27/09/2013

La première pierre de Pierre Jourde

 


Par Alain Bagnoud

Pierre Jourde, connu des lecteurs pour son œuvre littéraire et ses pamphlets (la Littérature sans estomac, Le Jourde et le Naulleau), a vu sa notoriété se répandre dans le grand public quand il a cassé la gueule à presque tout un hameau. C'était en 2004 et il ne faisait que se défendre.

Les faits : rentrant dans le petit village de vingt habitants d'où est originaire sa famille et auquel il pense appartenir, Jourde se fait agresser par des femmes hystériques et des voisins furieux, dont il se débarrasse grâce à sa connaissance de la boxe française.

Le drame vient ensuite : furieux, les assaillants renforcés par de nouveaux arrivés se mettent à le lapider, lui et sa famille, blessent son bébé d'une année, traitent ses autres enfants de sales Arabes (ses deux fils ont la peau noire) et finissent par porter plainte après qu'il a fui avec sa voiture défoncée.

Les journaux s'emparent de l'histoire. Le citadin contre les paysans, le professeur contre les incultes, le résident secondaire contre les natifs, le propriétaire contre les fermiers : l'histoire est vendeuse. En plus, au départ de la bagarre, il y a un livre de Jourde, Pays perdu, qui parle du village.

Jourde y évoque l'enterrement d'une jeune fille, rend hommage au pays et évoque ceux qui y gravitent. Il révèle également un secret de famille : son père était fils adultérin. Mais en passant, quelques histoires du village sont également racontées, que tout le monde connaît, croit-il.

Celles-ci rendent des villageois furieux, dans cet endroit où toutes les familles sont associées. Le livre entier leur semble une offense, même si tout était connu. On ne devait pas le dire. On ne devait pas pénétrer dans l'intimité des gens. On devait leur laisser croire que rien ne se savait. L'intimité, ce n'est pas ce qu'on cache aux autres, c'est ces renseignements sur nous dont les autres ne nous parlent pas et dont on peut cultiver la fiction qu'ils ignorent tout.

Pierre JourdeDix ans plus tard, dans La première pierre, un très bon livre de cette rentrée littéraire 2013, Jourde retrace avec une stupeur toujours blessée son retour, les faits, l'enchaînement de la violence, puis le procès qui a suivi, où ses agresseurs ont été condamnés. Jourde ne se donne pas le bon rôle – ni le mauvais : il cherche à comprendre quelle est la signification de cet épisode.

Il essaie d'analyser la suite de malentendus, dans une écriture évocatrice qui refuse les simplifications. Son exigence de vérité dissèque les clichés répandus après sa mésaventure (l'intellectuel contre les bouseux, l'écrivain contre les taiseux, etc.), veut dégager les faux-semblants l'un après l'autre, approcher du fond des choses, du secret. Le secret de famille et le secret tout court, qui hante la littérature, qui lui est intimement liée.

« La respiration de l'âme exige le repli du secret et le dépli du langage, à condition que ce dépli soit créateur.[...] Les perspectives qui s'ouvrent dans le dépli, ce caractère inépuisable du sens, c'est encore le secret, tel qu'il vit dans la parole. »

 

Pierre Jourde, La première Pierre, Gallimard, 2013.

24/09/2013

érotisme sympa

 

 

par antonin moeri

 

 

 

 

 

Une page entière pour décrire, et avec quelle précision, le protagoniste. «Ses bras, musclés et hâlés, saillent sous le tricot de fin coton». La nuque, les oreilles, les joues, les pommettes, la bouche, les lèvres sont minutieusement décrites. L’homme en question vend des glaces. Il est debout dans son bus servant à la vente des glaces. Il s’appelle Jérôme. Il est 14h.15. Une voiture, puis une seconde, puis une troisième viennent stopper près du bus. Jérôme bande. Il enduit son sexe de glace. Une femme blonde, puis une brune et une noiraude (une Indienne bien roulée) montent dans le bus. Aucun mot n’est prononcé. Le chemisier de l’Indienne tombe, puis la jupe de la blonde, enfin le soutien-gorge de la brune. Jérôme «songe à des sirènes, quand il attrape des poissons à mains nues, à leurs corps frétillants et glissants».

La brune avale le sexe de Jérôme. La blonde écrase des cerises surgelées sur les seins de sa copine. Jérôme place la brune sur ses genoux et l’enfile. «Les deux femmes lui bougent lentement les hanches, de haut en bas». La blonde tire sur le clitoris de la brune qui se sent défaillir. La blonde fourre un esquimau dans le cul de l’Indienne. Jérôme se retire de la brune pour s’engouffrer dans l’anus palpitant de la blonde. Et quand le trio jouit à l’unisson, «une centaine de cornets, expulsés de leur boîte, se répandent». Dehors, un passant se demande pourquoi le véhicule tangue. La fin de la nouvelle est admirable: «Une mouette se pose sur le bord du toit en acier. Elle penche la tête pour se bécoter sous une aile. Un brusque mouvement à l’intérieur du bus lui fait perdre l’équilibre. Elle s’envole, en quête de flaques d’eau».

Dans les écoles, les ateliers d’écriture et à l’université, les gens apprennent quelle fonction peut avoir une description. Pour camper son vendeur de glaces et faire croire à un vraisemblable de convention, Tobsha Learner n’hésite pas à accumuler des détails stéréotypés. Les bras sont forcément musclés, la nuque puissante, les épaules galbées, les sourcils fournis, les yeux vert océan, les lèvres pleines. La fossette du nez fait évidemment songer «à une autre beauté, plus prononcée, dans les régions inférieures». Le lecteur ne peut pas sauter cette description, purement physique, d’un individu connu dans son quartier pour offrir un service original. 

«J’ai le droit de faire cette expérience. C’est mon après-midi», se dit la femme aux cheveux bruns. Mais nous ne sommes pas dans un roman réaliste. Ni dans une nouvelle fantastique, puisque les lois humaines fondamentales ne sont pas transgressées. L’auteur s’amuse à transgresser une autre loi. Pour le plus grand plaisir des lectrices de Tobsha Learner, qui se régalent. Cependant, la transgression de cette autre loi ne constitue pas un écart, «une volonté de création extravagante». Cette transgression-là, mais peut-on encore parler de transgression à l’heure actuelle?, cette transgression-là s’épuise dans le soulagement auquel elle conduit. Elle ne conduit pas le lecteur avide d’inquiétude et de questions sans réponses à ce que Bataille appelait «les vertiges de l’inapaisement».

