24/08/2018

Les Carnets de CoraH (Épisode 53)

Épisode 53 : Rimbaud en rêvant : caractères des galets voyous : O comme Oublieuse

@les carnets de Corah O'KeeffeO circulaire, cerclé à l’infini

enserre sa proie dans de multiples anneaux

par cycles répétitifs

tel le boa constricteur

O trou de mémoire fait sa mue progressivement

chaque peau morte ôtée du cocon met à nu le cœur dévoilé

telle une chenille métamorphosée

L’Oublieuse vient juste d’être femme. Elle a perdu quelque chose, sans doute un peu de sa mémoire, sans savoir précisément ce que c’est. Oh paradoxe ! Elle vit dans l’amnésie pour mieux exister. L’oubli est sa survie, son inconscient est en veille. Elle sait qu’un viol de corbeau a eu lieu au pont de Millhaud sans contour ni expression. Elle ne retient que le noir corbillard et le macchabée en bière, un souvenir réveillé par #metoo. Le reste est effacé, delité. Vaut-il savoir ce qui est enfoui ?

L’Oublieuse s’attable au Jardin, papillonne, grappille des bribes de conversations brillantes, veut trancher dans le vif, collecter des signatures mais les philosophes remettent à plus tard leur engagement et souhaitent régler une question autrement plus épineuse : avant de juger le monde, les arts et les lettres, la nature et l’éducation, ne faut-il pas d’abord lever les ambiguïtés sur les plaisirs d’Épicure et balancer ces pourceaux qui comprennent tout de travers ? Ensuite, pourra-t-on faire appel à l’hypnose ou à la psychanalyse pour résoudre le délicat problème épistémologique qu’est celui de l’amnésie.

Les commentaires sont fermés.