14/09/2010

Événement éditorial

 

 

 

par antonin moeri

CARVER.jpg

 

 

Raymond Carver faisait paraître ses textes dans des revues littéraires. Lorsque l’éditeur Gordon Lish (qui fera de lui une star mondialement connue) lui propose de réunir en un volume un choix de ses nouvelles, il accepte. Mais quand il reçoit les épreuves, il est horrifié, désespéré. L’éditeur a non seulement corrigé des phrases et supprimé des paragraphes, mais il a parfois réduit le texte de plus de 50%. C’est la version originale (sans les coupes de Lish) des 17 nouvelles parues en français sous le titre «Parlez-moi d’amour» que l’éditeur Olivier Cohen décide de publier aujourd’hui sous le titre «Débutants» (titre qu’avait choisi R.Carver et auquel Lish avait préféré «What We Talk About When We Talk About Love», qui est une phrase prononcée par un des personnages de la nouvelle).

Comparons les deux versions de la première nouvelle «Si vous dansiez?» Dans la version de Lish, l’homme qui a mis ses meubles dans la rue est désigné par le syntagme «L’homme», alors que Carver avait écrit «Max». Carver précise que Max a bu tout l’après-midi, qu’il a écouté une chanson sur un juke-boxe. Lish supprime le paragraphe. Le garçon et la fille qui s’intéressent aux meubles posés dans la rue n’ont que 20 ans, précision que Lish supprime, ainsi que l’indication «Des oiseaux zigzaguaient dans le ciel à la poursuite d’insectes». Carver donne un nom à la fille: Carla. Un nom au garçon: Jack. Précisions que Lish trouve superflues. Quand Carla raconte à ses copines leur aventure, elle dit qu’elle a passé la nuit avec son copain dans le lit placé dans la rue, qu’elle a vu Max, dans le noir, dérouler une couverture sur le couple pour que celui-ci n’ait pas froid. Lish supprime ces propos de Carla.

Etait-ce pour éviter toute forme de sentimentalisme que l’éditeur prit l’initiative de caviarder ainsi le texte? Je l’ignore. Le fait que Max a bu tout l’après-midi avant de rencontrer nos deux tourtereaux permet de mieux comprendre pourquoi il les aborde avec tant de familiarité. En supprimant cette indication, Lish voulait-il rendre la chose plus inquiétante, plus abstraite? Peut-être. Il me semble que la version originale (celle qu’Olivier Cohen fait paraître ces jours en français) est plus troublante, plus bouleversante que la version de Lish. Mais on peut se poser la question: R.Carver aurait-il rencontré le même succès mondial sans ces coupures énergiques qu’il finira par accepter?

Raymond Carver: Débutants, Edition de l’Olivier, 2010

 

Commentaires

The greatest significance is the ongoing fighting, and only a clear understanding of their own position in order to create higher value. Marx once said: Only human beings can not understand their own progress section. In the history of mankind is small, only creating added value to the river of life in this Road. Changes in life that we can not foresee, and life so little hope. Everything on their own, the only way to survive. Hope is on the front.

Écrit par : louis vuitton ba | 14/09/2010

Tu poses une bonne question, Antonin. Avec les textes de Carver, Lish a fait son travail d'éditeur (ce que presque plus personne ne fait aujourd'hui). Il a coupé, élagué, condensé. Il a « lishé » le texte. Et je dois dire que ce texte m'a toujours impressionné par sa densité, précisément, sa saveur forte et unique. Et la version originale (que je n'ai pas lue) semblera peut-être diluée, évaporée… Mais c'est un vieux débat!

Écrit par : jmo | 14/09/2010

Je crois qu'il faut lire la version originale. Si Cohen a décidé de la publier, c'est que cela en valait la peine. Peut-être Lish n'y a-t-il pas été de main morte. C'est le sentiment que j'ai parfois en lisant cette version originale. Il y a des notations, des prénoms, des détails, des bonheurs d'écriture qui ont été caviardés pour faire de Carver ce soi-disant minimaliste qu'il n'est peut-être pas. L'empathie pour les persos est beaucoup plus évidente dans la version RC.

Écrit par : am | 15/09/2010

Les commentaires sont fermés.