11/05/2010

"genre!"


PAR ANTONIN MOERI

 

 

 

1047582-gf.jpg

 

 

 

Vous avez tous constaté, en ce début de XXIe siècle, une prolifération dans le discours de termes, expressions, mots tronqués, anglicismes et barbarismes qui confèrent à la langue française (langue dite de la clarté) une étrange opacité. Ainsi l’autre jour étais-je assis dans le train Genève-Lausanne, à côté et en face de deux individus genre djeuns. L’un avait un beau visage blanc dont les traits fins étaient ombrés par une barbe de trois jours. Ses yeux bleus roulaient dans leur orbite avec une sidérante rapidité. Le djeun se tortillait gracieusement sur son siège pour accompagner le rythme de ses phrases. Il prêtait une oreille attentive aux propos de son vis-à-vis qui fréquentait dans le secteur une école d’art et qui donnait à ses considérations un ton légèrement plaintif: manque de fric, absence de lieux conviviaux genre bar à poudre abordable, égoïsme des huiles du temple de l’art.

Tendant une oreille distraite, je fus surpris d’entendre dans leur bouche des rafales de juste pas possible, énorme, la totale et autres y a pas photo. Me suis adonné à un petit jeu: compter les occurrences du mot genre: soirée genre barbecue, article genre trois cents pages, copine genre gonzesse ou même le mot «genre» tout seul dont la signification m’échappait totalement. Entre Genève et Lausanne, visage pâle articula vingt fois cette syllabe et son vis-à-vis vingt-huit. Cette accumulation ne provoqua un début de nausée ni chez l’un ni chez l’autre jeune homme. Me suis demandé si la prolifération de cette syllabe au sens nébuleux contribuait à enrichir la langue de Diderot.

C’est la lecture d’un magnifique petit livre signé Jean-Loup Chiflet qui a, une fois de plus, aiguisé mon attention sur quelques particularités du sabir contemporain. Nous avions pris l’habitude depuis quelques années, ma fille et moi, de noter dans un carnet à spirales les mots ou expressions que nous entendions à la plage, à l’hôtel, dans le tram, dans la rue et, surtout, devant la télé. Nous avions joyeusement noté booster, bisou, à plus, t’es où, y a pas photo, formater, limite et j’en passe. Tous ces «mots flous, vagues, creux et inutiles qui polluent, irritent, agacent notre langue au quotidien», on les retrouve chez J-C Chiflet qui les a répertoriés avec humour et commentés avec malice. C’est dans une collection dirigée par Philippe Delerm (oui, oui, le père du chanteur de variétés) que ce magnifique petit livre est paru en novembre 2009.

 

 

Jean-Loup Chiflet: 99 mots et expressions à foutre à la poubelle, Points 2009

Commentaires

Parmi les 99 m0ts, n'y aurait-il pas "djeun"? Parce que, sans les " " , on pourrait aussi le jeter à la poubelle! Où alors, à chacun ses mots flous!

Écrit par : Père Siffleur | 11/05/2010

faudrait que je vérifie mais j'ai donné le livre à une copine de toute façon c'est un mot horrible mais écrire c'est aussi se servir des mots en circulation

Écrit par : am | 11/05/2010

En toute honnetêté, Antonin je reconnais là votre sens du réalisme à la Maupassant; un poète, je pense, notera plutôt toutes les trouvailles heureuses qu'il entendra dans le peuple, car il y en a aussi, et il ne faudrait pas faire croire que s'écarter de la langue traditionnelle c'est forcément embrayer sur des laideurs qui se répètent à l'infini. "Il toqua à la porte", ça peut agacer le puriste, mais en fait, c'est assez parlant et poétique, et ça ressemble aux inventions anglaises ayant pour base les sons, reprises volontiers par les Français, dans "il se crasha sur le lampadaire", par exemple. Il ne faut pas confondre la vie culturelle et la culture officielle, qui bien souvent ne vit pas.

Écrit par : Rémi Mogenet | 11/05/2010

Début du XXIème siècle??? Chaque époque à ses nouveaux mots qu'utilisent les jeunes et qui énervent les vieux...certains mots perdurent d'autres sont oubliés. C'est le propre des vieux de croire que "c'était mieux avant". C'est bath alors ne flippez pas, éclatez vous dans une surboum et bonne bourre comme du temps de vos 20 piges!

