30/04/2015

Réponse à Antonin Moeri

Cher Antonin Moeri,

Vous avez, je le vois, autant de fougue que moi.

Je ne suis pas boulangère – j’aurais bien aimé, je crois – et j’avais bien compris que vous nous parliez de Bégaudeau. J’avais juste envie que vous nous disiez ce que vous pensez de la démocratisation de la lecture, et ce que vous en pensez vraiment. Car dans vos papiers, excusez-moi de mon arrogance, ce n’est pas clair du tout.

A présent, je crois savoir, et je suis bien contente. Mais il faut que nous allions boire un verre avant pour que je connaisse le fonds de votre pensée. Accepterez-vous mon invitation ?

Vous me parlerez de Bégaudeau. Je vous parlerai du festival de la Nuit de la Lecture.

Et surtout, surtout, nous parlerons de distance, de la distance nécessaire à l’acte de lire et à celui d’écrire …

Bien à vous !

 

Les commentaires sont fermés.