27/04/2017

Le poids des ans et des mots (Pascal Rebetez)

Unknown.jpeg

par Jean-Michel Olivier

« Quand on part à la retraite, me confiait un ami, on n'est plus rien. » Pour Pascal Rebetez, grand bourlingueur devant l'Éternel, c'est autre chose. Comme pour les boxeurs, on change de catégorie. Passé la soixantaine, le poids welter se transforme en poids lourd. Le corps témoigne des années de voyages, des rencontres et des amours passées, des joies et des déceptions — sans oublier les excès de toute sorte. Au final, la balance de son frère, aux antipodes, livre son verdict implacable : 93,300 kgs. Avec, autour de la taille du séducteur-bourlingueur, un joli embonpoint. Un pneu de poids lourd !

C'est le point de départ du dernier livre de Pascal Rebetez, parti en Australie rendre visite à son frère pâtissier. Ce récit de voyage, drôle et touchant, est entrecoupé d'autres récits plus anciens, où l'on retrouve le jeune routard tantôt en Syrie, tantôt en « Arabie heureuse », tantôt encore en Amérique du Sud, toujours en quête d'un visage, d'une rencontre ou, plus simplement, d'un vestige archéologique. Cela donne au livre de Rebetez le ton d'une quête ancienne et toujours inachevée qui le fait parcourir le monde et braver les dangers (il risque sa vie plusieurs fois). Unknown-1.jpegÉcrit dans une langue savoureuse et vivante,  riche de belles trouvailles, Poids lourd* fait tomber les barrières du dehors et du dedans (pour employer une expression chère à Nicolas Bouvier), de l'ici et de l'ailleurs, du passé et du présent. Le lecteur y navigue à son aise, rendant visite à la mère de l'auteur dans son home pour partager avec elle « une tranche de veau » ou croisant, dans le désert du Sahara, des nomades plutôt inquiétants. L'espace-temps, pour le voyageur, n'a pas de frontières, ni de limites : le bourlingueur est constamment au commencement de son histoire.

Un très beau livre, donc, à conseiller, à tous ceux qui rêvent de partir et à tous ceux qui restent, aussi, car les plus beaux voyages, souvent, se font par la lecture.

* Pascal Rebetez, Poids lourd, éditions d'autre part, 2017.

23/04/2017

Regards croisés sur Genève

La Compagnie des Mots vous propose une Promenade littéraire

le 2 mai 2017 dès 18h15 et jusqu'à 20h environ à l'Auberge du Cheval Blanc, à Carouge Retrouvez-nous à partir de 18h15 sur place, la soirée débutera à 18h30

Vingt et un auteurs domiciliés dans le canton ont pris Genève pour thème d’un court récit. Promenade littéraire annonce le sous-titre du livre paru chez Slatkine! Ces récits forment un kaléidoscope de points de vue, historiques, urbains, géographiques, sportifs, littéraires… chacun possédant sa dynamique propre, son rythme, son style, son humour.

Plus qu’une image littéraire de Genève, ces regards croisés révèlent une approche de la réalité subjective de cette ville, heureusement non réductible au Jet d’eau, aux banques, à la Croix-Rouge et autres institutions internationales.

Mardi 2 mai un double quarteron d’auteurs sera présent à La Compagnie des Mots pour dévoiler le regard de l’autre sur cette Calvingrad prisonnière de ses clichés.

Cette soirée vous est proposée par Pierre Béguin, et sera animée par Vincent Aubert.

Regards croisés sur Genève, Promenade littéraire est paru aux Editions Slatkine.

 

 

02/04/2017

venin viennois

antonin moeri

 

La critique du langage accompagne, chez Kraus et T.Bernhard, la critique de ce qu’on appelle le «milieu littéraire». Si l’action de Holzfällen (de TB) est située dans un cimetière villageois et, surtout, dans le salon Biedermeier de gens qui ont passé leur vie à faire croire qu’ils étaient d’origine noble, celle de «La Littérature démolie» est située dans un café branché viennois de la fin du XIX ème siècle: le Café Griensteidl, «centre d’échanges littéraires» ou lieu de réunion de jeunes loups prometteurs qui cherchent à renverser les valeurs établies, qui «passent la nuit à discuter de la vie et, dans les moments féconds, à lui chercher un sens».

Un petit gourou, salarié dans un journal, séduit des garçons à mèche tombant sur le front, les encourage à s’exprimer («pulsions fougueuses, audacieuses»). Le petit gourou fera paraître ces productions dans le quotidien qui l’emploie. Ce personnage qui se réclame de Goethe et qui éprouve un malin plaisir à «taquiner les gardiens de l’ordre littéraire manque totalement d’humour (...) Ses phrases sont empreintes d’un sentiment de satisfaction blasée et des préceptes lénifiants dont il abreuve la jeunesse émane une profonde bonté». Ce qui caractérise le style de ce petit gourou qui ne cesse d’employer des superlatifs et pour qui «l’Europe de la Volga à la Loire n’a pas de secret», le style de ce découvreur enthousiaste est lourd, emphatique, grandioquent...

La virulence avec laquelle un auteur (Kraus n’avait alors que 22 ans) s’en prend au milieu qu’il fréquente et scrute de manière implacable, cette virulence teintée d’ironie et de sarcasme me ravit quand cet auteur évoque par exemple un gendelettres ayant «remporté un si grand succès dans le domaine de la mode qu’il peut, en toute confiance, concourir avec la plus jolie lectrice, écrivain veillant à ne fréquenter que des jeunes gens dont le costume est assorti au sien, graphomane pour qui un faux col non fixé sur une chemise peut gâcher sa bonne humeur». Le vingtenaire Kraus regarde en jubilant «comment le novice d’aujourd’hui s’y prend pour se faire lancer par le parvenu d’hier».

Une figure singulière est campée dans cet essai publié en 1896. Son obsession: raccompagner la nuit les écrivains chez eux. Si un de ces écrivains remporte un succès, «il est gagné par la folie des grandeurs. La gloire des autres le transporte de joie». L’homme qui aime tout ce qui est étrange et maladif a publié trois livres. «Le succès lui ôte tout regret et, en pleine jeunesse, il est déjà un vieillard avisé». Il va s’employer à ouvrir la littérature au commerce et finira par acheter une villa sur l’Attersee.

On retrouve l’acuité du regard, la merveilleuse lucidité et le sourire dévastateur chez Kraus, Wittgenstein, Musil, TB et Jelinek. Ce sont des pourfendeurs qui repèrent aussitôt les sympathiques complaisances, les jolies lâchetés, la parade sans grandeur des égoïsmes rancis et qui, ayant pris la distance nécessaire, se servent ou créent une langue à la fois véhémente, épurée, imprécative et mélodieuse, langue parfaite pour critiquer et désarticuler les faits, pour attaquer et tourner en ridicule les fats.

 

Karl Kraus: La Littérature démolie, Rivage, 1990