31/03/2016

Les écrivains ne meurent jamais

par Jean-Michel Olivier

Je dois vous avouer que 80% des livres que je lis me tombent des mains (un peu plus, concernant la littérature romande). Autofictions poussives, confessions pleurnichardes, polars mal ficelés, romans qui sonnent creux, best-sellers confits de niaiserie : la liste serait trop longue à établir.

« On publie trop, disait Jacques Chessex. Mais l'on n'écrit pas assez. » 

images.jpegPourtant, la littérature a d'autres trésors à offrir. Jim Harrison  par exemple (1937-2016), qui vient de nous quitter, après une vie passée à boire et à écrire, à faire ripaille et à pêcher le saumon, à aimer les femmes et les Indiens, du Michigan (où il est né) à l'Arizona (où il est mort). Une œuvre d'une sauvagerie essentielle, d'une liberté totale, d'une soif de vivre communicative. Il faut relire d'urgence La Route du retour ou Entre chien et loup, ou encore son autobiographie En marge (saluons, au passage, le talent de son inégalable traducteur, Brice Matthieussent, qui a su rendre la langue rude et burinée de l'auteur).

Parmi les auteurs essentiels, il faut relire aussi Violette Leduc (1907-1972) — peut-être la plus grande « écrivaine » française du XXe siècle. images-2.jpegUn style unique, une langue ciselée, une douleur qui transforme chaque phrase en flux poétique. Je relisais ces jours-ci L'Affamée, ce bref roman où Violette Leduc raconte son amour pour Simone de Beauvoir : amour, admiration, attirance — aimantation plutôt. On n'a rien écrit de plus fort sur le sujet. À part, bien sûr, L'Asphyxie ou La Bâtarde, ces chefs-d'œuvres absolus.

Pâques est le temps d l'espoir. Les écrivains ne meurent jamais.

* Jim Harrison, Entre chien et loup, La Route du retour, En marge, Éditions 10/18.

** Violette Leduc, L'Affamée, L'Asphyxie (Folio) et La Bâtarde (L'Imaginaire, Gallimard)

Commentaires

Lâchez -vous JMO 100 % de la littérature romande ou presque le dernier écrivain romand est votre ami Goeltl'haine alias Homme Libre.

Écrit par : briand | 31/03/2016

Merci du conseil, Briand! On ne se lâche pas assez en Suisse romande. Mais, si j'ose un conseil, surveillez votre ponctuation : elle est rare !

Écrit par : jmo | 31/03/2016

Je serai assez d'accord avec vous pour ne pas imaginer Jim Harrison participer à un atelier d'écriture à Montricher.
Il n'a cependant pas hésité à répondre aux mièvreries de Busnel , Promo Oblige.
Pour avoir été le témoin des vociférations de Chessex contre les Trotskystes au Café Romand "bien avant le tandem Orsini Gauthier" , je considère qu'un grand écrivain doit travailler sa prose en verres lents.

Écrit par : briand | 31/03/2016

Les commentaires sont fermés.