La propagande Netflix (18/09/2022)

Par Pierre Béguin

J’imagine que beaucoup de personnes savaient déjà ce que j’ignorais encore avant de visiter pour la première fois la plateforme Netflix. Pour la première fois… et la dernière. J’en suis sorti définitivement le jour même où j’y suis entré. Un seul film aura suffi à m’éclairer. Mais ce film est suffisamment édifiant pour que je lui consacre ce billet.

I came by – c’est son titre – est le nom que se donnent deux jeunes tagueurs dont l’objectif est de s’introduire dans des maisons de riches propriétaires, y faire quelques dégâts et taguer leur marque sur une paroi dans le but de dénoncer publiquement des personnes qu’ils jugent dangereuses pour la société. Des sortes de Zorro de l’action politique, en quelque sorte, qui surgissent de la nuit et signent leur action d’un «I came by»Je suis venu», sous-entendu: j’ai vu, j’ai vaincu) qui veut dire en l’occurrence «mis au ban». L’un des deux – l’autre ayant décidé de se ranger au moment où il apprend sa future paternité – cible une nuit la riche demeure d’un juge. Dans le sous-sol, derrière une porte dérobée, il découvre un jeune hindou (pakistanais?) retenu prisonnier dans un état de déchéance lamentable. Il prévient anonymement la police dont la perquisition se limitera au strict minimum, le juge bénéficiant des protections adéquates en tant qu’ami proche du chef de ladite police.

Indigné, il retourne dans la maison pour y libérer le prisonnier (surpris par le retour inopiné du juge, il n’avait pas eu le temps de le faire lors de sa première visite). Il se retrouvera dans un four, ses cendres jetés dans les égouts par la chasse d’eau des WC. Sa mère, qui avait de bonnes raisons de soupçonner le juge, subira le même sort après avoir suivi le même chemin que son fils. Il faudra l’intervention vengeresse du deuxième acolyte – celui qui, entre temps, est devenu père – pour que l’assassin soit livré pieds et poings liés à la police, preuve à l’appui. Justice est faite.

Bon! Résumé ainsi, le film ne mérite ni attention ni billet. Sauf que j’ai volontairement caché l’essentiel, ce qui, aux yeux du réalisateur, des producteurs et de Netflix, en constitue l’objectif, le message subliminal devrais-je dire, qui justifie pleinement l’investissement financier.

Tout d’abord, chaque rôle est soigneusement distribué en fonction de la théorie des privilèges:

- Le juge, très méchant, raciste viscéral, est blanc, hétéro, riche, retraité, issu d’une lignée de dominants, pour tout dire l’incarnation même du WASP (l’histoire se déroule en Angleterre).

- Les victimes sont des demandeurs d’asile en situation d’extrême fragilité, homosexuels hindous ou pakistanais. Et si les deux morts, dont les cendres disparaissent dans les égouts, sont de race blanche, il s’agit d’une femme et de son fils un peu paumé après que son père s’est «barré de la maison», un jeune dont la rédemption «de sa race» tient dans son action politique. Mais on a beau être une femme et une victime du machisme, la blanchité et l’hétérosexualité forment un couple rédhibitoire: il doit être puni de mort et disparaître dans les égouts, par simple action d’une chasse d’eau.

- L’inspectrice de police, hyper perspicace, d’une intégrité sans faille mais empêchée par son supérieur blanc de mener son enquête, est une femme noire (on ne nous dit pas si elle est lesbienne). Noir aussi est le second acolyte par qui, finalement, justice sera faite (lui, en revanche, est clairement hétéro, mais dans son cas, c’est admis, d’autant plus que son amie hindoue ou pakistanaise a été chassée de la maison par son père furieux de voir sa fille non mariée enceinte).

- Moralité: le dernier regard méprisant de l’inspectrice, debout face au juge accroupi, sanguinolent, bâillonné, pieds et poings liés, en dit long sur la haine que le spectateur se doit d’éprouver envers cette race pervertie et criminelle, de même que sur la position où elle mérite d’être reléguée. Et encore, je simplifie…

On me rétorquera à juste titre que les westerns de John Wayne se basaient sur le même scénario inversé, et qu’il s’agit là d’un équitable retour des choses. C’est exact. Encore que, dans ces westerns, il existe des blancs très méchants et, parfois, de bons Indiens – même si ce sont ceux qui ont rejoint en tant qu’éclaireurs la gentille armée américaine. Néanmoins, admettre que les westerns de John Wayne sont moins caricaturaux que ce film en dit long sur l’indigence de ses postulats!