 

 

Tobsha Learner: Celle qui fut ligotée et oubliée, Albin Michel, 1998

22/09/2013

Lettre ouverte à Sandrine Salerno

Par Pierre Béguin

 

Madame la conseillère administrative,

Sur le site du Département des finances et du logement de la Ville de Genève dont vous avez la charge, on peut lire en ces termes votre profession de foi en matière de logements sociaux: «Je ne considère pas la crise du logement comme une fatalité. Mais il faut lui opposer une politique volontariste. L’adoption, sous mon impulsion, du règlement municipal sur les logements de la Gérance immobilière municipale (GIM) en 2009 répond à cette nécessité et permet non seulement à la Ville de Genève de renforcer sa politique en faveur du logement social mais également de mener une politique plus transparente, plus efficace et plus juste en matière d’attribution des logements».

«Politique volontariste et transparente», a priori on souscrit. Encore faut-il savoir, parfois, y mettre les formes. Le droit n’autorise pas l’irrespect, comme la nécessité d’atteindre l’objectif fixé ne légitime pas une formulation comminatoire et menaçante, peu adaptée à certains destinataires.

En ce sens, permettez-moi de vous conter la mésaventure de cette vénérable dame de 95 ans, au bénéfice depuis 40 ans d’un logement social, qui, après s’être vu imposer une augmentation de plus de 200 francs mensuels l’année dernière, est contrainte de constituer chaque année un véritable dossier pour justifier l’occupation de son logement (derniers reçus ou décisions mentionnant le montant de la rente de l’AVS / AI – derniers reçus ou décisions de la caisse de prévoyance professionnelle (LPP) – bouclement des comptes bancaires et/ou postaux au 31 décembre – avis de taxation délivré par l’Administration fiscale cantonale – justificatifs de tout autre revenu brut actuel – justificatif de votre assurance responsabilité civile (RC) attestant que vous êtes actuellement couvert-e-s pour les risques liés à l’objet cité en titre).

Pas facile de mener à bien toutes ces exigences administratives quand on a 95 ans, qu’on est une veuve de très longue haleine, qu’on défend son droit de s’assumer au mieux, que sa descendance est en vacances estivales bien méritées et qu’il vous est demandé de vous exécuter fissa dans les 15 jours (la lettre date du 10 juillet et le dossier devait être retourné «d’ici au 24 juillet»).

D’autant plus que le même dossier a déjà été constitué l’année dernière. Entre 94 et 95 ans, et après 40 ans de droit au logement social, quel événement aurait pu survenir dans la vie de cette dame qui eût radicalement remis en cause son statut. Un héritage de ses parents? Un mariage avec un milliardaire? Un gain à la loterie? Pas étonnant donc que notre vénérable dame laisse filer la date butoir. Or, le 31 juillet, soit 7 jours après le délai du 24 prescrit, lui parvient une nouvelle lettre au ton comminatoire avec, comme entête en caractères gras majuscules, les mots MISE EN DEMEURE et la menace claire d’une possible résiliation du bail au cas où le dossier ne serait pas retourné le 15 août au plus tard.

Nul besoin d’être un expert en communication ou en psychologie du 3e âge pour comprendre que, pour des personnes âgées, les mots «mise en demeure» et «résiliation de bail» sonnent comme un glas. Qu’elles n’ont plus la distance nécessaire pour mettre ces menaces en perspective. Et qu’elles n’ont plus la capacité de répondre à une telle demande dans des délais aussi brefs. Voilà donc notre vieille dame sous le choc. Elle ne dort plus, éprouve des difficultés respiratoires et développe un stress probablement à l’origine d’une violente irruption de zona qui nécessite l’intervention urgente de SOS Médecins et un suivi thérapeutique quotidien qui dure toujours au moment où j’écris ces lignes.

Vous professez «une politique plus efficace en matière d’attribution de logements». On ignorait que l’objectif pouvait être atteint par l’élimination des petits vieux. Plus sérieusement, ne pourriez-vous pas demander à vos fonctionnaires, si ce n’est un changement de ton dans la correspondance, du moins une vérification préalable et une prise en compte le cas échéant du profil du destinataire. Le sentiment d’indignité ressenti par une personne âgée d’être mise en demeure, ajouté à l’image de soi fortement ébranlée par ce qu’elle entend comme une mise en accusation et une menace d’être jetée à la rue, peuvent engendrer de graves complications de santé. Vous êtes la première à exiger, et vous avez bien raison, le respect du genre, de la race, de la religion. Mais vos services semblent oublier celui des personnes âgées...

Votre action politique «menée dans l’intérêt public, permet d’améliorer réellement le quotidien des citoyen-ne-s» prétendez-vous dans le site mentionné en introduction. Pour cette vieille dame dont je viens de raconter la mésaventure et qui se retranche depuis «du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit», sachez que vous êtes très loin du compte, faute d’une cohérenceentre une décision légitimée (en droit) et son application administrative brutale et contumélieuse.

L’engagement dont vous avez fait preuve durant vos mandats démontre que votre militantisme, fort heureusement, ne s’est pas limité à votre grossesse. On s’en réjouit. On peut donc être légitimé à penser que, si vous lisez ces lignes, vous saurez rectifier le tir avec l’énergie que professe votre «politique volontariste» et remettre, là où il est nécessaire, un peu de bon sens administratif dans votre département.

Recevez, Madame la conseillère administrative, mes meilleures salutations.

20/09/2013

Ubik

 

Par Alain Bagnoud

Paranoïa, glissements des évidences. Il vaut mieux ne pas conseiller Ubik à quelqu'un qui aurait des problèmes avec les frontières du réel. Dans ce livre de science-fiction de Philip K. Dick, tout se transforme sans cesse, une apparence cédant à l'autre, celle-ci aussitôt minée par des indices qui font supposer aux personnages qu'ils sont dans un autre système illusoire, lequel cède sa place à un autre aspect, qui sera bientôt suspect aussi. Tout est faux dans cette suite de mondes gigognes. Et derrière, quelqu'un manipule, ou croit manipuler, qui est souvent manipulé par quelqu'un d'autre. Tout au fond, deux forces s'affrontent, le mal, très puissant, et le bien, qui donne tout de même la possibilité de résister, en tout cas un peu, semble-t-il.

Mon introduction semble probablement suggérer un livre abscons. Pas du tout en fait. Ubik se lit très facilement, et il est même raisonnable d'envisager quelques heures de libre devant soi avant de l'ouvrir. On peut se retrouver à ne plus vouloir le lâcher – ce qui a été mon cas, par exemple, même si je le connaissais déjà : le livre a été un des chocs de mon adolescence.

