Du sang, du sperme et des larmes (Jean-François Fournier)

Imprimer


par Jean-Michel Olivier

images-2.jpegCe qui frappe, tout d'abord, dans Les Démons du Pierrier* de Jean-François Fournier, c'est la force du style.  Une langue précise, musicale, truculente, si rare en Suisse romande. Dès la première phrase, le lecteur est happé et  ne lâche plus ce court roman de genre (« gore ») parfaitement construit et écrit.

« La glace a l'intérieur des carreaux mesurait un demi-centimètre et le poêle aux faïences d'apôtres n'y pouvait rien. »

D'emblée, donc, la patte de l'écrivain. Il faut dire que Fournier, journaliste, directeur de théâtre, ancien rédacteur en chef du Nouvelliste, a roulé sa bosse dans le monde entier et nous a donné, déjà, plusieurs livres remarquables. En plus d'un essai lumineux sur le peintre viennois Egon Schiele, il y a bien sûr les romans, dont les deux derniers en date, Le Chien** et Le Village aux trente cercueils***, hantent encore les mémoires. 

images-1.jpegDans cette nouvelle collection, « Gore des Alpes », où il côtoie Philippe Battaglia et Gabriel Bender, Fournier s'en donne à cœur joie, sans retenue ni fausse pudeur. On patauge dans le Mal, l'animalité primitive, les instincts déchaînés. Comme dans son précédent roman, le cadre est un petit village sans histoire, perdu au fond d'une vallée qu'on imagine valaisanne, où la folie gronde en sourdine. Des histoires se racontent, en cachette, à propos du curé, du président de la Commune, de deux propriétaires terriens qui font la loi, mais sans jamais la respecter, aussi abjects et monstrueux l'un que l'autre. 

images.jpegDes jeunes gens vont disparaître (de préférence vierges et innocents). On va incriminer le Diable, personnage principal  d'un complot bien pensé, des flots d'hémoglobine vont se répandre dans la vallée, une enquête va être menée par un certain Barthélémy Constantin (fils de), les jeunes de la commune vont aller consulter une sorcière, la bien-nommée Lucie des Fers, des actes contre-nature vont être commis, des larmes vont être versées. Fournier n'a peur de rien : il puise aux sources des grands polars américains, de la littérature gore et gothic, en laissant libre cours à sa truculence naturelle, à son goût de l'excès, à son plaisir presque enfantin de jouer avec les mots et leur musique. Il y a du Rabelais chez lui, mais aussi du Chessex et du Houellebecq : c'est dans l'excès et la folie que la vérité se fait jour. Et quelle vérité !

Les Démons du Pierrier sont une grande réussite. C'est un livre de genre (comme on parle de « films de genre ») mais aussi un roman musical et puissant : l'intrigue est saisissante ; les personnages à peine sortis de l'animalité ; le style à lui seul une raison de dévorer ce livre.

Un jour, il faudra bien rendre sa place à Jean-François Fournier : l'une des premières parmi les écrivains de ce pays.

* Jean-François Fournier, Les Démons du Pierrier, éditions Gore des Alpes, 2020.

** Jean-François Fournier, Le Chien, roman, éditions Xénia, 2017.

*** Jean-François Fournier, Le Village aux trente cercueils, roman, éditions Xénia, 2018.  

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Message hors sujet mais important adressé à tous les auters de ce blogs, en particluier à Monsieur Béguin,

    Je me permets de vous écrire à propos d’un sujet qui vous tient à coeur: celui de la propagande pro-réchauffement climatique.

    Dernièrement, une amie de Genève m’a montré le programme du "Petit Saconnex en fête" et à ma grande surprise voici ce que j’ai trouvé dans ce programme:

    Mercredi 7 juillet, de 12 à 14h, Le Climat en péril. Echange avec Exctinction Rebellion.

    Et

    Mercredi 14 juillet, de 10 à 12h, Le Climat en péril. Echange avec Exctinction Rebellion.

    Vous pourrez le voir vous-même ici:

    https://ahptsg.ch/programme-le-petit-saconnex-en-fete/

    Cette propagande est bien entendue financée par la ville avec nos impôts:

    https://www.geneve.ch/fr/agenda/ville-presente-petit-saconnex-fete

    Donc l’Etat profite de cette manifestation populaire pour faire de la propagande, alors que le peuple vient de refuser la loi CO2 et qu’Extinction Rebellion n’est rien d’autre qu’un groupuscule d’extrême-gauche, qui encourage ses membres à comettre des actes illégaux (comme on le voit dans son formulaire d’inscription). De plus, comme on le voit clairement dans ses statuts, si on se donne la peine d’aller en ligne, cette assocation prétend que la lutte contre le réchauffement est liée à la lutte contre le racisme systémique, l’utraféminisme etc. etc.

    https://www.letemps.ch/suisse/justice-sociale-climatique-meme-combat

    Cette une vaste fumisterie et un vrai scandale que l’Etat promeuve ces idées et encourage donc des actes illégaux.

    J’espère que ces activistes seront bien reçus les 7 et 14 juillet prochain par des gens sensés qui démontent leur propagande mensongère.

    Bien à vous. et un grand merci pour votre excellent blog!

Les commentaires sont fermés.