Mais jusqu'où s'arrêteront-iels?

Imprimer

Par Pierre Béguin

Moi, j’en étais resté naïvement à la querelle sur le sexe des anges, une question qui n’est, par ailleurs, toujours pas résolue et dont tout le monde se fout royalement.

Décidément, je ne suis pas un bon progressiste. A l’inverse de cette cinquantaine de femmes, diacres ou pasteures, soucieuses de mener une réflexion rejoignant des préoccupations sociétales actuelles, qui, lors de la grève des femmes de 2019, ont dressé une liste de revendications envoyée à l’Église protestante genevoise (EPG). Des revendications comprenant une application stricte, dans tous les supports de communication, de l’écriture épicène, un engagement concret sur toutes les questions LGBTQIA+ et environnementales, à commencer par le réchauffement climatique (j’ai entendu personnellement un pasteur inclure cette problématique dans la prière dominicale), et, last but not least, comme on devait s’y attendre, une réflexion théologique sur la représentation de Dieu au-delà du genre.

Eh oui! Car Dieu, figurez-vous, est perçu comme un homme, sage, bienveillant, avec une grande barbe blanche, sereinement assis comme un bonze sur un nuage. Et cette image genrée est absolument intolérable. Il faut que cela change, et vite, des fois qu’on pourrait le confondre avec un homme hétéro, blanc, de plus de cinquante ans!

«Démasculiniser» Dieu de manière à ce que le Tout-Puissant ne véhicule aucun imaginaire genré relève donc de l’urgence ecclésiastique. C’est dorénavant le grand chantier lancé par la Compagnie des pasteurs et des diacres de l’EPG, qui entend plaider pour la possibilité de désigner Dieu par d’autres pronoms que «Il», soit par «Elle» (qui ne ferait alors que renverser la représentation sexuée), soit par «Iel».

Chouette! Je me réjouis: «Notre Mère qui êtes aux cieux...» ou, mieux encore: «Iel qui êtes au cieux...»

Voilà donc que le wokisme contamine même le spirituel, que la démarche de déconstruction des stéréotypes s’attaque aussi, de l’intérieur, aux églises, et qu’avec cet air du temps bientôt irrespirable se répand partout comme un gaz pesant le ridicule, la niaiserie, la crétinerie, le grotesque!

Mais jusqu’où s’arrêteront-iels?

Comment des théologiens, en l’occurrence des théologiennes, peuvent-iels confisquer la réflexion du Consistoire sur de telles inepties? Comment, par définition, le Tout-Puissant, qui fait du néant une cohérence, pourrait-Il être genré?

Comment l’Église protestante peut-elle se perdre ainsi à se mêler de politique (elle avait déjà fait campagne pour l’initiative sur les multinationales)? Comment peut-elle s’inscrire dans la mouvance wokiste et introduire en son sein des idées qui, comme un cheval de Troie, a précisément pour objectif d'anéantir ce qu'elle représente? N’aurait-elle plus rien à proposer que de se raccrocher aux idées à la mode, même les plus sottes, quitte à en périr?

La réponse est simple: comme beaucoup d’autres, ces femmes pasteures et diacres, sous couvert de progressisme, sont les dupes, les idiotes utiles d’une mouvance aux enjeux de laquelle elles n’ont tout simplement rien compris. En attendant, voudraient-elles vider les âmes et leur église qu’elles ne s’y prendraient pas autrement.

«En tout cas, je peux vous dire avec une certitude quasi mathématique que le premier à s’en foutre, c’est Dieu» (Vincent Schmid, philosophe et pasteur à la retraite).

 

 

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • ça m'la coupe...

  • Quand elles auront fini de tuer le masculin il ne leur restera plus qu'à se crêper le chignon entre "euxelles".

  • Merci Monsieur Béguin de continuer à mettre en évidence toutes ces attaques incessantes pour déconstuire et détruire la culture et toutes les valeurs occidentales, attaques financées en coulisse par le grand capital (le 1%) avec l'aide médias (aux ordres) et des idiots utiles (PS, les Verts etc.) pour préparer son Great Reset où ne ne seront plus que des numéros, des esclaves sans racines, sans culture, sans histoire, dans une société de consommation et de surveillance. "Vous ne posséderez rien et vous serez heureux" nous dit Klaus Schwab.

    Pour ce qui est de Dieu, Jésus lui-même fait référence à lui comme étant son Père, donc le débat est clos, à moins que ces excités ne décident de ré-écrire la Bible à leur sauce.

    Quant au mensonge climatique, il fait partie du même plan, tout comme la folie covidiste. Voici deux vidéos capitales sur le sujet:

    https://odysee.com/@Roms17:d/Climat---Retour-%C3%A0-la-raison:d

    et

    https://odysee.com/@Roms17:d/Changement-climatique---La-v%C3%A9rit%C3%A9-n'est-assur%C3%A9ment-pas-celle-expos%C3%A9e-sur-les-plateaux-TV:c

  • Ces nouvelles se retournent contre un athée comme moi, qui ai toujours cru qu'une plus grande modernité marquait un certain progrès du protestantisme par rapport à l'Eglise du pape.

  • IMPORTANT: Vous tous qui voulez contribuer à mettre fin à la folie de la déconstruction de notre culture orchestrée en haut lieu, n'oubliez pas de voter un grand NON à la loi sur l'aide aux médias, NON à 178 millions de perdus pour soutenir des médias appartenant à des multi-milliardaires qui font non pas de l'information mais de la propagande mondialiste contre les peuples:

    https://medias-train-de-mesures-non.ch/

    et ce billet de Monsieur Décaillet (ainsi que ceux qu'il a écrit après):

    https://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2022/01/16/aide-a-la-presse-en-aucun-cas-319674.html

  • Toute cette wokerie me remet en mémoire une chouette petite chanson du brave Hugues Aufray qui va cavalièrement sur ses 93 ans et qu'on ne pourra pas accuser de s'adonner aux banalités du jour puisque sa chanson date de 1972 dans " Garlick " un de ses meilleurs albums.
    Pour nous faire sourire et sans doute aussi faire pester un peu les pénibles aussi présents jadis que de nos jours, Hugues avait pondu cette ritournelle intitulée " À propos d'un détail " et à la conclusion ravigotante :

    https://www.youtube.com/watch?v=PNl1ed-Moe8

    Un peu de fantaisie dans ce monde de brutes réjouit les coeurs.

  • On croit rêver! La ludothèque du Petit-Saconnex devait organiser un événement en mixité choisie, à savoir réservé uniquement aux femmes (bien entendu avec l'argent public), mais on nous dit qu'il a été annulé à cause des "méchants". Notez toute l'hypocrisie de cet articulet et aussi le fait que la ville de Genève admet suivre l'Agenda 2021 des mondialistes.

    https://www.20min.ch/fr/story/soiree-sans-garcons-annulee-a-cause-dune-deferlante-de-haine-367972569513

    Au sujet de l'Agenda 202, renommé par la suite 2030, voir le billet suivant et tous mes commentaires ici dès le numéro 4:

    https://blogres.blog.tdg.ch/archive/2021/11/06/complotiste-l-archeveque-318379.html

  • Il n'y a pas que "iels" mais aussi "touXtes". A ce sujet, voir cet excellent billet d'Homme Libre:

    https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2022/01/28/touxtes-et-touxtes-sont-en-bateau-319905.html

Les commentaires sont fermés.