16/08/2011

Le Misanthrope

Par Alain Bagnoud

Molière

Quand Molière jouait Alceste, le public riait. Grâce peut-être aux mimiques irrésistibles du grand comédien, qui roulait des yeux, bougeait ses sourcils noirs, hoquetait, etc.

Grâce aussi au ressort comique de la pièce qui est basé sur un oxymore. Le misanthrope amoureux. L'opposition violente entre cet homme que les simagrées mondaines révulsent, et cet amoureux qui est le jouet de Célimène, les deux dans un même personnage.

Pour amuser, il faut accentuer la contradiction. C’est ce qu’on a fait longtemps.

On riait encore en 1840, mais plus seulement. « Lorsqu'on vient d'en rire, on devrait en pleurer » écrit Musset après avoir assisté à une représentation.

De nos jours, plus aucun metteur en scène ne rend Alceste risible. Ce serait difficile. Il faudrait le rendre ridicule par des procédés de cirque. Ce n'est plus possible à cause de plusieurs raisons:

La vénération qu'on a pour Molière.

La beauté du texte et le respect qu'il entraîne.

L’évolution historique du personnage d'Alceste, plus particulièrement depuis que Jean-Jacques Rousseau en a parlé.

Une autre sensibilité globale. Le conflit entre la comédie amoureuse, la grimace, le rôle qui est demandé par la séduction d’une part, et le besoin de sincérité, la volonté de se présenter en entier et d'agir avec franchise d’autre part est devenu tragique.

 

Le Misanthrope sera joué du 30 septembre au 23 octobre à l'Espace Fusterie, mis en scène par Cyril Kaiser.

Commentaires

Je pense surtout, Antonin, qu'au XVIIe siècle, la bonne société était comprise comme contenant l'esprit de Dieu, et la misanthropie comme parfaitement ridicule, tandis qu'à l'époque romantique, l'individualisme était pris au sérieux. Un misanthrope qui ferait actuellement toujours rire, ce serait par exemple un individu qui croirait savoir tout mieux que les philosophes à la mode, estampillés d'Etat, on rirait de lui, à Paris. Mais Rousseau justement fut le premier à proclamer la possibilité pour l'individu seul d'être relié à la Divinité, et donc à la Vérité. Mais s'il se contente de tout critiquer autour de lui, sans rien dire de positif sur rien (contrairement même à ce qu'a fait Rousseau), peut-être reste-t-il risible, plus que tragique. Le tragique, c'est aussi le bourgeois philosophe qui doute de tout, mais n'a rien créé de nouveau. Personnellement, j'ai vu cette pièce à Paris avec une mise en scène d'un homme connu (mais j'ai oublié son nom), et quand Alceste défend la poésie populaire contre la poésie aristocratique, le public continuait à rire comme s'il défendait de la poésie bête. C'est ce que fera Rousseau, pourtant, de défendre les arts populaires. Mais qui le fait encore, à Paris, aujourd'hui?

Écrit par : RM | 16/08/2011

Les commentaires sont fermés.