14/02/2014

Jean-Philippe Toussant, La vérité sur Marie


Par Alain Bagnoud

Au milieu de La vérité sur Marie, quelle scène ! Un cheval dans un avion au milieu de l'orage. On ne sait pas si on est au ciel ou dans les enfers. Onirique, somptueux, fulgurant. Ça soulève tout le livre, emporte les doutes du lecteur qui, comme moi, trouve parfois chez Toussaint quelque chose de minutieux qui fait frôler l'ennui.

Pas la scène du cheval, oh non, mais, par exemple, le début et la fin de La vérité sur Marie : c'est du très beau travail littéraire, millimétré toujours, mais qui manque parfois un peu d'éclat à mon sens.

Le récit commence par la description de la mort de l'amant de Marie, ou plutôt de la nuit qui précède. Restaurant, baise, crise cardiaque, arrivée des secours et du narrateur. Ça se termine par les retrouvailles du narrateur et de Marie sur une île.

C'est très bien, très formulé. Mais la scène du cheval ! Ah, le cheval dans l'avion !

La Vérité sur Marie fait partie d'un quadriptique dont le dernier tome, Nue, vient de rater encore ce Prix Goncourt qu'on pronostique à Jean-Philippe Toussaint depuis des années.

Dans sa version poche, il est suivi d'un entretien un peu tautologique de l'auteur avec Pierre Bayard. Il s'agit pour Toussait de justifier des scènes écrites alors que son narrateur se trouvait géographiquement ailleurs.

Jadis, Toussaint n'osait pas faire ça. Comment légitimer de raconter un récit si le narrateur ne le voit pas ? Maintenant il se risque. Il cherche un peu d'air. Il va vers l'omniscience, oh, avec précaution, à petit pas, par crainte de faire s'écrouler sur lui tous les murs de théorie littéraire post-structuraliste qui entourent encore les Editions de Minuit. Louable recherche de liberté !

 

Jean-Philippe Toussant, La vérité sur Marie, Minuit

Les commentaires sont fermés.