07/11/2010

Imagine

Par Pierre Béguin

drapeauGE[1].jpgImagine un collège genevois.

Imagine un élève au profil perturbateur et agressif. C’est facile si tu essayes…

Imagine échec scolaire, absentéisme chronique, impertinence, réactions hyper agressives…

Imagine une réunion de crise entre la direction du collège et les parents de l’élève.

Imagine les conclusions de l’entrevue et les décisions prises.

Imagine que l’élève bénéficie au plus vite d’un soutien psychologique, d’un coach scolaire et d’un répétiteur.

Imagine qu’il lui soit accordé un temps supplémentaire, sur demande des parents, pour faire ses épreuves.

Imagine que cette demande devienne réglementaire dès formulation par le psychologue d’un diagnostic clair.

Imagine qu’en contre partie l’élève promette de ne plus diriger son agressivité contre des personnes, et qu’il se contente, en cas d’irruption de violence, de frapper le mur des WC, si possible.

Imagine que ce cas se multiplie. Imagine…

Tu y es? Voilà! Tu aurais une genevoiserie du DIP.

Eh bien imagine maintenant que tu es un professeur de ce collège. Imagine…

Tu pourrais dire que je suis un vieux réactionnaire …

On continue?

Imagine un cycle d’orientation.

Imagine des travaux nécessaires à son extension.

Imagine que lesdits travaux s’éternisent au désagrément de tout le monde depuis des années.

Imagine alors que le CTDI (ex travaux publics) demande à des entreprises de travailler le samedi.

Imagine que lesdits travaux, mal coordonnés comme de bien entendu, n’entrent pas dans la catégorie des exceptions qui permettent une dérogation officielle.

Imagine donc la maréchaussée déboulant le samedi pour interrompre les travaux et dresser des contraventions ad hoc.

Imagine nos képis envoyant logiquement les contraventions au maître d’œuvre, le CTDI.

Imagine maintenant une comptable du CTDI en charge des écritures d’enregistrement et de paiement des amendes.

Imagine à qui elle les paie. Imagine…

Là, tu aurais une genevoiserie du CTDI.

Tu pourrais dire que je suis un vieux grincheux …

Encore?

Imagine une banque cantonale genevoise.

Imagine le pire scandale avec copinage généralisé, association de malfaiteurs et tout le toutim.

Imagine que ledit scandale enrichisse quelques particuliers et qu’il coûte trois milliards à la collectivité.

Imagine une instruction qui s’éternise. Imagine un procès dont on sait d’avance qu’il aboutira à des non-lieux à profusion malgré les effets de manche du Procureur avant son élection….

Imagine le juge récusé peu après le début du procès. Oui, je sais, là ça devient très difficile à imaginer. Mais c’est possible si tu essayes…

Imagine les six derniers mois de procédure passer à la trappe. Imagine le procès suspendu, enlisé. Jusqu’à la prescription des faits. Jusqu’au ridicule…

Imagine maintenant un magistrat qui supprime indûment des amendes pendant ses mandats.

Imagine le montant des amendes à trois mille francs sur vingt ans.

Imagine un procès rapidement mené avec, au bout, la condamnation du magistrat.

Imagine… Tu y es? Là tu aurais non seulement une genevoiserie de la Justice mais carrément tout l’esprit de Genève.

Allez! Imagine maintenant les prochaines élections… Imagine… Ça va déjà mieux, non?

Tu pourrais dire que je suis un vieux populiste…

M ais je ne serais pas le seul… hélas!

Rassure-toi, tout cela n’est que délire de l’imagination. Tout le monde sait que dans notre chère République, ces choses-là ne peuvent se passer. Simple question de compétence. Même si le doute me tiraille un peu quand je pense au futur CEVA…

Alors je fais comme tout le monde, j’y pense et puis j’oublie…

 

Commentaires

Imagine une votation un 28 novembre
Imagine recevoir une brochure explicative
Imagine les mensonges qui s’y trouvent
Tu rigoles, pas chez nous !
Imagine un DIP plein de fric et de postes « bidons »
Imagine une hiérarchie surdimensionnée et inutile
Imagine un DIP qui se fout pourtant des élèves en difficulté (du moins au primaire)
Imagine un institut universitaire qui forme les futurs profs
Imagine les professeurs qui s’y trouvent et qui se creusent la tête 10 minutes avant leur cours en se demandant ce qu’ils vont bien pouvoir raconter
Imagine l’école genevoise dans 10 ans, tu y es…
Tu as quel âge Pierre… ?

Écrit par : Duval | 07/11/2010

Celui de la retraite anticipée... bientôt. Qu'en dis-tu?

Écrit par : Pierre Béguin | 07/11/2010

Ben moi, je n'ai pas trop d'efforts à faire pour imaginer tout cela.

Imagine une école qui fasse son travail,

Écrit par : Jean Romain | 07/11/2010

Qu'elle est douce et tellement appréciée! Vive le plend...

Écrit par : Duval | 07/11/2010

Les commentaires sont fermés.