La situation de départ. On est en 1992, ce qui est le futur du passé, Ubik ayant été écrit en 1966. La société est plus matérialiste que jamais : tout se paie, le fait d'ouvrir une porte, un frigo, par exemple, généralement à crédit, sauf si vous êtes à découvert, comme le héros, Joe Chip, obligé d'insérer des pièces pour tout. Dix cents pour faire marcher sa cafetière, cinq cents pour sortir de chez lui.

Joe Chip travaille dans une entreprise de neutralisateurs, qui a pour tâche de repérer et combattre le champ émis par les précogs prédisant l'avenir et par les télépathes, qui s'insèrent dans les entreprises ou chez les privés pour les influencer. Entreprise gérée par le vieux Runciter et sa femme, morte depuis des dizaines d'années, en semi-vie dans un moratorium de Suisse, congelée dans un cercueil et réveillée régulièrement par son mari quand il a besoin de conseils.

Philip K. DickDonc, une mission importante expédie onze employés de l'entreprise sur la lune. Puis il se passe des choses bizarres, et des choses bizarres encore. Lisez, si vous ne craignez pas les vertiges métaphysiques. On tourne les pages facilement, je l'ai dit. Dick ne travaille pas sur l'écriture comme matière à triturer. C'est un auteur de science-fiction qui assume un style pulp convenu. L'intérêt est ailleurs.

Dans son atmosphère d'incertitude et de transformation, influencée par les drogues dont Dick était un gros consommateur. Dans sa description symbolique d'un univers gnostique, où l'homme, un être divin, est enfermé dans un labyrinthe matériel imparfait, cruel, factice, créé par un démiurge malfaisant ou impur. Un monde qu'il est de notre devoir de démasquer, serait-ce pour pénétrer ensuite dans un deuxième labyrinthe, tout aussi faux, etc.



Philip KJ. Dick, Ubik, 10/18



19/09/2013

La littérature romande, et après…

par Jean-Michel Olivier

Depuis un siècle, la littérature romande roupillait. Romans abscons. Rêveries de gardiens de chèvre. Confessions de femmes mûres amoureuses de leur psy. Introspections vaseuses, vaguement inspirées de Paris. Dernières nouvelles de ma dépression (ou comment j’ai raté mon suicide)…

Bref, tout ce que l’Université, un jour de pluie, avait estampillé « littérature romande » et qui a fait bâiller plus d’un lecteur.

images-2.jpegHeureusement, ces temps mornes ont vécu. Depuis L’Amour nègre et le succès d’un certain Joël Dicker, les vannes se sont ouvertes. Et, miracle, on s’aperçoit qu’il existe une littérature vivante dans notre pays. Le terreau n’a jamais été aussi riche. Beaucoup de jeunes pousses. Et de grande qualité.

N’en déplaise aux cuistres, on n’avait jamais vu ça auparavant.

Chaque rentrée littéraire réserve des surprises. Des bonnes et des mauvaises. Je passerai sur ces dernières, qui sont nombreuses. Mais il y a aussi les bonnes, et les très bonnes même. Je pourrais citer dix noms d’écrivains qui n’ont pas la quarantaine, tous surprenants, tous prometteurs : Antonio Albanese, Anne-Frédérique Rochat, Damien Murith, Isabelle Æschlimann, Max Lobe, Aude Seigne, Laure Chappuis, Fred Valet, Marina Salzmann…

Mais cette rentrée, à mon avis, est marquée par deux livres qui feront date. D’abord, c’est le premier roman d’un auteur né à Nyon, images-1.jpegAntoine Jaquier (photo de droite), qui raconte la descente aux enfers d’un jeune homme, Jacques, pris dans les rets des paradis artificiels. S’il est terrible, impitoyable même par la précision de ses scènes, Ils sont tous morts* brille aussi par son style, musical, épuré, travaillé comme une symphonie en plusieurs mouvements. Une indéniable réussite.

Ensuite, bien sûr, il y a Mouron, Quentin de son prénom, l’agaçant surdoué de nos Lettres. Il nous avait bluffés avec son premier livre, Au point d’effusion des égouts, un peu déçu avec le second, qui se passait au Canada. images.jpegAvec La Combustion humaine**, il rue dans les brancards. C’est brillant, drôle, bien enlevé. Le jeune auteur canado-suisse (23 ans !) brosse le portrait d’un éditeur de chez nous, Jacques Vaillant-Morel, subtil mélange de plusieurs personnages bien connus. Cet éditeur, fasciné par la Grande Littérature (Proust), est déçu par l’époque morne et frivole que nous vivons et il peine à cacher le mépris qu’il porte à ses auteurs. Bien sûr, il souffre de n’être pas reconnu à sa juste valeur. On ne sait d’où il vient, ni où il va. On se demande même pourquoi il persiste à éditer des livres. Mais à travers ce personnage désabusé, Mouron dresse un état des lieux sans concession du monde littéraire romand. Ses coquetèles. Ses dames de paroisse affectées. Ses responsables de la culture ignares et fanfarons. C’est très drôle, caustique, bien observé, même si le tout, peut-être, ne fait pas un roman, mais une longue nouvelle. En tout cas, cela vaut le détour.

La littérature romande — si choyée par les dames patronnesses — est morte. Une autre a vu le jour. Elle est vivante et colorée, drôle, tragique, originale et imaginative.

Personne ne s’en plaindra.

* Antoine Jaquier, Ils sont tous morts, roman, L’Âge d’Homme, 2013.

** Quentin Mouron, La Combustion humaine, roman, Olivier Morattel éditeur, 2013.

17/09/2013

de l'utilité d'un appareil critique

 

 

 

par antonin moeri

 

 

 

 

 

Les livres de La Pléiade, c’est très utile. On y apprend beaucoup de choses. Prenons «Romans et récits» de Georges Bataille. Dans une remarquable introduction, Jean-François Louette nous apprend que l’auteur de «Madame Edwarda» a lu attentivement les romanciers libertins du XVIII e siècle et que son but n’était pas de privilégier la vraisemblance mais de faire monter la fièvre en utilisant le choc des genres, les ruptures de ton, l’ellipse, l’oxymore, la parataxe et l’anacoluthe. Ceci pour rompre avec ce qu’il appelle «l’autorité littéraire» (et installer la «discontinuité continuelle»), pour faire trébucher le lecteur, exprimer la rage et le tourment, retrouver dans la sexualité «sa part d’animalité et de folie», rendre le lecteur sensible à un sacré convulsif, impersonnel, horizontal. Au cours de cette «randonnée dans l’impossible», Bataille met en scène des personnages qui transgressent dans une furie voluptueuse les «interdits hominisants»: on ne caresse pas les morts, on ne couche pas avec sa mère, on ne pisse pas sur sa chérie, on n’étrangle pas son amant, on ne se promène pas nu dans un lieu public, on ne chie pas dans un calice.

