Un petit décodage sémiologique

Imprimer

Par Pierre Béguin

Un ami en promenade dans la vallée de Joux tombe sur ce panneau que les autorités viennent de fixer tout autour du lac, dans les endroits dangereux ou au pied des drapeaux indiquant si la marche ou le patinage sont autorisés sur les eaux gelées.

panneau1.jpg

Vous ne remarquez rien? Un petit décodage sémiologique s’impose…

De haut en bas:

Sur la première ligne, une personne se noie bêtement dans les eaux glaciales: un  homme, bien entendu.

Sur la deuxième ligne, un patineur complètement idiot patine du mauvais côté: encore un homme, bien entendu. Alors que, du bon côté, une personne a bien compris où il faut patiner: une femme, bien entendu.

Sur la troisième ligne, un patineur encore plus idiot brave l’interdiction du drapeau rouge: toujours un homme, bien entendu. Alors que, lorsque le drapeau est au vert, une personne a compris qu’elle pouvait patiner en toute sécurité: une femme, bien entendu.

Sur la quatrième ligne, un imbécile inconscient jette des pierres sur la glace. Ah, le con! Un homme, bien entendu. Pire, une personne est blessée à cause des jets de pierre du gros connard inconscient: encore une femme victime, bien entendu…

Que les féministes veuillent éradiquer les stéréotypes dont elles sont victimes, je souscris. Mais ne seraient-elles pas en train de nous fabriquer en retour des usines de clichés anti-mâles auxquels ces derniers devraient se soumettre en signe de repentance? Car ce panneau – un exemple parmi beaucoup d’autres – est radicalement et ostensiblement sexiste, nul(le) ne peut le contester. Et pourtant, je parie que personne ne s’en offusquera.

Imaginez un instant que l’on inverse les figures: le tollé chez les Gorgones! Ce panneau inonderait les réseaux sociaux du monde occidental, et les autorités de la vallée de Joux n’achèteraient pas leur rédemption, même en parcourant Le Pont – Saint Jacques de Compostelle sur les genoux, même en se flagellant, même en payant leurs indulgences en taxes CO2, même avec leur photo en couverture de L'illustré.

Dans le même temps, un petit mirliton de politicien "mâle" qui a qualifié une journaliste d’adolescente écervelée voit tomber sur lui les foudres des commissaires du peuple et de tout le politburo écolo-féministe prêts à émasculer ce sale macho sexiste ayant osé reproduire les pires stéréotypes anti-femmes. Z’avez dit deux poids deux mesures?

Pour le moins, ce panneau fixé autour du lac de Joux, outre les précautions d’usage, nous rappelle une vérité que les hystéries ambiantes tentent d’occulter: les hommes n’ont pas le monopole du sexisme, pour reprendre une formule célèbre.

Messieurs, ne serait-il pas grand temps de réagir au lieu de se laisser passivement manger les stéréotypes sur le dos? Et les autres aussi, les opportunistes et les sincères qui hurlent avec les louves, les "journaleux" et le politburo des verts prompts au prêchi-prêcha ou aux anathèmes, ceux qui ont peur du bâton et celles toujours prêtes à brandir l’étendard victimaire… J’aimerais bien vous entendre sur ce sujet.

Des commentaires?

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Bravo!!! défendez vous Messieurs ..... ne vous laissez pas flageller par toutes ces féministes.
    C est une femme que vous le dit .

  • Ce genre de dénigrement des hommes se passe au moins une fois par jour dans les médias audio-visuels. Et dans la presse écrite aussi, bien sûr. On pourrait ouvrir un compte pour les relever...
    La chasse au sexisme femelle...

  • Si vrai .

  • je souscris aussi! À bas tous les clichés!

  • Merci pour ce texte jubilatoire et très convaincant.
    L'avez- vous fait parvenir aux autorités compétentes ? Il serait dommage qu'ils ne le lisent pas.
    Je serais curieuse de connaître la genèse du concept. Qui a décidé de représenter les situations de cette manière ?

    On est certainement dans une phase expiatoire et cela sur un mode très simpliste.
    Il est incompréhensible que les personnages n'aient pas été distribués de façon équitable des deux côtés . Car cela aurait été véritablement égalitaire.

    Feu mon père a observé, il y a déjà au moins 30 ans de cela, que les pères et maris sont très souvent représentés sous un jour ridicule ou comme maladroits dans la pub, en particulier à la télé. Ce n'est pas faux.
    Pensez à G. Clooney qui se fait piquer la dernière capsule de Nespresso.
    Les personnages féminins sont rarement ridicules ou ignorants.

    Il me semble que les publicitaires ont compris le besoin de revanche de beaucoup de femmes et c'est pour ça qu'ils essayent de gagner leurs faveurs, surtout lorsqu'il s'agit de produits alimentaires ou autrement " ménagers". Certes, il existe le cas Calgon, où le dépanneur de la machine à laver explique doctement en quoi la dame a été inconsciente.
    Comme les femmes font majoritairement les courses, il ne faut pas leur donner l'impression qu'elles seraient incompétentes ou maladroites. C'est du marketing élémentaire, mais çe peut pas expliquer le panneau du Lac de Joux.

  • Moi je vois un personnage à cheveux courts et un personnage avec une queue de cheval, ça ne me suffit pas à tirer des conclusions définitives.

  • Si on les tague, on reçoit une amende ou une médaille?...

  • *Calendula,
    Le type de publicité Calgon, à laquelle vous faites mention, est désormais censuré par l'ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité): il est interdit de montrer une femme dans une position ou le sachant lui apparaît comme supérieur.
    Quant aux publicités où les hommes paraissent ridicules, elles sont effectivement légions. Un cas représentatif était une publicité pour un matelas où l'on voyait, derrière une femme qui vantait les mérites de son nouveau matelas - dont le mari ne pouvait plus se passer-, un homme accroupi sautant sur son matelas en éructant des sons simiesques de contentement. Imaginez l'inverse! A ma connaissance, aucun homme ne s'en est offusqué. Ni aucun singe, d'ailleurs. Comme le dirait notre inénarrable président: "Une bétite note t'humour n'est bas interdite!" Dommage que cela ne semble pas être le cas pour tout le monde.

  • Tout comme Adrien, j'ai de la peine à reconnaître un homme et une femme dans ces croquis.... De nos jours, bien des femmes ont les cheveux courts et bien des hommes portent une queue de cheval. En outre, aux sports d'hiver, on porte généralement un bonnet. La "femme" ne serait-elle pas simplement une personne qui porte un bonnet de type "lutin" ? La silhouette avec la queue de cheval n'a pas de poitrine, que faut-il en déduire ?

    Et si c'était Conchita Wurst ? Vous avez pensé aux intergenre et aux transexe ? On les oublie et on les discrimine, comme d'habitude.... (lol, donc)

  • Arnica@ De qui vous moquez-vous ?

  • Arnica@ Conchita Wurst sur des panneau de signalisation! J'espère que vous n'avez pas le permis.

  • Contente d'avoir pu vous faire rigoler un peu ..... :-D

    Non, mais sérieusement.... Il n'y a pas que les hommes et les femmes dans la vie ! Pas un jour ne passe sans que les médias et les réseaux sociaux ne nous bassinent avec les LGBTQI+ alors laissons aussi une option LGBTQIZFDVOP pour les panneaux de signalisation !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel