence, se présente comme l’inventeur d’un petit truc: capter les ondes émotives à travers le souvenir du langage parlé.
Il trouve son interviouweur tellement mou qu’il le traite de tous les noms. En vérité, ce n’est pas un agrégé, c’est un colonel que Paulhan lui a envoyé. Bientôt, le Colonel Réséda ne mâchera plus ses mots: ”Vous êtes qu’un vieillard scléreux, rabâcheur, aigri, prétentieux, fini! Le pire Tartuffe des Lettres françaises!” Il devient nerveux, il a le sentiment d’être surveillé. Il veut s’en aller. L’autre le retient, lui dit sa haine des bourgeois jouisseurs qui ne font jamais leur vaisselle. Le colonel se tortille, se trifouille la braguette. Il est un peu prostatique. L’urine lui dégouline des cuisses. Les passants se posent des questions.
L’auteur convoque alors la célèbre image du métro émotif pour expliquer comment il travaille. C’est dans le gouffre sale et puant du métro, “le grand avaloir des fatigués”, qu’il embarque tout son monde, pour foncer directement au but, en plein système nerveux, grâce à ses rails profilés. Réséda patauge dans sa pisse. “Les rails qu’ont l’air droit le sont pas du tout. Ils ne sont droits que dans l’émotion”.
Pour mieux définir son style, l’auteur convoque une seconde image, celle du bâton qu’il faut courber ou casser avant de le plonger dans l’eau pour qu’il paraisse droit. Le colonel se met à délirer. “C’est un assassin. Il a dévissé tous les rails. Au secours!” L’auteur appelle un taxi pour conduire le colonel chez Gaston. On achète des roses pour les offrir au célèbre éditeur. Les flics surveillent le manège de nos deux énergumènes. Dans un bar, Réséda avale d’un trait le kirsch d’un client, un blanc gommé, un grand cognac. Ça tangue dur. L’auteur préfère rentrer chez lui pour fignoler l’interviouwe. Il ne fait pas confiance à ce charogne interviouweur, à ce cabotin biaiseux, à “ce sale ourdisseur faux cochon”.
Ce qui frappe à la lecture des “Entretiens avec le Professeur Y”, c’est le choix que fit Céline. Pour emporter l’adhésion du lecteur, il aurait pu opter pour le registre sérieux grave byzantin, couper en quatre les plus ténus cheveux. Pas du tout. Il choisit la dérision, la farce, le théâtre, le cirque. J’ai dit qu’on se croyait dans un roman ou une pièce de Beckett. J’aurais pu ajouter: dans un film de Buster Keaton. Le puissant génie comique de Céline explique en partie l’intense plaisir qu’on ressent en lisant ce texte.

Les commentaires sont fermés.