«Je ne puis que rire de moi-même, écrivant», disait Bataille pour qui l’idée de faire carrière dans les lettres ou d’atteindre à la renommée était suspecte. La figure reconnue de l’auteur et son narcissisme ne le séduisaient guère. D’où son besoin de choisir des pseudos (Lord Auch, Louis Trente, Pierre Angélique) pour échapper à la hiérarchie du haut et du bas fixée par les cerbères du temple. Plutôt que «de tirer un nom glorieux de son oeuvre, il tire une oeuvre de son nom, en déployant la double thématique de la bataille (qui ne peut que faire rage), et de l’angoisse».

Comme Artaud et Beckett, Bataille voulut «intégrer à son art la part de l’insuffisance, la dimension du ratage, en ruinant l’opposition de la laideur et de la beauté». Il met en scène des personnages sans identité, ce qui, pour la lectrice, rend toute identification romanesque aléatoire. Il cherche à susciter le malaise, un malaise qui doit arracher cette lectrice à sa torpeur, au «demi-sommeil des lecteurs de romans».

Ce refus de la connivence et des formes attendues par un public prêt à débourser pour satisfaire son envie irrépressible, ce refus conduisit Bataille à écrire des fictions érotiques à tirage très limité, que seuls certains lecteurs pouvaient discrètement faire circuler. Ce refus l’a poussé à privilégier l’infamie, «celle qui ne compose avec aucune sorte de gloire». Mais, «pour petit qu’ait voulu demeurer son auteur, conclut Jean-François Louette, l’oeuvre de Bataille est tout sauf infime».

 

 

 

Georges Bataille: Romans et récits, La Pléiade, 2004

13/09/2013

Manon Leresche, Peau morte

Par Alain Bagnoud

Voici un petit livre incandescent qui peut bien devenir un des événements littéraire de la rentrée : deux pages dans l'Hebdo, des émissions de radio importantes ont déjà accueilli la parution du récit de la jeune Manon Leresche, Peau morte, qui mêle force de l'écriture et intensité du contenu.

Au départ, une aventure tragique. À la fin d'une fête de la jeunesse vaudoise, Manon, 16 ans, connaît l'horreur. Elle se retrouve seule au point du jour, alcoolisée, en quête de nourriture...

« A peine plus tard, je ne saurais dire quand ni comment exactement, mais je me retrouvai au fond d’un long tunnel, immensément grand, infiniment noir. Trois hommes étaient là, en face de moi. Deux d’entre eux me tenaient ferme les épaules tandis que le dernier rouait mon corps de coups. Il s’en prit d’abord à mes seins en les tirant, les pressant, les saignant. Puis, il s’acharna contre mon ventre dans lequel parut alors la marque de son poing. Ensuite, ce fut très lentement, ou rapidement je ne me souviens plus vraiment, mais il arracha les boutons de mon pantalon comme si son désir sexuel, ou devrais-je dire plutôt, son besoin vital d’assoupir sa queue, le rendait complètement fou, hystérique, c’était un véritable chien ! »

La dévastation qui suit, Manon Leresche ne va pouvoir l'apprivoiser que par un biais tout à fait inattendu : un travail de maturité. Il s'agit, pour ceux qui l'ignoreraient, d'une démarche personnelle indispensable à l'obtention de la maturité, qui consiste faire une recherche, à exploiter des informations et à formuler un travail final, qui sera noté.

Une année après les faits, donc, en 2012, Manon propose à Jean-François Cand, professeur au gymnase d'Yverdon de baser son travail de maturité sur ses réactions face aux événements qu'elle a subis. Le cadre étant fixé (des textes libres suivis d'une brève analyse), la jeune fille se met à la tâche et étonne le jury unanime avec le résultat.

C'est ce travail que les Editions de L'Aire publient sous le titre Peau morte. Un choix éditorial évident quand on lit le texte.

Car ce tManon Leresche, photo de L'Hebdoexte ne vaut pas seulement par son témoignage. Sa parution n'est pas seulement l'occasion pour une jeune fille dévastée de faire un nouveau pas dans sa propre reconstruction. Il s'agit réellement de littérature.

Dense, convulsif, combustible, Peau morte proclame surtout le pouvoir de l'écriture. Mêlant les niveaux de langue, le sordide et le poétique, il est un acte de foi dans la force des mots, dans leur pouvoir de fondation, dans la possibilité du langage de s'approprier l'indicible, de le suggérer, l'apprivoiser. L'écriture comme recréation et consolation.

Bien sûr, certains ont pu trouver cette publication dangereuse. Dangereuse pour la jeune fille, dont on se dit qu'elle se retrouve très exposée, dont on peut se demander si l'attention publique portée sur son drame lui apportera plus d'apaisement. À entendre Manon Leresche, dont la détermination frappe, on peut cependant espérer le meilleur pour elle et croire que cette renommée sera thérapeutique, notamment parce qu'elle fait passer le débat du fait tragique au fait créatif.

Car le professeur Jean-François Cand a raison : « Si la littérature est une tentative de transcender le réal pour en tirer, par le choc de mots, une nouvelle vérité, alors le texte de Manon Leresche est de la littérature, de la bonne littérature. »

 

Manon Leresche, Peau morte, L'Aire

12/09/2013

Les bonnes surprises de la rentrée

images.jpeg

par Jean-Michel Olivier

La rentrée littéraire romande réserve bien des surprises. Des bonnes et des mauvaises. Parmi les bonnes surprises, le premier livre d'Antoine Jaquier (né à Nyon en 1970). Malgré les apparences, Ils sont tous morts*, titre de ce premier opus, n'est pas le livre d'un débutant. On sent que son auteur a longtemps remis l'ouvrage sur le métier, qu'il a laissé le texte se décanter et qu'il l'a beaucoup remanié. C'est tout à son honneur. Car ce premier roman, qui plonge jusqu'aux tréfonds du noir, est une réussite non seulement par ses thèmes, mais aussi par sa forme.