Écrit par : Alceste | 11/05/2010

curieux propos de jeuniste, ces mots n'énervent pas ils surprennent quant à l'exhibition de la jouissance beurk il y a d'autres plaisirs comme par exemple contempler une cascade ou aimer le corps d'une femme au fond d'une alcôve, le mot bourre en dit long dans votre discours, cher Alceste

Écrit par : toni | 11/05/2010

Cher Monsieur,
J'ai lu avec amusement votre article, qui m'a fait penser à la parabole de la paille et de la poutre.
En effet, vous vous offusquez d'un cliché et nonobstant, vous alignez dans votre court récit un nombre élevé de ces expressions toutes faites qui, elles, n'ont pas l'avantage de la nouveauté, ce qui est la raison pour laquelle, peut-être, vous n'y êtes pas attentif. J'ai relevé au hasard quelques-unes de ces expressions:
rouler des yeux dans leur orbite
se tortiller sur son siège
prêter une oreille attentive
fréquenter une école
tendre une oreille distraite,
s'adonner à un jeu
aiguiser l'attention...
Une lecture attentive révèlerait sans doute bien d'autres encore de ces poncifs « creux et inutiles qui polluent, irritent, agacent notre langue au quotidien ».
Quant à l'utilisation du mot « genre » que vous critiquez avec superbe, il témoigne cependant de cette inventivité populaire qui fascinait tant des auteurs de qualité comme Raymond Queneau ou Louis-Ferdinand Céline, lequel les recueillait pieusement dans l'atelier du peintre Gen Paul afin d'en nourrir son œuvre.
Bien à vous,

Henri Lalanne

Écrit par : Henri Lalanne | 14/05/2010

Cher monsieur,

j'aime beaucoup votre commentaire et vous donne raison en ce qui concerne l'usage des expressions usées dans la blogosphère. Dans un texte de création, les automatismes de langage seraient à bannir, comme les évidences partagées. Ainsi me reprochez-vous l'usage de "se tortiller sur son siège". Pour ce que j'avais à dire sur le blog, cette expression m'a semblé le plus court chemin pour le dire. Prenons l'expression plus qu'usée "le soleil se lève". Elle est non seulement figée mais inadéquate puisque nous savons depuis des siècles que le soleil ne se lève pas. Or, pour dire l'apparition de l'astre à l'horizon j'eusse plutôt choisi cette expression sur le blog.

Il y a cependant un propos auquel je ne puis donner mon adhésion. Dans un raccourci, un peu hâtif me semble-t-il, vous rapprochez le nouveau charabia qui sévit du Québec à Nice, de Toulouse à Bruxelles en passant par Lausanne, de la langue-peuple que rêvèrent de créer Queneau et Céline. Le mot peuple désignait autre chose dans les années trente-quarante: la haine du bourgeois, des gens de pouvoir et des conventions poussaient ces auteurs à préférer l'argot, les ivresses langagières de l'artisan ou de l'ouvrier. Il s'agissait pour eux d'érotiser ainsi la langue officielle, standard. Mais à l'heure actuelle, pouvez-vous me dire ce que désignent les mots Peuple ou Populaire? Désignent-ils les supporters anglais au crâne rasé dans les stades, les bobos qui aiment les idées, les mots-mode et qui jubilent en prononçant l'expression Y a pas photo, les admirateurs de Zahia, les quadras à mallette qu'on croise dans les aéroports, les ados caressés dans le sens du poil par les journalistes et les profs? L'"inventivité populaire" dont vous parlez avec une certaine emphase, je me demande si elle caractérise le sabir contemporain qui est aussi bien celui des speakerines, des mamans branchées, des commentateurs sportifs, des DRH, des agents de publicité, des employés du CICR, des instits et des écoliers rebelles. Le sabir contemporain m'apparaît plus proche des langages recuits par la télé, la radio et les journaux que d'un hypothétique langage populaire.
Si Céline recueillait pieusement (comme vous le dites) certaines expressions dites populaires, il était conscient que la langue qu'il forgeait (ouille! expression figée) était un leurre. Vous semblez aimer la prose de Céline. C'est un amour que je partage.
Bonne semaine!

Écrit par : antonin | 16/05/2010

Les commentaires sont fermés.