Tu seras une femme, ma fille... (09/11/2008)

Par Pierre Béguin

 

fille[1].jpg

Ma fille cadette a eu deux ans en juillet dernier. A cette occasion, elle a reçu son premier courrier personnel signé H&M. Bienvenue dans ton futur monde, ma fille! Avant d’y entrer, écoute les conseils de ton père:

Si tu peux plonger avec délectation dans le néant consumériste et entretenir ta névrose par des achats compulsifs et pathologiques qui révéleront, la cinquantaine venue, le vide de ton existence;

Si tu peux passer de l’être à l’avoir, puis de l’avoir au paraître parce que tu «le vaux bien»;

Si tu peux apporter ta contribution civique à l’essor économique en investissant massages, thalassothérapies et boutiques en périodes de soldes;

Si tu peux te vouer à des activités aussi essentielles que les régimes à base d’algues ou les repas weight watcher, voire, dans une pieuse immobilité, à la prière adressée au Dieu concombre étalé sur ton visage;

Si tu peux limiter tes angoisses à la seule obsession maladive des régimes alimentaires basses calories;

Si tu peux revendiquer ton émancipation à coups de colifichets, de produits de beauté et de crèmes miracles antirides;

Si tu peux te vautrer dans la puissance maternante du pouvoir consumériste et te maintenir ainsi dans l’infantilisme et la sotte béatitude;

Si tu peux te satisfaire, comme valeurs absolues, de la futilité, de l’apparence et du narcissisme, et circonscrire tes exigences de communication aux considérations sur la dernière coiffure à la mode, le sac qu’il faut absolument avoir, le lieu où il faut absolument se faire voir;

Si tu peux confondre création avec cette dégradation mercantile qu’on appelle la mode, fût-elle de haute couture, et limiter tes exigences esthétiques au dernier «must» vestimentaire qui construira ta personnalité;

Si tu peux livrer ton nombril bienheureux aux joies du marketing et de l’abrutissement généralisé tout en tournant résolument le dos aux choses mortifères de la culture et de l’esprit;

Si tu peux t’enthousiasmer pour des séries télévisées américaines truffées de poncifs féministes où défilent frustrées castratrices et dindes hystériques occupées à combler leur ennui de femmes modernes et libres dans des intrigues amoureuses de midinettes;

Si tu peux croire la vulgate psy des magazines féminins qui décline ton identité propre en termes d’intuition, de capacité à l’écoute, de dons innés d’organisation et d’analyse des rapports humains;

Si tu peux te pâmer devant ceux qui te disent ou qui te chantent, tout dégoulinant de sincérité bêlante, «Femmes, je vous aime»;

Si tu peux nourrir le rêve d’une future carrière de mannequin, d’actrice ou de chanteuse Star Ac dans le but ultime de contempler ton reflet brillant dans l’œil d’une caméra et d’être admirée par une foule d’adolescent(e)s en mal de reconnaissance;

Si tu peux participer de tout ton nombrilisme, le string en étendard et sans même en avoir conscience, à cette alliance de l’ultralibéralisme et de l’idéologie du bien-être égotiste comme stade ultime du progrès humain;

Bref, si tu peux te soumettre aveuglément à cette dictature aux allures de libération;

Alors tu seras une femme, ma fille…

09:20 | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |  Imprimer | | |