Il s'agit d'une descente aux enfers, celle de Jacques, ou encore Jack, adolescent d'un village vaudois qui pourrait se trouver sur les hauts de Lausanne. Dès les premières pages, Jacques entame une dérive qui commence par de l'argent dérobé à sa mère, le braquage d'une banque, puis une fuite vers les paradis perdus (et jamais retrouvés) de la lointaine Thaïlande. On sait peu de choses sur Jacques, sinon qu'il vit avec une mère bonne comme le pain, mais dépassée par les événements, et un frère déjà tombé dans la drogue et malade du Sida. On n'en saura pas plus sur l'environnement familial du héros — et, dans un sens, c'est bien dommage, car jamais ne s'éclaire la question du comment et du pourquoi il va en arriver là. Le lecteur aussi se pose ces questions, qui ne seront hélas pas abordées…

Décrivant avec une précision chirurgicale les rituels du fix, du speed-ball ou du joint qui tourne dans les soirées (on sait qu'il a connu ce monde de près), Jaquier nous entraîne dans la marge, parmi ceux qui ne comptent pas, ne travaillent pas, ne votent pas non plus. Les exclus (souvent volontaires) de la belle société vaudoise. Et cette marge est fascinante tant elle semble aspirée par la mort. No future. No hope. L'amitié qui se noue entre potes, compagnons de défonce, est aussi illusoire que l'amour qui semble naître, quelquefois, entre une fille et un gars, et qui, en fin de compte, n'est qu'une réaction chimique. Dans le registre de la noirceur, Jaquier va au bout de l'enfer — un enfer qui ne fait pas envie : maladie, déglingue, crises de paranoïa, et finalement, comme il l'écrit, une « anesthésie générale, de la tête au cœur. L'âme flotte, se dissipe, puis se rend. »

Ils sont tous morts est le récit d'une reddition : à part Manu, sauvé miraculeusement par un gourou bouddhiste, ancien légionnaire français, et la belle Chloé (dont on aimerait en savoir davantage) qui se projette dans l'aide humanitaire, tous les protagonistes du roman sont condamnés. D'avance, pourrait-on dire. Car le livre de Jaquier, par son art du détail et sa dureté, est sans doute le meilleur antidote aux paradis artificiels.

Pour chaque livre, un écrivain se doit d'inventer un style, une langue, un rythme. Dans ce premier roman longuement mûri, Antoine Jaquier a trouvé le style qui convenait à cette descente aux enfers : utilisation très efficace de l'argot, phrases scandées, souvent à la manière des alexandrins, qui donnent une impulsion foudroyante au récit, roman qui emprunte au polar ses codes et ses coups de théâtre, souvent très gore.

En un mot, une grande réussite.

* Antoine Jaquier, Ils sont tous morts, roman, L'Âge d'Homme, 2013.

10/09/2013

"Douze nouvelles audacieuses"

 

 

par antonin moeri

 

 

 

Les genres thriller, road movie, témoignage et littérature érotique ont le vent en poupe. S’il fallait encourager une jeune femme qui rêve de business littéraire, je lui conseillerais le genre érotique. Avec les «Cinquante nuances de Grey», qui a fait rêver des millions de ménagères sur tous les continents, la sympathique Britannique E.L.James (pseudo) a gagné 95 millions de dollars entre juin 2012 et juin 2013. Ce succès planétaire lui permet d’être l’auteur le mieux payé du monde.

Avec ses nouvelles «Celle qui fut ligotée et oubliée», une autre Britannique, Tobsha Learner, a défrayé la chronique et conquis un large public (dixit quatrième). J’ai trouvé son livre dans la caisse en bois d’un kiosque de village vigneron (les bénéfices sont envoyés en Afrique pour participer à la construction d’un orphelinat). Ce qui doit plaire aux lectrices de ce genre de littérature, pensai-je, c’est que les personnages ne font pas de chichis, direct au but, ils pensent avec leur peau, moite ou pas, et n’en font pas une histoire, «surtout pas une histoire d’amour». Prenons le personnage féminin de «La chambre d’écoute».

Assise dans un bus, elle considère les mains hâlées d’un jeune homme qui, lorsqu’elle descend, la suit. Elle se dirige vers une salle de concerts, où son mari, beau Roumain à succès, dirige l’orchestre. Le concert a déjà commencé. Reste la chambre d’écoute, «petite pièce aménagée dans le mur gauche de l’auditorium (...) on s’en sert pour enregistrer les concerts de la BBC». Le chef d’orchestre imagine son épouse assise dans ce cabinet, «la tête inclinée de côté, en train de le regarder».

La femme du célèbre chef d’orchestre sort de sa mallette un corset de tulle noir. Le jeune homme silencieux retrousse sa jupe. Elle enfile des bas résille. Sur scène, «le quatrième violon examine une aguichante boucle de cheveux blonds dans le cou de la violoncelliste». Le quatrième violon voit, par la fenêtre de la chambre d’écoute, un jeune homme prendre un sein dans sa bouche. Mme Pope (ainsi se nomme la femme du chef d’orchestre) sent la langue de l’inconnu sur son mamelon. Pour l’inconnu (on change de foyer de perception), le large mamelon épanoui a un goût de prune, «des prunes meurtries avec une légère odeur de sel marin».

Quant à M.Pope, il a l’impression «de chorégraphier un énorme orgasme collectif». Il s’adresse surtout aux femmes dans l’assistance. Pour les plus jeunes, «je destine les triomphants accents de la section des cuivres». Retour au quatrième violon qui voit Mme Pope empoigner le sexe de l’inconnu («un phallus conquérant qui fait du reste du corps une frêle silhouette») et le prendre dans sa bouche. Tout en le suçant, elle voit son mari battre la mesure. Le chef d’orchestre voit les violonistes lever les yeux au lieu de fixer leur partition, alors que l’inconnu mordille le clitoris de Mme Pope. «C’est comme si mon plaisir était le sien». On entend des hurlements de plaisir, le chef se retourne et voit un couple, demi-nu, «pendu à la fenêtre de la chambre d’écoute». Que les lectrices se rassurent. Tout ça n’est qu’un fantasme.

Tout ça est bien construit: mouvements de caméra, travellings, changements de points de vue, économie de moyens, narration au présent de l’indicatif. De la technique, un vrai savoir-faire. Pour dire quoi? Pas grand-chose sans doute, le but étant de ravir la lectrice, de lui donner ce plaisir tant convoité pour lequel elle a payé. Je me demande pourquoi j’ai acheté (prix très modique) ce livre d’occasion dont il est dit sur la quatrième de couverture: «Subtil et provocant, il explore le désir érotique dans toute sa diversité». Si je l’ai acheté, c’est surtout pour imaginer les frissons parcourant le corps d’une lectrice couchée sur un transat au bord de l’océan, sur le pont d’un paquebot ou dans la chambre climatisée d’un hôtel quatre étoiles, et lisant «Celle qui fut ligotée et oubliée».

