22/01/2015

Littérature et salon de thé

par Jean-Michel Olivier

Depuis mercredi, comme tout le monde, je vis dans la sidération. Impossible de penser à autre chose qu'au massacre des artistes géniaux qu'étaient Cabu, Wolinski, Charb, Honoré et Tignous ! Et depuis, à chaque instant, radio, télévision, journaux ravivent la plaie si douloureuse qui ne se refermera pas…

images-7.jpegPour faire diversion, j'écoutais Vertigo, sur La Première, qui recevais ce jour-là Metin Arditi. Je retrouvai le même Arditi, d'ailleurs, lundi dernier au Journal du Matin, invité de Simon Matthey-Doret (ici). Il y parlait de son dernier roman, Juliette au bain.*

D'un coup, d'un seul, on quittait l'abominable tuerie parisienne pour entrer dans un salon de thé de Champel, entre deux douairières aux cheveux bleus et un vieil avocat à la retraite. On était entre gens de bonne compagnie. On mangeait son mille-feuilles sans faire de miettes, en sirotant une tasse de thé à la bergamote. On était loin du monde, loin des larmes et du sang. Personne ne disait du mal de personne. On avait oublié Zemmour, Houellebecq, et même Finkielkraut.

On était à Genève, sur la planète Suisse, et on était bien.

Jamais la littérature (qui est un attachement vital au monde des hommes et des femmes) ne m'a paru si détachée de tout. Si vaine, si dispensable. Et la morale, bordel ? Elle régnait en maîtresse absolue. Bons sentiments, espoir œcuménique, fraternité béate. Dans ce salon cosy, on était loin de tout : du monde, des guerres de religion, des jeunes paumés des banlieue, de la modernité…

Si la littérature existe, elle est en prise directe avec le monde — ou elle n'est pas.

* Metin Arditi, Juliette au bain, Grasset.

Commentaires

Si je vous ai bien lu, les Helvètes – dont je suis – vivraient dans un cocon imperméable aux événements du monde ?

J'ai de la peine à vous croire. N'est-ce pas un Suisse qui a créé la Croix-Rouge ? Pour ma part, j'ai souvent rencontré des Suisses, délégués du CICR, sur les chemins hasardeux (dangereux) du Moyen-Orient...

Le livre de Metin Arditi serait-il à ce point aseptisé nous contant une Suisse égoïste ?

Écrit par : Caroline | 22/01/2015

Je comprends et partage votre sentiment, même si je n'ai plus guère l'occasion de faire l'expérience que vous décrivez, que ce soit dans le réel des lieux évoqués ou dans les traces qu'ils laissent par ailleurs.

Écrit par : Mère-Grand | 22/01/2015

On attend d'un véritable écrivain (j'hésite à dire «engagé») qu'il écrive sur les vibrations et réalités du Monde avec ses merveilles, ses horreurs, ses soubresauts, ses malaises.
L'univers d'un salon de thé me paraît limité. Il n'est en tout cas pas le mien.

J'attends impatiemment un roman qui serait inspiré de l'«odyssée» des réfugiés embarqués en Méditerranée. Ils ont quitté l'Enfer pour le Paradis, croient-ils.

M. Arditi serait-il touché par ce sujet d'actualité traité dans LE TEMPS d'aujourd'hui par trois reporters ?

Écrit par : Caroline | 24/01/2015

Les commentaires sont fermés.