06/03/2012

VOYAGER DANS SA CHAMBRE

 

 

Antonin Moeri

41462.jpg

 

 

 

Jacques Mercanton raconte dans un petit livre un voyage à travers le pays de Vaud qu’il fit en compagnie de Joyce. Celui-ci s’est étendu sur la banquette du train et, étant aveugle, il pria Mercanton de lui dire à haute voix les noms des villages qu’ils traversaient. La musique des syllabes des noms de villages dans la bouche de l’écrivain lausannois suffisaient largement à Joyce pour entreprendre son voyage à lui, sa traversée d’un pays de Vaud sans doute plus palpitante que celle du touriste armé d’un BlackBerry dernier cri, l’oeil rivé sur le moindre clocher, la moindre auberge et le moindre tas de fumier.

Nous vivons à une époque où le récit de voyage est encensé. Ne nous parlez surtout pas de la chambre où vous tournez en rond avec vos aigreurs et vos borborygmes, parlez-nous je vous prie du désert de Gobi que vous avez parcouru, des crépuscules à Tahiti, de la traversée de la Californie que vous avez faite à moto, des minarets étincelants du Yémen que vous avez photographiés ou des rites séculaires de telle peuplade amazonienne que vous avez observée de près. Ce goût pour les relations de voyage à l’autre bout du monde m’a toujours semblé suspect, c’est pourquoi j’ai dévoré avec une voracité joyeuse l’essai de Pierre Bayard «Comment parler des lieux où l’on n’a pas été?»

Un livre m’intriguait énormément dans la bibliothèque paternelle: «Moeurs et sexualité en Océanie» de Margaret Mead. Je l’ouvrais souvent, au lieu de faire mes gammes au piano, et contemplais les images de filles nues. Un détail retint mon attention: le capuchon qui entoure le pénis des garçons. Tout ça m’excitait vivement et les scènes décrites par l’anthropologue américaine ne pouvaient que refléter une réalité concrète. Or Pierre Bayard nous apprend que Margaret Mead n’a séjourné que dix jours sur l’Île Samoa, préférant la villa d’un ami pour rédiger son livre à partir de témoignages de jeunes Samoannes émoustillées à l’idée de contribuer à une réflexion sur la liberté sexuelle des habitants de cette île.

En se basant sur les témoignages de jeunes informatrices qui venaient quotidiennement lui rendre visite, Margaret Mead a décrit une «île intérieure» qui lui servirait à faire avancer la thèse culturaliste qu’elle défendait et qui faisait alors rêver les Occidentaux. D’autres exemples (Marco Polo en Chine, Philéas Fogg autour du monde, Edouard Glissant visitant l’île de Pâques où il n’est jamais allé, Chateaubriand en Grèce et en Amérique) viennent corroborer l’hypothèse qu’il est littérairement beaucoup plus intéressant de décrire un lieu où l’on n’est pas allé que de décrire ce lieu après l’avoir systématiquement visité, exploré, photographié. L’invention étant plus passionnante que le document, le voyageur casanier faisant de plus belles descriptions que le pro du voyage, la puissance de l’imagination étant plus convaincante que l’observation participante.

Mais inventer un pays imaginaire pour déployer sa propre fantaisie peut relever de la mythomanie, comme ce fut le cas de Jean-Claude Romand, cet homme qui fit croire à sa famille qu’il était médecin et qu’il se rendait aux quatre coins du monde pour assister à des séminaires et à des colloques. Cet homme a construit un univers parallèle qui n’avait rien à voir avec l’habitacle de sa voiture rangée sur une aire de stationnement et dans lequel il feuilletait des prospectus d’agences de voyages et des guides de pays où le pseudo-docteur devait se rendre. On sait ce qu’il advint de ce mythomane. Emmanuel Carrère l’a plusieurs fois rencontré en prison avant de rédiger L’Adversaire, roman dans lequel l’auteur signale des points communs entre sa propre vie et l’existence falsifiée du tueur.

Pierre Bayard aurait pu ajouter Proust à sa liste de voyageurs casaniers. Proust qui préférait de loin la rêverie autour d’une ville italienne à la visite effective de cette même ville. Ce n’est pas pour contester ce que racontent les écrivains que Bayard propose de lire leurs récits sous un autre éclairage, mais pour apprécier ces récits «avec toute la force poétique et heuristique qu’ils possèdent dans l’invention des mondes possibles». Dans cet essai remarquablement écrit et allègrement mené, Bayard nous rappelle l’importance de la description littéraire, description qui peut se révéler utile quand vous devrez prouver, par exemple, qu’au moment de l’infraction, vous vous trouviez dans un lieu autre que celui où elle a été commise.

Pierre Bayard: Comment parler des lieux où l’on n’a pas été? Minuit, 2012

 

Commentaires

Il arrive néanmoins que certains voyages montrent des choses réellement belles qui n'existent pas chez soi. Il faut être capable d'appréhender la qualité morale des lieux, sinon, cela ne vaut rien. Le temps qu'on passe dans un pays lointain n'est pas seul en jeu.

Quant à Marco Polo, j'ai lu son récit, et il apparaît seulement qu'il a mêlé ce qu'il a réellement vu avec ce qu'il a entendu dire dans les lieux où il est allé, et pour lui, c'était une seule et même chose, justement parce que les lieux avaient une nature avant psychique révélée par les récits qu'on y faisait. Idée impossible à saisir visiblement pour l'intellectuel occidental moyen, totalement immergé dans une conception matérialiste du monde. On prétend donc que Marco Polo n'est pas allé où il a dit, mais c'est aussi montrer qu'on n'a pas bien compris ce qu'il a écrit ni comment écrivaient les gens au XIIIe siècle.

Écrit par : Rémi Mogenet | 08/03/2012

Une nature avant TOUT psychique (erratum).

Écrit par : Rémi Mogenet | 08/03/2012

C'est ce qu'on appelle la vue d'ensemble que seuls certains écrivains peuvent avoir. Bayard explique magnifiquement ce lieu comme vous dites psychique, cette île intérieure, qui est plus passionnante que le document.

Écrit par : antonin Moeri | 08/03/2012

Oui... Mais ce qui fascine, c'est l'union des deux. Un monde purement psychique sans lien avec le monde naturel, c'est frustrant. Comme disait souvent Cingria, tout lieu recèle un secret. Si le secret n'émane que de soi, on donne l'impression fâcheuse qu'on fait de "l'autofiction", qu'on se contemple soi-même.

Écrit par : Rémi Mogenet | 08/03/2012

ah l'autofiction on en a plein le cul, c'est devenu une sorte de norme dans le milieu, comme si se contempler faisait du bien. pourtant Rembrandt se portraiturait, mais ça n'a rien à voir, il raconte autre chose avec ça.

Écrit par : anto | 08/03/2012

Les commentaires sont fermés.