 

 

Tobsha Learner: Celle qui fut ligotée et oubliée, Albin Michel, 1998

08/09/2013

Le crépuscule des pédagogistes

 

 

 

 

Par Pierre Béguin

 

 

 

DIP.PNGLe Collège de Genève sera totalement remanié pour la rentrée 2015, nous apprend la Tribune du 2 septembre dernier (à l’ère de la communication, les enseignants savent désormais qu’ils doivent lire la Julie pour s’informer des décisions du DIP). Il paraît que le Département de l’instruction publique veut mieux former les élèves en leur imposant des choix de matières. Etrange...

 

Il y a une quinzaine d’années à peine, le DIP disait en substance – et c’était son titre de gloire qu’il claironnait à tous vents – qu’il voulait mieux former les élèves en décloisonnant les vieilles sections et en leur permettant un choix de matières quasiment infini. C’était l’avènement de l’ORRM (la fameuse nouvelle matu) entrée en force contre l’avis de la majorité des professeurs traités alors de conformistes paresseux préoccupés avant tout de gérer leurs acquis indécents. On est heureux d’apprendre que, quinze ans plus tard, on leur donne raison, même si on se garde bien de le dire.

 

Car c’est bien d’un retour en arrière qu’il s’agit. Avec un futur panel de cinq profils seulement calqués sur les anciennes sections. Le reste n’est qu’une question de vocabulaire: qu’on nomme les nouveaux profils «langues anciennes» (au lieu de classique), « langues vivantes » (au lieu de moderne), « sciences (au lieu de scientifique), etc, les détours lexicaux ou les vaticinations de Charles Beer ne sont là que pour créer l’illusion. Le chef du DIP peut bien parler de recentrage, de juste milieu enfin atteint après l’ancienne hyperstructuration et la récente multiplicité des filières, personne n’est dupe. Après les nombreux toilettages nécessaires de la nouvelle matu, et la réintroduction implorée par les professeurs d’un retour à une forme de hiérarchisation des disciplines (à l’image du fameux total du premier groupe qu’imposait l’ancienne matu), que restera-t-il du modèle genevois de l’ORRM avec le retour des sections? Quasiment rien. Much ado about nothing.

 

Première constatation: si on avait écouté les enseignants, on se serait épargné beaucoup de palabres, de dépenses et de réformes inutiles. Seconde constatation: cet incessant va-et-vient entre bonds en avant souvent inconsidérés et ridicules retours en arrière – qu’on nomme pompeusement réforme – permet surtout de détourner l’attention. Davantage que de réformes, le collège a besoin de moyens (parent pauvre sous l’ère Charles Beer, on les lui a systématiquement retirés au profit d’autres ordres d’enseignement), et l’école a besoin d’enseignants plus que de cadres administratifs. A force de privilégier les seconds (dernièrement les cent directeurs d’école primaire) au détriment des premiers, le DIP menace de devenir un gros tas de graisse sans muscles.

 

Un retour en arrière donc qu’il ne faut ni applaudir ni déplorer: ce n’est qu’une énième réforme structurelle. Et il n’y a plus guère que les politiciens et certains cadres pour penser, par incompétence, naïveté ou opportunisme, qu’une réforme structurelle peut, par enchantement, modifier de facto le fond des choses, en l’occurrence le niveau de formation des élèves. Il y aura des pertes, c’est sûr. Quand Jean Romain prétend que le retour à un choix limité de profils mettra fin aux stratégies d’évitement (à savoir une matu au rabais), il a raison. Mais il oublie de préciser que le contraire existe aussi (à savoir une matu survitaminée): j’ai vu de nombreux élèves choisir systématiquement les disciplines et les options les plus exigeantes avec, au final, un diplôme qui additionnait les difficultés des anciennes filières classique et scientifique. Pour une fois que l’école offrait de la nourriture à profusion aux plus doués, il serait regrettable qu’on la leur retire. Mais il y aura probablement des avantages. Quand une réforme va dans le sens de la simplification, j’aurais plutôt tendance à applaudir... même si, dans ce cas particulier, je préfère m’abstenir.

 

Car il ne faut pas être dupes: cette réforme annoncée du collège ne tient pas à des considérations pédagogiques, elle est de nature purement financière (et Charles Beer ne s’en cache pas, même s’il avance en priorité l’argument de la formation. Dame! on doit bien compenser le coût des cent directeurs, de leur assistant(e) et secrétaire). Elle permettra la suppression de nombreux cours à faible taux de fréquentation, donc très onéreux au prix de revient par élève puisque c’est ainsi qu’on fait le calcul. En regroupant cours, options et élèves, on remplit les salles et on optimise les coûts. Le reste n’est que verbiage destiné à dissimuler les futurs cours à 25 élèves, voire plus si affinités... 

 

Pour désolant que soit ce choix essentiellement financier, gageons qu’il annonce aussi une bonne nouvelle: le crépuscule tant attendu des «pédagogistes» et de l’influence trop importante de la FAPSE sur l’école genevoise. Vous savez, cette tendance (à l’image de ce que firent Jospin et Allègre en France) d’utiliser les prétendues «sciences de l’éducation» – et la nombreuse armée de naïfs et de cyniques qui vivent de ce mythe – pour imposer des réformes contraires à la fonction traditionnelle de l’école. Tout d’abord en injectant insidieusement dans le quotidien scolaire un jargon spécifique: l’élève devient un «apprenant», le prof un «pourvoyeur d’occasions», le livre un «support visuel» et le rappel en début de cours des éléments clés du cours précédent «la phase de démarrage d’une situation séquentielle où le manager de l’aventure quotidienne de l’apprendre interconnecte le nouveau et le déjà-là». Au début, tout le monde riait dans les salles des maîtres. Avant de comprendre que, derrière la «novlangue», se dressait une nomenklatura qui devait phagocyter l’école pour de longues années avec l’appui des autorités et la volonté des partis, gauche et droite réunies. Comme si la pédagogie était une science qui produisait des lois à la manière d’un physicien dans son laboratoire, et non une pratique qui s’apprenait sur le terrain en se fondant sur des connaissances non pas expérimentales mais empiriques. Tous ceux qui ont enseigné, ou simplement élevé des enfants, savent qu’il s’agit bien davantage d’une affaire d’intuition que de connaissances scientifiques et que, le plus souvent, seule la passion permet de mener à bien une entreprise si délicate. Si donc il est regrettable que les seules considérations financières – malgré les dénégations d’usage – dirigent les réformes de l’enseignement, on peut au moins espérer, après les critiques nombreuses et justifiées qui ont suivi la création du IUFE (Institut universitaire de formation des enseignants) que ces nécessités mettent enfin un terme au délire socioconstructiviste qui a largement empesté l’atmosphère scolaire ces dernières années.

