25/03/2018

Les Carnets de CoraH (Épisode 26)

Épisode 26 : les Carnets fêtent leurs 6 mois !

Georgia O'KeeffePour marquer cet événement, je l’accompagne d’un poème visionnaire. J’ai parfois l’impression étrange de voyager dans le temps, de voir défiler dans l’épaisseur des âges, des visages lointains et inconnus qu’il me semble, à force de les pister, reconnaître. C’est ici, Léo, un homme actuel (ordinaire) éclairé fugitivement par quelque éclat : un bateau lunatique, un visage peint, une cène frugale. Connaissez-vous cette excitation de suivre des apparitions sur une toile vivante, d’y lire les histoires à la fois courantes et communes, où l’on peut s’inscrire, prendre part ou se perdre ? Les êtres et les lieux se superposant à l’extrême, vibrant à l’unisson dans une transe cosmique.

 

Vision I

Léo à l’aube

S’ébranle, la bouche humectée de gin

Le halo d’une Marlboro opaque

Le pouce vif musclé

Une sifflée une taffe une pincée

Léo sur le pont

Seul au monde

L’œil dans l’onde

— Un va, un vient, un sort !

 

Elle voit elle figure elle minaude

Léo, mon Vinci, mon Caprice

Léo tu pénètres le temps ?

— Diable ce Léo !

 
Georgia O'KeeffeEntre Toronto et Genève l’océan

Large frontière entre les uns et les autres

Disque lunaire tu rayonnes

Au-delà du visible

Artiste, venu, trahi

L’un sur l’autre masqué

Dans l’épaisseur du monde

— Me fais-tu signe ?

 

Georgia O'KEEFFE, Night Wave, 1928.

Georgia O'KEEFFE, Sun Water Maine, 1922.

Commentaires

Vous êtes faite pour rejoindre les Poètes de la Cité, qui ont plusieurs poètes visionnaires en leurs rangs! https://www.lespoetesdelacite.ch/

Écrit par : Rémi Mogenet | 25/03/2018

Merci d'annoncer ici cette belle perspective poético-musicale. Il m'aurait plu de voir vos trois danseurs ou de suivre vos pas dans la ville sur des airs de Saint-Saëns ou de Mozart! Je n'ai pu venir vous écouter car j'exerçais ma voix sur trois airs de Peter Pan!

Écrit par : Corah O'Keeffe | 26/03/2018

Corah, comme vous j'aime suivre les personnages qui me font signe dans les tableaux et m'y perdre un peu....celui-ci s'y prête particulièrement et je comprends de mieux en mieux votre engouement pour Georgia O'Keeffe, continuez à glisser vos mots entre ses pinceaux pour notre plus grande joie!

Écrit par : Frédérique Baud Bachten | 27/03/2018

Frédérique, plus je vais à la rencontre de Georgia plus j'y découvre un parcours d'une grande cohérence, d'une richesse incroyable! J'aime faire résonner ses tableaux avec mon parcours… sans y donner une interprétation mais les points d'attache, les échos, y sont tellement nombreux. Le mystère est ainsi offert en partage.

Écrit par : Cora O'Keeffe | 27/03/2018

Les commentaires sont fermés.