16/12/2013

Et encore une mesquinerie, une!

 

Par Pierre Béguin

 

Comme mon ex collègue Jean-Michel Bugnion, qui l’a relaté dans son blog vendredi dernier, comme beaucoup d’autres enseignants qui ont décidé de se jeter sur la bouée PLEND pour fuir un département dans lequel ils se reconnaissaient de moins en moins et qui leur réservait depuis deux décennies davantage d’humiliations que de satisfactions, j’ai reçu la lettre de l’office du personnel de l’Etat stipulant qu’à partir du 1 janvier 2014 toute activité rémunérée, qu’elle soit d’ordre privé ou public, entraînerait une diminution de la rente PLEND à la hauteur du revenu de l’activité.

Il fallait s’y attendre. Depuis qu’un certain député libéral avait commis l’insigne sottise d’annoncer la fin du PLEND pour 2013, le département a subi une véritable saignée. Et si le citoyen savait par quel tour de force, parfois, on a recousu les plaies pour que chaque cours ait son prof, le département en tremblerait. Donc le PLEND, qui était jusque-là un encouragement pour certains enseignants ou fonctionnaires âgés au salaire forcément plus élevé à céder leur place à des jeunes payés moins cher, se doit de devenir – pénurie d’effectif oblige – un découragement à la retraite anticipée. Mais alors, me direz-vous, pourquoi l’avoir conservé sous une forme nettement moins avantageuse plutôt que de le supprimer purement et simplement? Par un prudent compromis? Peut-être…. J’avance une autre hypothèse: parce que tout départ anticipé évite la prise en compte des boni (accumulation d’heures au poste parfois très importante chez les profs du secondaire) et qu’il en coûterait probablement plus cher à l’Etat de les rembourser que de supprimer un PLEND qui permet justement de les épargner. Le calcul sera-t-il aussi efficace avec cette nouvelle donne? Les députés ont fait leur compte, les fonctionnaires feront les leurs...

Ce qui est certain, c’est qu’une rente amputée par un départ anticipé, même avec le renfort du PLEND, ne suffit pas à la grande majorité des fonctionnaires ou enseignants. Et qu’un petit travail d’appoint dans le privé, pour nécessaire qu’il soit, ne faisait de mal à personne. Personnellement, j’en connais qui ont mis leur expérience au profit d’élèves en difficulté dans des écoles privées pour 60 francs bruts l’heure au cachet, ou même qui arrondissent leurs fins de mois en chauffeur de limousine pour riches indigènes ou étrangers. Qui viendrait me démontrer que ces activités sont nuisibles à la société au point qu’il faille en retrancher la rente PLEND en proportion des gains engendrés? Il fallait bien toute la sottise et la mesquinerie de certains députés pour mettre fin à une situation qui en arrangeait plus d’un et qui ne dérangeait personne.

 

Ce qui est certain également, c’est que le PLEND depuis des années a mis à disposition de la société des milliers de personnes qui, souvent, ont donné gracieusement de leur temps, ont fait profiter gratuitement de leur expérience, qui pour enseigner à des prisonniers (j’en connais beaucoup), qui dans des activités bénévoles humanitaires ou culturelles. Et que vouloir se passer de cette masse d’expérience, même au prix d’une légère rémunération, tient de la bêtise pure et simple. En voulez-vous un exemple?  En trente-trois d’enseignement au Collège Calvin, j’ai parfois (trop souvent) fait passer des examens (écrits et oraux) de maturité en littérature française avec des jurés assistants en droit ou en économie dans une université suisse ou française (si! si!) qui non seulement ne connaissaient rien au système, non seulement n’avaient pas lu les textes de la liste, mais ignoraient jusqu’au nom de certains auteurs.  Si mes étudiants avaient pu savoir qu’ils étaient jugés pour moitié par des ignares en la matière, ils auraient pu déposer un recours pour une fois fondé. Comme j’aurais souhaité alors les mettre au courant! «On ne trouve personne!» répondait à mes doléances le préposé au bureau de gestion. Vu la minceur de la rémunération, ce n’est guère surprenant. Sauf qu’il existe des dizaines de profs parfaitement compétents en retraite anticipée prêts à assumer la fonction. Le règlement l’interdit? Un peu de bon sens vaut souvent mieux que des principes étroits…

Quant à prétendre que ce nouveau règlement a des effets rétroactifs, je ne puis hélas souscrire à cette réserve. Bien sûr, la mesquinerie du fond se retrouve dans la forme: prévenir les principaux intéressés trois semaines avant la date d’application de la loi, et surtout juste après sa parution dans la FAO – que tout le monde est censé lire mais que personne ne lit – pour éviter tout recours, c’est bien dans les mœurs et habitudes de certains. Là encore, pas de surprise! On reconnaît la patte libérale. Mais que je sache, nous ne sommes pas au 1 janvier. Disons plutôt qu’une fois de plus on change les règles en cours de partie. Car beaucoup n’auraient certainement pas pris le PLEND sachant qu’ils ne pourraient compter sur un revenu d’appoint. Puisque les règles ont changé, il faudrait au moins demander le remboursement des boni gracieusement laissés à l’Etat en guise de compensation. Pour le reste, moi qui par chance n’ai pas besoin de revenus supplémentaires, je le jure: je fermerais les yeux si des PLENDUS se mettaient soudainement à travailler au noir. Après tout, c’est très fréquent à tout âge, dans toutes les couches professionnelles… de tout bord politique. Mais n’allez surtout pas le répéter!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Eh oui! J'en connais aussi un ou deux qui sont dans la mouise! Bravo pour ton excellent billet.

Écrit par : Duval | 17/12/2013

Autrefois, dans ce temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître,les maîtres d'apprentissage étaient soit des personnes en fin de carrière, soit des retraités bénéficiant d'une grande expérience et aussi de patience.

Oter à des retraités la possibilité d'enseigner à d'autres ce qu'ils ont mis toute une vie à apprendre, est une aberration. Ce n'est pas seulement un gros problème économique pour ceux que l'AVS a spolié de ses promesses, mais également une grosse perte sur le plan du niveau de nos futurs adultes ou même adultes actuels.

Si l'on y ajoute le fait que ces personnes se sentiront de fait exclues d'une société à laquelle ils peuvent encore apporter beaucoup, la dégringolade morale et donc santé, vont en prendre un sacré coup, pour ne pas dire coût.

Mais dans un pays où le SPC retire aux handicapés Fr. 2.50 par année d'intérêts sur des comptes courants comme "produit de la fortune" (sic), comptes qui génèrent Fr. 60.00 de frais fixes... on ne s'étonnera plus de rien sur le plan de la mesquinerie et du manque de vision économique un tant soit peu élargie.

Écrit par : Jmemêledetout | 17/12/2013

Tristement vrai que tout cela! Et ce que vous dites du "député libéral" n'est pas à l'honneur de son parti, si honneur il y a un jour.

Écrit par : Mère-Grand | 17/12/2013

Les commentaires sont fermés.