 

Avant qu’on ne referme la parenthèse de la «matu à la carte», je ne peux m’empêcher de penser à son inauguration en grande pompe dans un collège du centre ville, lors des inscriptions de ces nouveaux collégiens qui, pour la première fois, allaient choisir un profil d’étude personnalisé. «Genève est le seul canton qui permet le «tout partout» (tous les choix dans chaque établissement)» exultait alors dans les médias celui qu’on avait nommé (allez savoir pourquoi?) «le père de la nouvelle maturité». Et notre père qui, en l’occurrence n’était hélas pas aux cieux, de s’installer un peu cabotin derrière un bureau pour enregistrer les inscriptions des nouveaux élèves à la grande satisfaction du journaliste de service et des quelques curieux qui l’entouraient. Après son départ, ou plutôt son retour aux cieux, il nous a fallu près d’une heure pour repérer, tracer et corriger les nombreuses erreurs qu’il avait commises en appliquant un système dont il était censé être le père et auquel, de toute évidence, il n’avait strictement rien compris.

 

Ainsi en va-t-il de toutes réformes: elles servent d’abord la carrière de celles ou ceux qui les portent sur les fonts baptismaux. Et voilà pourquoi, en dépit de toute logique, on ne demandera jamais leur avis aux enseignants, hors certaines commissions alibis.

 

Bonne route tout de même à la nouvelle ancienne maturité... et à sa descendance!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06/09/2013

Bingo de Moeri au Théatricul

 

Par Alain Bagnoud

Blaise Granget

Sans doute n'y a-t-il plus aucun lecteur de ce blog qui ignore que la troublante pièce Bingo d'Antonin Moeri est jouée en ce moment. Nous y étions, mercredi passé, le lendemain de la première, pour une représentation magnifique suivie d'un débat avec l'auteur.

Dans la pièce, Blaise Granget incarne Bobby, un jeune délinquant qui s'est imposé à Antonin Moeri par un biais biographique. Notre auteur avait enseigné à un jeune homme rebelle, soutenu par une mère absolue. Quelques années plus tard, il apprend que cet ancien élève a tué quelqu'un dans une baston. Pour tenter de comprendre le geste, Moeri a créé Bobby,

Bobby se confesse. Il est dans la cellule d'une prison préventive et parle, à lui-même, ou à un interlocuteur fictif, ou au public d'un théâtre, parce que « ça fera passer le temps, on mourra moins vite, on prolongera jusqu’à l’aube ».

Nous sommes ainsi mis au courant de sa trajectoire. En gros : père minable viré par la mère, relation incestueuse du fils avec celle-ci, ascolarisation, petite délinquance, élevage de pitbulls, embrouilles avec une bande rivale, baston finale. Ça semble un peu cliché ? Ça ne l'est pas du tout.

À cause d'abord du langage, du flux verbal qui travaille sur l'oralité, qui recrée un langage imagé, avec des trouvailles, des cocasseries, du rythme.

À cause ensuite de la densité humaine de Bobby. Moeri le rend complexe, lui met des envies de tendresse et un paradis perdu dans la tête, qui revient de façon récurrente : un voyage en Italie pour voir la famille de son père, quand celui-ci s'entendait encore avec la mère, « la traversée des Alpes, moi sur la banquette de skaï imitation zèbre, j’étais aux anges, mes vieux s’aimaient, en tout cas, ils donnaient l’impression, elle lui faisait des câlins, il grognait comme un matou, je me demandais parfois jusqu’où on irait, si la bagnole tiendrait le coup ... ».

À cause aussi de l'acteur, remarquable Blaise Granget, d'une animalité et d'une innocence inquiétante, bien dirigé par le metteur en scène Cyril Kaiser. Le jeune comédien qu'on a vu dans un Misanthrope monté à la Fusterie en 2011 ou dans La résistible ascension d’Arturo Ui de Bertolt Brecht, à Vidy, en 2012, compose un personnage candide, énigmatique, complexe, et fait une performance superbe, seul sur scène pendant une heure.



Théâtricul, Rue de Genève 64, 1225 Chêne-Bourg. Arrêt "Peillonnex"

du 3 au 15 septembre 2013 tous les soirs sauf le lundi, du mardi au samedi à 19h, dimanche à 17h

Réservation



05/09/2013

Retour d'Égypte

DownloadedFile.jpegMarlène Belilos n'est pas une inconnue. Née à Alexandrie en 1942, elle est obligée de fuir l'Égypte à l'arrivée de Nasser. Puis c'est l'Italie, la France, la Suisse où Marlène, en tant que journaliste, travaille pour les journaux et la télévision romande, dont elle est exclue, à l'époque de Lôzanne bouge, avec quelques autres (dont Nathalie Nath et Michel Boujut). L'affaire, à l'époque, fait grand bruit. Et la TSR, où règne une chasse aux sorcières, n'en sort pas grandie ! Un peu d'enseignement, ensuite. Puis direction Paris, où elle produit des émissions sur TV5 Monde et France-Culture. Et devient, last but not least, psychanalyste…
Elle nous donne aujourd'hui un petit livre épatant*, qu'on lit avec délectation. Il raconte l'exil forcé du roi Farouk, 32 ans, qui a porté tous les espoirs de liberté du peuple égyptien. Nous sommes le 26 juillet 1952. Farouk embarque sur son yacht, « le Bien Protégé », pour quitter à jamais son pays. Marlène Belilos, 10 ans à l'époque, reconstitue avec douceur et nostalgie cette journée historique : la ville d'Alexandrie où vivait sa famille, le mélange harmonieux des langues et des cultures, les parfums des échoppes d'épices, le marchand d'eau de rose. « L'air sent le sel et il ne pleut jamais… »

Peu à peu, les choses vont changer. Les étrangers (expats, juifs sépharades, Anglais, Français) ne sont plus bienvenus. Le pays croule sous les dettes et Nasser, bientôt, va nationaliser le Canal de Suez. images.jpegPour la famille Belilos, riche famille juive venue d'Alep, en Syrie, l'heure de l'exil a sonné. « Mon père aussi avait perdu, tout comme Farouk, sinon son royaume, en tout cas son palais. » C'est alors le départ forcé. Pour les plus pauvres, israël. Pour les plus fortuné, l'Europe imaginaire. L'Italie, la France, la Suisse, selon le grand loto des passeports.