Mais le plus édifiant de I came by n’est pas là. On s’attendrait à ce que le scénario fouille les motivations secrètes, la part d’ombre du juge assassin, seule manière, peut-être, de sauver le film de ses clichés indigents. Rien de cela. Absolument rien! On ne saura pas ce qui motive ce juge à exercer une justice personnelle aussi odieuse. Si ce n’est qu’il est raciste. Ce qui repousse la question d’un cran: pourquoi est-il raciste au point d’exercer une justice personnelle aussi odieuse? Rien! Pas un mot d’explication! Il faut se rendre à l’évidence: le juge est raciste et criminel simplement parce qu’il est blanc, hétéro, retraité et qu’il cumule les privilèges. C’est là l’aspect le plus vicieux du film: l’horreur nous est présentée comme «normale» dès lors qu’elle est exercée par une personne qui additionne tous les privilèges. Le racisme du juge est «consubstantiel», il tient dans son essence même de blanc, son cynisme, son absence totale d’empathie, ses pulsions meurtrières elles-mêmes relèvent de l’ontologique. En conséquence, ces caractéristiques ne demandent aucune explication singulière puisqu’elles sont naturelles et susceptibles d’être allégorisées. En finalité, tous les blancs hétéros, même la femme, même le jeune qui veut racheter sa race par son action politique, doivent disparaître, en prison ou dans les égouts, sans aucune possibilité de rédemption.

Et c’est bien cette absence d’explication, cette réduction à la normalité de la noirceur blanche hétéro, qui rend ce film si vicieux et dangereux. Pour les dizaines de millions de jeunes qui envahissent Netflix, ce tableau social racialisé et tendancieux devient la norme. Il n’y a même pas à réfléchir, à questionner, c’est ainsi. L’efficacité de la propagande est d’autant plus prodigieuse qu’elle n’explique rien, qu’elle présente comme une évidence une vision de l’humanité pour le moins subversive…

Le philosophe Jean-François Braunstein vient de publier chez Grasset un essai intitulé La religion woke. Je vous livre une présentation du livre qui fait écho à mon analyse du film:

«Une vague de folie et d’intolérance submerge le monde occidental. Venue des universités américaines, la religion woke, la religion des «éveillés», emporte tout sur son passage: universités, écoles et lycées, entreprises, médias et culture.

Au nom de la lutte contre les discriminations, elle enseigne des vérités pour le moins inédites. La «théorie du genre» professe que sexe et corps n’existent pas et que seule compte la conscience. La «théorie critique de la race» affirme que tous les Blancs sont racistes mais qu’aucun «racisé» ne l’est. L’«épistémologie du point de vue» soutient que tout savoir est «situé» et qu’il n’y a pas de science objective, même pas les sciences dures. Le but des wokes: «déconstruire» tout l’héritage culturel et scientifique d’un Occident accusé d’être «systémiquement» sexiste, raciste et colonialiste. Ces croyances sont redoutables pour nos sociétés dirigées par des élites issues des universités et vivant dans un monde virtuel.

L’enthousiasme qui anime les wokes évoque bien plus les «réveils» religieux protestants américains que la philosophie française des années 70. C’est la première fois dans l’histoire qu’une religion prend naissance dans les universités. Et bon nombre d’universitaires, séduits par l’absurdité de ces croyances, récusent raison et tolérance qui étaient au cœur de leur métier et des idéaux des Lumières. Tout est réuni pour que se mette en place une dictature au nom du "bien" et de la «justice sociale». Il faudra du courage pour dire non à ce monde orwellien qui nous est promis.
Comme dans
La philosophie devenue folle, Braunstein s’appuie sur des textes, des thèses, des conférences, des essais, qu’il cite et explicite abondamment, afin de dénoncer cette religion nouvelle et destructrice pour la liberté.»

Je n’ai pas encore lu l’essai de Braunstein – ce qui ne saurait tarder –, j’ignore donc si l’auteur aborde l’aspect du financement de «cette nouvelle religion», un financement qui doit être vertigineux pour contrôler ainsi des plateformes comme Netflix, produire des films et des séries, bref pour faire plier toute la culture occidentale à ses objectifs, tout en s’accaparant médias et sphères politiques. Qui paie? Dans quel but?

Je sais pertinemment ce qu’on va me répondre. Mais il serait temps d’apporter des preuves concrètes, irréfutables, pour ne pas être (dis)qualifié de complotiste. Ce qu’on imagine derrière cette folie dévastatrice et totalitaire, pour une fois, a de quoi faire réellement peur. Puissent nos politiques, enfin, ouvrir leurs yeux et leurs oreilles! À commencer par la cheffe du DIP…

 

La religion woke, Jean-François Braunstein, Grasset 2022.

21:54 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |  Imprimer | | |