Les Carnets de Corah (Épisode 82)

Imprimer

Épisode 82 :  Marc JURT en rêvant : Poleng II

JURT-POLENGII.jpegNous sommes ici en territoire sacré : une offrande où se consume un bâtonnet d’encens, un tissu en damier noir, blanc et gris indiquant la présence d’un élan vital et la trace profonde et opaque d’une ouverture fugitive. L’esprit des lieux s’est-il manifesté sous le trait spontané du bambou créateur ?

Cric crac, esprit es-tu là ? J’entends le souffle de ton transport, l’air peu à peu se densifier. Le vertige s’empare de ma pensée éolienne. Les idées fuient dans le couloir du temps. La vapeur d’encens me connecte à l’imprévisible. Je tiens le bambou trempé dans la noire acrylique. Le geste suspendu à ta force trace confiant une giclée opaque. Il n’a eu droit qu’à un seul essai pour s’accomplir.

Cric crac, la longue allée noire garde le souvenir de ton passage, poussière de comète, sous le trait si librement exprimé. Quelle force a piloté le geste et inscrit son éclat furtif comme une figure absente ? C’est une source non pas soigneusement attendue, mais miraculeusement accueillie. Comme un don ou une offrande.

Cric crac, la joie me ravit encore que l’esprit n’est déjà plus !  

Marc JURT. Poleng II, 1996. Acrylique, pigment, pointe sèche, tissu, papiers Japon et Népal sur bois, 112 x 61 cm.

Commentaires

  • Vos publications donnent à voir une image qu'à en lire un descriptif elle s'allume ? Ou alors, vos publications donnent à lire une image que le descriptif éteint ?
    Pour ma part, je suppose toujours à raison que celui qui voit une image sans titre ou descriptif peine à en ressentir quelque lumière (des exceptions existent, assez nombreuses il est vrai dans ces géants que sont Rothko et les autres).
    Pour Marc Jurt, ce descriptif est souvent magnifique, il diffuse une lumière que l'image ne me rend pas dans sa nudité . Ma question : ces textes sont-ils de Marc lui-même ? Merci de m'éclairer !! jjlepee

  • Marc Jurt était un ami cher dont l'œuvre m'accompagne depuis près de 22 ans! Je pense que les titres qu'il a donnés à ses œuvres, ainsi que les quelques notes qui les accompagnent, orientent ma lecture. C'est un peu comme s'il avait éduqué mon œil (moi qui ne suis pas critique d'art) et incliné mes recherches au plus près du *faire* artistique : la poïésis! Sans ces titres, ni ses propres notes, je n'aurais jamais osé entrer dans la fabrique d'un artiste, aujourd'hui décédé.
    Les titres sont donc de Marc Jurt, si poétiques et si évocateurs (moi qui aime les mots)! et les textes en découlent. Ils tentent humblement de donner à voir une image sublime.
    Merci de votre attention.

Les commentaires sont fermés.