À travers une série de souvenirs, qui sont autant de photographies, tantôt nettes et tantôt un peu floues, Marlène Belilos reconstitue une patrie perdue : l'Égypte de son enfance. La langue est belle et émouvante. Elle trouve les mots justes pour dire la brisure, l'exil, la séparation. C'est la langue du cœur.

Ce livre lumineux se termine sur l'évocation du plus grand héritage égyptien : l'écriture, qui ressuscite l'enfance, et permet de transmettre l'émotion, les souvenirs, les connaissances. En un mot, ce qu'on a perdu.

* Marlène Belilos, Le Yacht du roi Farouk, éditions Michel de Maule, 2013.

03/09/2013

bingo

 

BINGO

BINGO au Théâtre


La pièce BINGO d'Antonin Moeri sera jouée du 3 au 15 septembre au THEATRICUL, Rue de Genève 64, à Chêne-Bourg.


Vous pouvez réservez vos places sur le site:


www.theatredusaulerieur.ch


ou au service culturel MIGROS, 7 Rue du Prince, Genève


La représentation du 4 septembre sera suivie d'un débat animé par Pascal REBETEZ, avec le metteur en scène Cyril KAISER, le jeune comédien Blaise GRANGET, l'auteur et plusieurs écrivains.


Monologue d'un délinquant

inspiré à l'auteur par un fait divers.


Antonin MOERI

Voici Blaise, le magnifique acteur qui jouera le rôle de BOBBY

granget.jpg

 

01/09/2013

Un taxi pour l'absurde

 

Par Pierre Béguin

 

Retour de voyage.

Aéroport de Cointrin, samedi soir, 23 heures.

35 kilos de bagages et deux petites filles à moitié endormies. Allez, un taxi et elles seront bientôt dans leur lit! Sauf qu’on est en Suisse et qu’en Suisse il y a des lois, beaucoup de lois. Dont certaines absurdes. Et c’est ce que nous allons démontrer...

Donc on attend son tour à la sortie de l’aéroport, bien en file, patiemment. Tête de file, enfin! Un, puis deux taxis qui nous passent sous le nez, emmenant des passagers situés pourtant derrière nous. On s’insurge:

– Je ne peux pas vous prendre, nous lance le chauffeur suivant en montrant du doigt les deux fillettes affalées sur les bagages, je n’ai pas les sièges adéquats, ça me coûterait 100 francs d’amende en cas de contrôle!

– Et que fait-on?

– Essayez avec un collègue qui aurait les sièges!

Sauf qu’un coffre de taxi, c’est fait pour les valises, pas pour entreposer des sièges d’enfants au cas où...

Dix minutes et une bonne douzaine de refus plus tard, on s’interroge. Prendre le train, puis les transports publics? Sans connexion directe (eh oui!), avec 35 kilos de bagages, deux fillettes qui dorment et dix minutes de marche pour atteindre la maison? Difficile. Autre solution: je garde les filles, ma femme prend un taxi et revient avec la voiture. Environ 50 minutes au final, tout de même... Alors on insiste une dernière fois. Et là, surprise:

– Moi je m’en fous de cette loi, montez!

Merci Monsieur le chauffeur de taxi d’ignorer une loi qui, au motif de les protéger, laisse sur le trottoir deux petites filles ivres de fatigue à la sortie de l’aéroport! Oui, mais il y a aussi les gardiens de la fameuse loi... Quelques kilomètres plus loin, contrôle de police. Deux filles qui dorment sur la banquette arrière, la tête posée sur les genoux de leur mère. Et pas de sièges pour enfants!

– Ça vous fera une amende!

A mon grand étonnement, le chauffeur garde son calme:

– Pas de problème, Monsieur l’agent, je suis en tort, je paie.

Et pendant qu’on lui dresse son procès-verbal en bonne et due forme, il descend de voiture, ouvre le coffre et en sort tranquillement les bagages.

– Que faites-vous? lui lance le pandore.

– Je dépose mes clients ici. Je ne peux pas continuer à rouler ainsi en tort.

– Pas question! lui répond l’agent, vous allez terminez votre course!

Le chauffeur, toujours très calme:

– Monsieur l’agent, si vous m’arrêtiez en état d’ébriété, vous ne me laisseriez pas continuer ma route, non? La règle vaut pour les sièges d’enfants. Vous n’avez qu’à amener vous-même ces gens à destination.

Puis il ajoute avec un soupçon d’innocence feinte:

– C’est vrai que vous n’avez pas de sièges pour enfants vous non plus...

L’agent fait mine d’ignorer la remarque, termine son procès-verbal et s’adresse au chauffeur sur le ton le plus officiel:

– Maintenant vous pouvez y aller. Remettez ces bagages dans le coffre et conduisez ces gens à leur domicile.

– Je vous ai déjà dit que non. Je vous les laisse! Si un de vos collègues m’arrête plus loin, ça me coûtera de nouveau 100 francs. Très peu pour moi!

Puis, en ouvrant la porte arrière:

– Je suis désolé Madame mais je dois vous déposer ici, dit-il à ma femme.

Cette fois le pandore semble perdre sa contenance de pandore. Il sait que le chauffeur a raison. Mais deux petites filles endormies sur quatre valises à minuit au bord d’une route est une responsabilité qu’il ne s’attendait pas à endosser. Et lui aussi commence à comprendre qu’une loi impraticable sans exception, et édictée par une poignée d’abrutis incapables d’en prévoir toutes les conséquences, vient de placer d’un coup, au beau milieu de la nuit, six personnes dans une situation absurde. Alors il a cette ultime réaction de bon sens:

– C’est bon pour cette fois, lance-t-il en déchirant l’amende, mais remettez ces bagages dans le coffre et terminez votre course prudemment!

Et nous, pour une fois, on peut pavoiser: cette histoire vraie – j’en témoigne – n’est pas une Genferei, c’est une Schweizerei. Faudrait tout de même pas imaginer qu’on a le monopole de la connerie, à Genève!

Quoique...

Sur le chemin du retour, j’ai pensé à ce film dont j’ai oublié le titre et qui dresse, en quatre tableaux, le portrait de quatre villes, la nuit, au moyen d’une anecdote dont un taxi est le fil conducteur. Si l’on avait voulu inclure Genève dans ce film, nul doute que cette anecdote en aurait fait une peinture particulièrement pertinente.