05/11/2017

Les Carnets de Cora (Épisode 6)

Épisode 6 : où il est question d’une pensée noire et de myosotis

Pensée noire…

170312-georgia-okeeffe-brooklyn-museum-10_bq9qnz.jpegLa création de l’île aux supplices dans le 5e épisode des Carnets a déclenché en moi une douleur séculaire et incandescente. Les mots ont peut-être ouvert un chemin mystérieux exprimant une peine ineffable et si longtemps inaudible — et non muette. De la crypte profanée à la confidence publique et partagée dans la masse du monde, quelle sacrée rotation!

Motus…

Aujourd’hui dans la presse genevoise, je lis le témoignage d’anciennes élèves prises au piège du mode opératoire d’un professeur et doyen de collège dans les années 80 et 90. Bâillonnées par la peur elle n’ont pas osé porter plainte. Auront-elles, Sandra*, Léa*, Agathe* et Claire*, le courage d’aller aujourd’hui plus loin ?

Myosotis….

Après le « viol du corbeau » il ne m’a pas suffi de parler ou de me confier. Il y a des récits inaudibles et des réalités imperceptibles. Que faire d’une parole qui paralyse et plonge les confidents dans l’impuissance ? J'avais survécu. On ne pouvait pas me demander de combattre ni de militer, c’est pourquoi je loue ceux qui le font pour moi, pour les autres, pour changer l’imaginaire collectif. J’ai donc quitté le vieux continent et me suis installée à Toronto dans les années 80.

Forget-me-not….
IMG_2013.JPGSuspendue dans l’air frais de novembre, bien au chaud dans une couverture de laine, je me laisse bercer au-dessus du tapis artificiel qui recouvre mon petit coin de terre entre Thonon et Evian. Toujours verdoyant malgré le gel et l’humidité. Aucun entretien si ce n’est le balayage des feuilles l'hiver venu. Je pense d’ailleurs à le changer, à mettre du vrai gazon mais j’aime sa couleur, sa texture quand la mousse le recouvre par endroit, surtout aux pieds des chênes. Mon hamac est bien amarré et je ne pense qu’à me sauver dans la lecture.

Vergiss mich nicht...

1287150_f.jpg.gifLe livre qui s’ouvre à moi est un appel, une magnifique voie nomade Heureux qui comme*. J’ai suivi Georgette et Émilie dans leurs jardins, je suis maintenant Clément qui trouve refuge dans les arbres ! Il a même baptisé son fidèle aulne, « Schiller » en raison de son allure, son spleen échevelé. Les arbres sont des paradis cachés. Reviens-y ! Quel bonheur !

 

 

 

 

* Heureux qui comme de Bernadette RICHARD, Genève, Éditions D'autre part, 2017.

03/11/2017

Dernières parutions

Pierre Béguin et Antonin Moeri présenteront leur tout dernier roman le jeudi 9 novembre à 18 h 30 à la libraire Atmosphère, rue Saint-Léger 1, en compagnie de leur éditeur Bernard Campiche.

Pierre BéguinEt le Mort se mit à parler
Antonin MoeriL'Homme en veste de pyjama
 
Pierre Béguin, ©Philippe Pache
Antonin Moeri, ©Philippe Pache

31/10/2017

Alain Bagnoud Rebelle

La Compagnie des Mots vous propose une Soirée littéraire avec l'écrivain Alain Bagnoud

Mardi 7 novembre 2017
à 18h30 et jusqu'à 20h environ
à l'Auberge du Cheval Blanc, à Carouge
Retrouvez-nous à partir de 18h15 sur place, la soirée débutera à 18h30

Né le 19 mars1959 à Sierre et établi depuis 35 ans à Genève, Alain Bagnoud est l’auteur de plusieurs ouvrages parus en majorité aux éditions de l’Aire, surtout des romans, mais aussi des essais et des biographies. Dans ses livres, entre intériorisation et distance, on est emmené, souvent en musique, parfois sur le mode nostalgique, à suivre les aspirations des êtres et leurs réalisations.

Mardi prochain, il nous parlera de Rebelle - son dernier roman - qui met en scène Jérôme, guitariste et journaliste culturel un peu à la dérive, dont la rencontre avec un vieux bluesman, autrefois son idole, le lance à la recherche de son père, qu’il n’a pas connu. Une enquête qui lui fait découvrir les années 70, leurs valeurs alternatives, leurs luttes politiques, leur musique, leur art, leur contestation, leur paranoïa, leur spiritualité.
Rebelle est paru aux éditions de l’Aire.

Pierre Béguin présentera la soirée, interrogera, questionnera et cuisinera Alain Bagnoud, mais il l'accompagnera aussi à la guitare et au chant, tandis que Pierre Bagnoud - le fils - se joindra également à la fête avec sa basse. Une soirée riche en accords...
Levé de rideau à 18h30 tapantes ! Entrée libre.

© M. F. Schorro
C